Sono Vintage – Tables de Mixage des années 80 – Partie 1

Celles ou ceux qui ont pu passer derrière la régie sono d’une discothèque dans les années 80 ont pu le constater : la table de mixage était la pièce maîtresse du dispositif d’appareils permettant aux DJ (qui à l’époque n’étaient pas considérés comme des artistes à part entière, mais comme des programmateurs musicaux sachant faire un bon « tempo ») de superposer correctement les BPM (Beat Per Minute) des titres programmés afin de les enchaîner au rythme adéquat. Certains parlaient de temps en temps au micro, et se firent ainsi une petite réputation en tant qu’animateur (surtout au début des radios locales FM, alors que les discothèques recrutaient leur DJ parmi les animateurs du sempiternel Hit parade diffusé le samedi après-midi à l’antenne), mais la grosse majorité d’entre eux créaient la couleur musicale de la discothèque où ils mixaient, et parfois sa réputation aussi. Au début des années 70, avec l’apparition des discothèques, des sociétés d’électronique décidèrent de se lancer dans la production de tables de mixage de discothèques, la plus célèbre d’entre elles étant sûrement Freevox qui a déjà fait l’objet d’un article sur Echoretro. Dans cette première partie, nous allons parler de quelques tables de mixages populaires du début des années 80 (les Amix Desk 55, Frank 885 et Power PMP 403). La deuxième partie fera l’objet d’un autre article, avec au programme, d’autres tables de mixage apparues un peu plus tard, dans la seconde moitié des années 80.

Amix Desk 55 (1982-87) :

Amix Desk 55

L’Amix Desk 55 faisait partie d’une famille de consoles adaptées aux radios ou discothèques, mais elle n’était pas modulaire comme sa grande sœur la CSL AV 12. Elle était donc équipée d’une façade monobloc. La façade était bleue anodisée, la photo-anodisation des inscriptions s’avérant plus résistante dans le cadre d’une utilisation professionnelle.

Fonctions et réalisation :

À droite de la console s’installent les voies monophoniques commutables en ligne ou en micro avec prise indépendante pour chaque type de signal d’entrée. Sur la gauche, les voie stéréophoniques sont quant à elles commutables en phono ou ligne. Toutes ces voies d’entrée possèdent un commutateur de sensibilité dont la plage de variation change avec le type d’entrée. Deux des 10 voies d’entrée assurent une fonction particulière, il s’agit de la voie micro DJ et d’une voie phono/ligne prévue pour un lecteur de jingles. Chacune de ces voies peut commander un compresseur dont le taux se règle indépendamment (Voice Over).

Chaque voie stéréophonique dispose d’un correcteur de timbre à deux voies, grave/aigu ; les voies monophoniques reçoivent en plus un correcteur de médium. Toutes bénéficient d’un départ auxiliaire, et les voies micros d’un départ d’écho. Les voies monophoniques possèdent un panoramique et une insertion par voie, cette dernière ne se retrouve pas en stéréo. Les voies machines, phono/ligne ont une touche de départ, les potentiomètres n’ont pas d’interrupteur intégré, ou alors en option. La fonction solo (préécoute) bascule les indicateurs de niveau sur cette fonction, quelle que soit la position de leur sélecteur de signal.

Le constructeur a installé deux groupes de sortie, le compresseur n’existe que pour l’un des groupes, groupes qui possèdent d’ailleurs une prise d’insertion. Il existe aussi un départ monophonique et un départ auxiliaire. Pour les départs des groupes, nous avons deux potentiomètres, un par côté, gauche ou droit, avec chacun leur bouton de commande. Le retour d’écho sera dirigé sur les groupes 1 et 2 ou sur la voie auxiliaire ou sur les trois voies de sortie à la fois. Le groupe 1 se distingue par la présence d’un correcteur de timbres grave/aigu. Dernière fonction, l’écoute : une prise frontale délivre le signal du casque et un départ en face arrière permet d’alimenter des enceintes de contrôle.

Ce mélangeur bénéficie d’une alimentation secteur à transformateur toroïdal qui évite les rayonnements parasites générateurs de bruit de fond. Le nombre des fonctions de chacune des voies impose donc une conception par tranches ; chacune des voies dispose donc de son circuit imprimé à simple ou double face suivant la complexité du circuit. Toutes les cartes sont réunies par un câble plat multiconducteur chargé de constituer le réseau de barre-bus de signal et d’alimentation pour ces dernières, les conducteurs sont câblés en parallèle, deux par deux. Les potentiomètre à grande course sont des Alps, un modèle nippon haut de gamme bien connu des spécialistes. Un châssis de tôle d’acier épaisse donne un certaine masse au mélangeur. L’électronique utilise des circuits intégrés, le plus souvent des doubles amplificateurs opérationnels, pour les circuits de sortie, ces ampli Op sont suivis de transistors de petite puissance.

Prix du modèle neuf en 1983 : 18.600 F (6110 € avec 116% d’inflation). Valeur actuelle : 300 €. Rare sur le marché de l’occasion.

Frank 885 (1982-87) :

Frank 885

Frank avait eu la très bonne idée de présenter des modules d’extension du nombre des entrées de ses consoles qui pouvaient ainsi évoluer en fonction des besoins grâce au module EXT 885. La 885 plaisait au DJ comme à l’animateur de petite radio locale car elle donnait des possibilités assez étendues et bénéficiaient d’une conception ergonomiquement valable, le tout associé à une simplicité d’emploi et de maintenance non négligeable. Au niveau cosmétique, deux poignées d’acier chromé encadraient la façade d’aluminium en aluminium brossé ou noir anodisé en option. Le constructeur restait fidèle aux VU-mètres, instruments donnant une meilleure indication du niveau sonore que les crètes-mètres à Led. Les potentiomètres linéaires portaient des capuchons noirs et les circulaires recevaient des capuchons de couleur.

Fonctions et réalisation : 

La section d’entrée se décompose en deux parties, une partie musique et une partie micro, les deux sections se distinguent par leur rôle respectif de comprimant et de comprimé, autrement dit une section à la priorité sur l’autre : la musique sera effacée par la parole. Ces entrées musique sont au nombre de 5 : une paire d’entrées phono avec correcteur RIAA, une entrée auxiliaire et deux entrées magnétophone. Les trois premières bénéficient d’une commande de démarrage depuis la console. En effet Frank à prévu deux systèmes de commande : un par fader avec contact permanent une fois la tirette poussée, l’autre manuel. Trois interrupteurs à touche fugitive équipent le bas de la façade.

Chacune des voies musique dispose de son potentiomètre de réglage de sensibilité qui permet de couper totalement le signal et de régler les gains respectifs afin que lorsque toutes les tirettes sont à fond, le niveau reste équivalent sur toute les voies. Toutes les voies musiques bénéficient d’un unique correcteur de timbre commun à toutes les sources : un correcteur trois bandes dont le médium occupe une grande largeur de bande. Deux prises d’insertion placées en série permettent d’associer la 885 à des dispositifs de traitement externes (correcteur paramétrique, echo, etc…). La console bénéficie d’un départ lumière pour les light shows. Les voies micro comportent deux entrées avec réglage de gain et correcteur grave/aigu. Un potentiomètre dose le niveau de l’écho. Parmi les voies de type micro prioritaire, une voie jingle permet d’installer une machine de lecture dont le passage coupera automatiquement la musique.

Enfin, le module 885 en option sert à ajouter 4 voies à la console, trois micro mono et une stéréo.

Frank construisait ses consoles en petite série, constituées d’une série de modules indépendants et reliés entre eux par des câbles unifilaires. Les circuits imprimés sont équipés de cosses évitant de souder directement dessus car, en cas de chauffe, on risque de décoller les pastilles de cuivre. La construction est aérée et les circuits intégrés montés sur support (la maintenance est facilitée). Les potentiomètres sont des Radiohms crantés de luxe. L’alimentation possède une carte de régulation de tension à circuit intégré ce qui diminue le souffle.

Prix du modèle neuf en 1983 : 9963 F (3291 € avec 116% d’inflation) et 5000 F pour l’extension. Valeur actuelle : 300 €. Rare sur le marché de l’occasion.

Power PMP 403 (1982-1992) :

Power PMP 403

Sûrement la plus célèbre des tables de mixage des années 80, d’une part grâce à sa polyvalence et sa fiabilité, d’autre part grâce à son prix abordable (8353 Francs tout de même à l’époque…). On la trouvait dans les petites discothèque, dans certaines radios locales associatives mais c’était surtout la favorite des Disc Jokeys qui animaient les « soirées estivales disco » dans les petites villes et les villages ainsi que dans les banquets de mariage. Sa réalisation devait beaucoup aux régies radio/discothèque PR 1300 et ZZ 807.

Fonctions et réalisation : 

La PMP 403 comprend 12 canaux d’entrée répartis en 3 voies stéréo universelles, 4 voies auxiliaires micro/line, 1 voie spéciale DJ et 1 entrée jingle. En sortie de table, elle dispose de 2 groupes stéréo et d’une sortie spéciale pour light show. Les 3 voies stéréo sont dites universelles car elles peuvent, par commutation, recevoir diverses modulations : Pick up RIAA, ligne ou micro. Un réglage de sensibilité permet de calibrer le gain d’entrée en fonction de chaque utilisation. Chacune de ces voies possède un électrostart pour la télécommande des machine visualisée par une Led de départ. Les 4 voies micro/ligne peuvent recevoir divers types de modulation grâce aux préréglages de sensibilité.

La voie DJ possède un réglage de sensiblité d’entrée, des corrections séparées (grave/présence/aigu), un panoramique et un circuit d’effet (delay, phasing, echo, etc…) avec réglage de gain et clé d’insertion. Par ailleurs, l’entrée DJ commande le système Autofade dont l’efficacité et le temps de relâche sont réglables séparément.

L’entrée jingle possède la particularité de commander, elle aussi, le système autofade. Deux groupes de sortie stéréo autorisent la diffusion simultanée de 2 programmes différents : en effet, le groupe principal (Out 1) délivre l’ensemble de la modulation qui peut être corrigée par un Equalizer à 5 fréquences (60-250-1000-4000-16.000 Hz) ;  par contre, le groupe auxiliaire (Out 2) permet d’annuler l’équalizer de sortie, les interventions du DJ, l’envoi des Jingles pour ne diffuser que le seul programme musical. Enfin, une sortie spéciale (Out 3) symétrique sur transfo est prévue pour alimenter un Light show.

Le monitoring de la PMP 403 est très complet avec un secteur de préécoute de toutes les entrées et du Master Out 1. En mode prélist, la visualisation des niveaux des voies d’entrée sur les Vu-mètres permet de travailler en « Beat-meter ». En position normale, les Vu-mètres visualisent le niveau de sortie out 1. Au chapitre des commodités, il faut signaler la présence d’un double standard de connecteurs Cinch/Jack 6,25 mm et la possibilité d’accéder aux barres de mélange pour coupler la PMP 403 à un autre mélangeur.

De 1992 à 1996, la Power 403 fut remplacée par la Power PMP 4003.

Prix du modèle neuf en 1983 : 8353 F (2759 € avec 116% d’inflation). Valeur actuelle de la 403 : 300 €. Valeur de la 4003 : 500 €. La 403 commence à se raréfier sur le marché de l’occasion. Quant à la 4003, elle est rarissime.

Une réflexion sur « Sono Vintage – Tables de Mixage des années 80 – Partie 1 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *