Youngtimer – Lamborghini P300 Uracco (1974-80)

C’est une triste histoire que celle de la Lamborghini Uracco, cette jolie voiture qui a fait le malheur de son constructeur. Lamborghini avait une position enviable à la fin des années 60, avec ses modèles à moteur V12 qui rivalisaient de succès avec ceux de Ferrari. Mais 1974 est un tournant dans l’histoire de la firme. Ferruccio Lamborghini vend 49% de ses parts à un autre investisseur suisse, René Leimer, et perd tout intérêt pour sa firme automobile. Mais contrairement à son associé, Leimer suit de très près ce qu’il se passe et sous l’impulsion de l’ingénieur Paolo Stanzani, le salon de Turin 1974 devient un véritable festival de Lamborghini V8. Sur le stand figure entre autre, la P200 (pour faire face à la hausse de TVA sur les moteurs supérieurs à 2 litres) et la P300 (identifiable à son capot strié et dont le moteur est un nouveau V8 de 2994 cm3 de cylindrée).

Un véritable bijou : 

Comme son modèle de Maranello, le constructeur de Sant’Agata voulait créer un modèle de « petite » cylindrée. Il oubliait que la Dino n’aurait pu exister sans le soutient de Fiat. En effet, c’est une vieille loi, toujours vraie mais toujours oubliée, qu’un petit modèle coûte presque aussi cher à construire qu’un gros, mais qu’on ne peut pas le vendre au même prix. Il faut se rattraper sur la quantité, ce qui n’est possible que si l’on s’appelle Fiat. L’Uracco qui fut présenté au salon de Genève 70 (mais commercialisée bien plus tard, en 74) comme on pouvait s’y attendre, fut considérée comme un véritable bijou, pour la mécanique avec son V8 transversal, autant que pour la carrosserie signée Bertone, mais elle ne fut vendue qu’à 775 exemplaires.

Le dos au mur : 

Pour ne rien arranger s’annonçait la crise du pétrole, et bientôt le constructeur eut le dos au mur : il lui était impossible de fabriquer, puis de vendre l’Uracco en nombre suffisant pour être rentable. Les difficultés de Lamborghini ne faisaient que commencer, et n’étaient pas près de s’achever. C’était bien dommage pour lui et pour l’Uracco qui aurait mérité mieux.

Caractéristiques :

Moteur : V8, 4 arbres à came en tête ; cylindrée : 2994 litres ; puissance : 260 ch DIN à 7500 tr/mn.

Transmission : Roues arrières motices ; boîte de vitesses à 5 rapports.

Dimensions : empattement, 2,45 m ; voies avant et arrière, 1,45 m ; poids : 1250 kg.

Performance : vitesse de pointe : 250 km/h.

Prix de vente en 1974 : 117 100 Francs soit 102.389 € actuels en tenant compte des 473 % d’inflation sur la période.

Prix constaté en 2016 : entre 50.000  et 100.000 € pour un modèle fiabilisé en état collection.

Voir sur YouTube : « Rare 1975 Lamborghini Urraco Test Drive and Drive By » par  Sunset Classics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *