Youngtimer – Ford Capri (1969-86)

Sur le modèle de la Mustang dont le succès sur le marché américain étonna ses promoteurs eux-mêmes, Ford Europe définit une mini-Mustang en reprenant la même recette : une plate-forme et une caisse classiques d’une esthétique très sage mais élégante, différents moteurs de 1300 cm3 à 3 litres et divers niveaux de finition permettant de séduire plusieurs segments de clientèle.

Un succès commercial mais aussi sportif : 

Produite simultanément en Angleterre et en Allemagne à partir de janvier 1969, la Capri s’imposa très vite sur tous les marchés. Ses versions à moteur quatre-cylindres étaient à la fois bon marché, fiables et économiques. Mais la Capri, dont les qualités routières demeuraient très moyennes, se révèlera cependant avoir un potentiel sportif insoupçonné avec la 2600 RS. À l’automne 1970, les préparateurs allemands s’occupèrent de la Capri lorsque Ford l’équipa du 2,6 litres en V des Zéphyr anglaises et des Taunus 26 M allemandes. La plus agressive était la 2600 RS (Rallye Sport) allégée et préparée par Jochen Neerpsch. Avec l’injection, des suspensions affermies et surbaissées, des freins à disques, etc, la 2600 RS s’illustra en Rallye et dans les épreuves d’endurance.

Trois générations et un équipement à la carte : 

La MK1 (1969-73) : Dès son lancement, il est possible de choisir entre plusieurs moteurs. En Allemagne le client s’en voit proposer cinq : trois V4 (1300, 1500, 1 700 cm3) et deux V6 (2000 ou 2300 cm3). Au Royaume-Uni, l’éventail se limite, dans un premier temps, à deux 4 cylindres en ligne (1000 ou 1600 cm3) et un V4 (2000 cm3). À partir de l’automne 1969, une nouvelle version 3000, équipée du V6 de l’ancienne Ford Zodiac, vient compléter la gamme britannique. Le catalogue Ford ne propose pas moins de sept degrés de finition. En combinant les options et les moteurs – les versions 1700, 2000 et 2300 bénéficient d’office d’un équipement “GT” plus complet que la Capri standard, dotée d’une présentation simplifiée.

La MK2 (1973-77) : En février 1974, la Capri fait l’objet d’un premier lifting, en Allemagne comme au Royaume-Uni. Ce rajeunissement consiste dans l’abandon de la nervure latérale qui ornait les flancs des anciens modèles, l’abandon des prises d’air latérales, un capot plus plat et un hayon arrière sur toutes les versions. La ligne générale est moins nerveuse, plus sage. Le choix des Capri est simplifié : autour d’une gamme ramenée à quatre versions (1300, 1600 GT, 2300 GT et 3000 GT), on ne trouve plus que deux finitions : L ou XL pour la 1300, standard ou « Ghia » pour les trois versions GT. À l’automne 1975, la gamme disponible en France se résume à trois modèles, la 3000 GT n’étant plus disponible qu’en Allemagne. La gamme germanique, elle s’enrichit au printemps 1976 d’une Capri 2000, animée par un V6 emprunté à la Taunus 2000. Parallèlement, de nouvelles finitions sont proposées : « L » ou « GL » pour la Capri 1300, « S » pour la 1600, « S » ou Ghia pour les 2000 et 2300. Reconnaissables à la bande adhésive marquée d’un S stylisé qui orne leur flancs, les Capri S se substituent aux anciennes GT. Elles adoptent un carénage sous le pare-chocs avant et un becquet arrière. L’année 1976 voit aussi l’arrêt de production de la Ford Capri anglaise, 337.500 exemplaires ont été assemblés à Halewood depuis 1969. Désormais, toutes les Capri commercialisées proviennent des chaînes de Cologne.

La MK3 (1977-86) : C’est la version qui a le mieux marché et esthétiquement la plus réussie aussi. Les modèles commercialisés à partir du mois de février 1977 diffèrent des précédents par leur capot débordant légèrement sur la calandre, par leurs doubles phares en série, leur carénage avant et aussi par leurs pare-chocs peints en noir mat. Quatres finitions sont proposées : L en modèle de base, GL dotée d’un équipement plus luxueux, Ghia (finition haut de gamme avec pavillon recouvert de vinyle), et S (Sièges baquets Recaro, jantes alu, déflecteur noir à l’arrière et logo S). On notera aussi que le logo ovale Ford orne désormais les calandres des Capri. L’acheteur français a maintenant le choix entre les motorisations suivantes : 1,3 l (50 à 60 ch), 1,6l (68 à 88 ch), 2l (98 à 101 ch), 2,3l (108 à 114 ch), et 3l (138 ch), cette dernière pouvant prétendre à une vitesse maximale de 200 km/h. À l’occasion du Salon de Genève, en mars 1981 apparaît la nouvelle Capri 2,8 litres Injection. Équipée du moteur de la Ford Granada, cette version dispose de 160 ch DIN d’une injection et de disques de freins avant ventilés. Fin 1982, les Capri « S » et la 2.8 Injection reçoivent une boîte à cinq rapports, avec overdrive dans le cas de la 2,8 litres. En septembre 1981 apparaît aussi la 2800 Turbo (ailes élargies, spoiler avant et déflecteur arrière) 188 ch, 215 Km/h, mais elle n’est pas importée en France.

En avril 1984, la Ford Capri cesse d’être commercialisée en France. Le modèle disparait du marché anglais 2 ans plus tard. En dépit de ses nombreuses qualités, la mode n’est plus aux coupés propulsions mais aux berlines GTI.

Prix d’une Capri 2800 neuve en 1983 : 80.240 F soit 26.505 € avec 116% d’inflation.

Cote actuelle : à partir de 6000 €.

Caractéristiques Techniques : Voir brochure ci-dessous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *