Youngtimer – Ferrari 328 GTB & GTS (1985-89)

La Dino à moteur V6 fut remplacée en 1974 par la 308 GT4 à moteur V8. Ce fut aussitôt un concert de lamentation chez les amateurs de Ferrari : le nouveau modèle avait quatre places et perdait cet “individualisme” inséparable d’une voiture de sport. De plus, sa carrosserie fut jugée anguleuse et sommaire comparée à la voluptueuse Dino. Pour répondre à ses critiques, Ferrari présenta la 308 GTB, construite sur le même chassis, mais avec deux places et une carrosserie Pininfarina.

La Ferrari de base : 

Modèle de base de la gamme Ferrari pendant quinze ans, le 308 GTB fut proposée en version Spyder 308 GTS avec un pavillon amovible et un arceau fixe dans le style de la Porsche Targa. En 1980, le V8 fut doté de l’injection électronique Bosch. En 1982, il reçut des culasses à quatre soupapes par cylindre, surtout pour lui permettre de satisfaire aux normes américaines. En 1985, la 308 devint la 328 avec une cylindrée de 3,2 litres. L’accroissement de cylindrée ayant été obtenu par augmentation de l’alésage et de la course, on dut adopter de nouvelles culasses quatrovalvole, un nouveau vilebrequin et de nouveaux arbres de distribution permettant une plus grande levée des soupapes d’admission. Le moteur devient ainsi plus souple. En même temps la carrosserie subit quelques retouches tout en conservant son air de jeunesse inaltérable. Dans sa version découvrable, le pavillon amovible se range derrière les sièges. Côté puissance, on passe de 240 ch pour la 308 à 270 ch pour la 328.

La version GTS, les chevaux cheveux aux vents : 

A en croire les experts, le spyder GTS fait payer les joies du grand air de quelques inconvénients :  la carrosserie découverte est moins rigide que celle de la GTB au point d’affecter la tenue de route dans les situations extrêmes. Mais ces nuances ne sont perceptibles que pour des pilotes très exercés.

Entretien : 

Le V8 étant encore transversal, le remplacement de la courroie de distribution qui fait peur à beaucoup ne nécessite pas la dépose du moteur et donc ne coûte pas un bras. Le moteur n’étant pas spécialement capricieux, et de nombreuses pièces d’usures étant disponibles en dehors du réseau Ferrari, l’entretien reste relativement abordable.

Prix du modèle neuf : 462.000 Francs soit 115.500 € avec 64% d’inflation sur la période.

Cote actuelle : à partir de 50.000 €

Caractéristiques :

Moteur : Type : V8 à 90°, 32 s, central AR transversal ; Alimentation : Injection Bosch K-Jetronic ; Position : transversal central AR ; Cylindrée : 3185 cm3 ; Puissance : 270 ch à 7000 tr/mn ; Couple maxi : 31 Mkg à 5500 tr/mn
Transmission : AR : Boîte de vitesses : 5 vitesses manuelles
Freins : Disques ventilés
Dimensions : Longueur : 4290 mm ; Largeur : 1730 mm ; Hauteur : 1130 mm ; Poids : 1263 kg
Performances : Vitesse maxi : 263 km/h ; 1 000 m DA : 25″6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *