L’âge d’or du disque microsillon (1960-1985)

Comme je l’évoquais le mois dernier dans mon article sur la cassette audio, le disque microsillon, plus couramment nommé vinyle, retrouve lui aussi les bonnes grâces du public, tout du moins, d’une catégorie de personnes qui sont nostalgiques de cette façon plus tactile et bien plus sensuelle d’écouter la musique, préférant le fun néo-rétro d’une platine tourne-disque à la vulgaire mise à disposition immatérielle d’un mp3 via le son étriqué de son smartphone. Déjà, avec l’apparition du compact disc en 1980, la miniaturisation avait débuté en divisant par trois la taille de ce support musical et de sa pochette illustrative. Par contre, le prix lui s’était retrouvé multiplié par trois, ce qui ne fut pas du goût des plus modestes… 50 Francs pour un 33 tours contre 150 Francs pour un CD en 1982, la fourchette des prix avait finit par se resserrer (70 contre 120 Francs en 1989), et puis finalement, le vinyle avait quasiment disparu dans les années 90 avec un CD à 100 Francs qui devinrent 15 euros en 2001. Puis, à partir de 2010, les supports physiques permettant la restitution de la musique commencèrent à disparaître et le plaisir de trifouiller dans son encombrante collection de disque aussi.

Un peu d’histoire : N’en déplaise à Thomas Edison qui déposa le brevet du phonographe le 19 décembre 1877, la description précise et détaillée d’un dispositif susceptible d’enregistrer et de reproduire les phénomènes perçus par l’ouïe est faite peu de temps avant par notre Charles Cross national, le 30 avril de la même année. Survolons les balbutiements et l’évolution de cet appareil entièrement mécanique (le Phonographe à cylindre de Thomas Edison qui devint le Gramophone à disque d’Émile Berliner) pour évoquer directement l’âge adulte de ce procédé d’enregistrement et de restitution sonore, à savoir le disque microsillon stéréo et le tourne disque électrique dont l’utilisation se généralisa dans les années 60.

Évoquons d’abord la fabrication du disque. Au départ, les deux signaux de la stéréo sont fournis par le master enregistré sur une bande magnétique dans un studio.

La gravure d’un disque original en stéréo : Le micro-sillon se fait grâce au graveur électrodynamique qui opère avec un burin en diamant chauffé à l’aide d’une petite bobine parcourue par un courant électrique continu. La gravure est faite sur un disque matrice (en aluminium recouvert de vernis acétate ou bien en cuivre, selon la méthode utilisée). Le sillon est modulé latéralement et verticalement par codage : on additionne le signal gauche au signal droite en latéral et on retranche le signal gauche au signal droite en vertical, ce qui permettra de retrouver les deux signaux par somme et différence des signaux latéraux et verticaux lors de la lecture. Lors du Cutting, où l’on vient graver les sillons sur la matrice, les fréquences aiguës sont renforcées alors que les graves sont atténuées selon la courbe RIAA. La courbe RIAA (Recording Industry Association of America) est une norme, un correcteur qui définit les variations d’amplitudes et qui a été mis en place pour standardiser la gravure afin qu’elle soit lisible sur tout type de préamplificateur de tourne disque (Voir l’explication en pied de page).

La duplication des disques : Un disque original n’est pas utilisé pour la lecture : il sert uniquement pour fabriquer d’autres disques (ceux distribués dans le commerce). Il existe deux méthodes de duplication.

La méthode traditionnelle (années 60 à 80) : le lacquer : Ici, le support est un disque verni constitué d’un flan épais d’un millimètre, généralement en aluminium, recouvert sur ses deux faces d’une laque cellulosique qui constitue le milieu d’enregistrement. Le disque verni original est d’abord métallisé pour être rendu conducteur. Cela est obtenu par un trempage dans un bain de cyanure d’argent suivi d’une réduction chimique à l’aide de glucose : il est ainsi recouvert d’une pellicule d’argent. Il sert d’électrode dans un bain électrochimique. Par galvanoplastie, il est alors possible de déposer une couche de nickel qui, après séparation, constituera un disque en relief ou “père”. Celui-ci est ensuite utilisable pour réaliser de la même façon une “mère” qui reproduit le disque original et ensuite, de nouveau, une matrice en relief nommée stamper. Elle est en nickel chromé ; elle constitue une surface dure qui est soudée sur un flan épais en cuivre, ce qui confère une grande rigidité à l’ensemble. Le stamper est alors monté sur une presse et sert au moulage à chaud des disques en matière plastique à base de polychlorure de vinyle. Chaque matrice “empreinte” dite stamper produite par galvanisation peut servir pour le pressage de 1000 à 1500 disques. Au delà de cette quantité, un nouveau stamper est produit à partir la matrice “mère”.

La méthode la plus récente (années 80) : le DMM (Direct Metal Mastering) : Elle est plus rapide et plus économique que la méthode traditionnelle car l’étape de galvanisation est réduite. En effet, les stampers sont réalisées directement à partir d’un disque master en cuivre qui est très résistant. La gravure se fait à l’aide d’un stylet chauffant muni d’un burin en diamant qui trace le micro-sillon hélicoïdal. Cependant le gain est plus bas que sur lacquer et la qualité est moindre.

La gravure directe : Retour aux sources, ici la matrice du disque est comme son nom l’indique, gravée directement pendant l’exécution musicale, comme au bon vieux temps des cylindres et des premiers 78 tours. Pas de magnétophone donc pas de souffle de bande ni de distorsions dues aux divers mixages, plus de limiteurs ou de compresseurs, de manipulations iconoclastes ou de rotations de phase. Mais il y a des difficultés techniques notamment du fait que chaque face doit être gravée de la première à la dernière note d’un seul jet sans faire de raccord sous peine d’avoir à tout recommencer. Le technicien doit régler lui-même le pas du sillon lorsqu’il réclame un pas plus large alors que sur une gravure normale, cette opération est automatique grâce à un détecteur qui prévoit les fortissimos quelques secondes à l’avance. De plus, les musiciens ont un stress important puisque l’erreur n’est pas permise… Mais le résultat est bluffant et ravit les oreilles des audiophiles les plus blasés (Notamment les enregistrements Teldec faits avec des têtes de gravure Neumann SX 68). Ces disques gravés dans les années 70 avaient une dynamique époustouflante pour du vinyle ; déjà rares à leur sortie, ils sont maintenant très recherchés et donc très chers.

La lecture d’un disque : Le disque moulé acheté dans le commerce est placé sur le tourne-disque qui tourne à la même vitesse que lors de l’enregistrement. Il est lu à l’aide d’une tête de lecture munie d’une pointe en diamant. Les mouvements alternatifs de la pointe se transmettent à l’équipage mobile de la tête qui est un transducteur et une tension électrique est ensuite recueillie aux bornes de la tête, puis amplifiée grâce au préampli Phono RIAA et à l’ampli pour finalement être transformée en signaux acoustiques à l’aide d’un haut-parleur.

Le disque vinyle microsillon existe en LP : 33 tours (album complet), en 45 tours (Single) et en 12′ (Maxi Single 45 tours parfois 33 tours). Les derniers 33 tours de grande production furent diffusés en 1991, et les derniers 45 tours en 1993.

Les avantages et les inconvénients du disque vinyle : Ils ont déjà été en partie évoqués dans l’article précédant traitant de la cassette audio. Les inconvénients par rapport au CD sont pléthoriques : le pleurage et le scintillement (variation de la vitesse de lecture) sont élevés sur les TD bas de gamme et le rumble (bruits du mécanisme d’entrainement) aussi, le bruit liés à une mauvaise masse (ronflette) est parfois perceptibles pendant l’écoute entre deux pistes, le rapport signal sur bruit (souffle) et la dynamique sont médiocres (entre 50 et 70 db maximum à comparer aux 90 db du CD), la diaphonie (séparation de la stéréo) est catastrophique (35 db maximum à comparer au 90 db du CD), il y a des craquements dus à l’usure du sillon, le stylet est à changer régulièrement, l’électricité statique agglomère la poussière dans les microsillons, la distorsion du signal original (surtout dans les aigus) est souvent pénible, la vitesse de démarrage est lente, le support est sensible aux rayures, on a l’obligation de changer de face pour écouter l’album en entier, le pressage n’est pas forcément réussi et souvent le son est criard (stamper en fin de vie)… Quant aux avantages, comme pour la bande magnétique, ils sont subjectifs et inhérents aux défauts de l’analogique mais ils sont aussi liés à l’indigence des enregistrements actuels puisque la dynamique potentielle du numérique est sabotée par les réglages de compression du signal lors de l’enregistrement du master, ce qui paradoxalement rend les vieux enregistrements plus écoutables. Bref, on aime surtout le vinyle pour ses nombreux défauts, d’ailleurs certains rappeurs sont devenus masochistes au point de rajouter du souffle, de la distorsion et des craquements sur leurs enregistrement numériques…

Faut-il acheter des disques vinyles neufs ? Franchement, le son des pressages vinyles actuels est souvent mauvais, aussi vaut-il mieux récupérer un pressage d’époque. Là où des maisons de disques sérieuses devraient récupérer les masters originaux effectués en analogique, la plupart se contentent de repiquer le son à partir de fichiers .wav ou même parfois directement des cd du commerce qui ont été remasterisés. On a donc les désavantages du CD et du vinyle cumulés ce qui est stupide. Alors entre la réédition d’un disque microsillon à 30 euros (parfois plus) et son homologue plus vieux de trente ans à 2 euros trouvé aux puces ou sur le Bon Coin, le choix est vite fait. Quant aux sorties récentes, entre la version numérique ou vinyle, préférez systématiquement la première, puisque plus aucun studio ne mixe en analogique.

Le disque HD, l’avenir du vinyl ? Projet de la société Autrichienne Rebeat Innovation, les vinyles haute définition qui seront compatibles avec les platines déjà existantes, auraient pour particularité de pouvoir stocker plus de musique que sur un vinyle classique, avec un volume sonore plus élevé et une meilleure qualité audio globale. Pour parvenir à ce résultat, Rebeat Innovation va utiliser une nouvelle technologie de gravure. Elle commencera d’abord par convertir les enregistrements audio en «carte topographique 3D». Puis un laser se chargera de graver cette carte sur le stamper. Une innovation à suivre de près…

Technique Audio : La norme d’équalisation phono RIAA, acronyme de la Recording Industry Association of America :

Sur un disque vinyle, le sillon gravé (à partir d’un enregistrement sur bande magnétique) contient une reproduction mécanique du son enregistré, qui lors de l’écoute d’un disque vinyle est restituée par la pointe de lecture (le diamant) équipant la cellule de la platine disque. Elle effectue des mouvements variant à la fois latéralement et verticalement en fonction de ces reliefs. Lors de l’enregistrement d’un disque vinyle, le signal n’est pas gravé tel quel, mais subit une égalisation. Si on gravait le disque sans correction RIAA, les reliefs larges correspondant aux sons les plus graves seraient trop larges pour tenir dans le sillon, tandis que les reliefs les plus fins correspondant aux sons les plus aigus seraient si fins que leur reproduction par la cellule serait noyée dans le bruit de fond du vinyle, et que l’on ne les entendrait plus. On augmente donc progressivement le niveau des sons aigus pour que leur relief dans le sillon soit plus important et on atténue les basses fréquences pour que leur modulation rentre dans la place disponible. Par la suite, avant d’être reproduit, ce signal doit être ré-égalisé en sens inverse pour être suffisamment fidèle. La courbe résultante doit être horizontale.

Quelques grandes marques de platines tourne-disque :

Thorens : Thorens a commencé son activité en tant que fabricant de boite à musique puis de gramophones et de tourne-disques. La célèbre marque de platine suisse fut l’une des premières, au début du 20ème siècle, à proposer des platines tourne-disque à moteur électrique. Sa platine vinyle TD 150, développée à partir de 1965 est l’un de ses modèles les plus populaire. Sa construction sert de base aux modèles TD 125, TD 126, TD 127 et TD 160, produites jusque dans les années 1990.

Catalogue Thorens 1986 :

Dual : En 1907 deux frères allemands, Josef et Christian Steidinger, fondent à Sankt Georgen en Forêt-Noire l’entreprise Steidinger Frères, Mécanique de précision. Mais de nombreux désaccords mettront un terme à leur association, de sorte qu’en 1911 Christian Steidinger dirige seul avec quelques employés l’entreprise qui produira des composants de gramophone puis le mécanisme à ressort complet. Son nom actuel, Dual, vient d’une invention de l’ingénieur Emil Knecht commercialisée en 1927 ; un mécanisme double d’entraînement du disque combinant un moteur électrique et un moteur à ressort. Ce dispositif permettait d’utiliser l’appareil n’importe où. Dans les années 1930 les gramophones entièrement électriques apparaîtront grâce à l’ingénieur Hermann Papst, préfigurant les futurs tourne-disques. Dual introduira également sur le marché des lecteurs de cassette audio et vidéo, des lecteurs de disque laser, des amplis et autres appareils Hi-Fi jusque dans les années 1990. En 1993 la production des platines est cédée à Alfred Fehrenbacher GmbH et DGC GmbH, qui assemblent encore les tourne-disques à l’usine originelle de Sankt Georgen. Propriété du Coréen Namsung Electronics depuis 2002, son nouveau siège se trouve en Floride sous la désignation Dual Electronics, nom commercial de la filiale américaine Namsung America Inc.

Catalogue Dual 1987 : 

Technics : La firme fut originellement créée pour représenter le segment haut de gamme des équipements audio chez Matsushita. De nombreux produits étaient commercialisés, tels que des tourne-disques, des amplificateurs, des tuners, des enregistreurs cassettes et des lecteurs CD. Depuis 2002, la plupart de ces produits sont commercialisés sous la marque Panasonic. Seuls les équipements de DJ et les pianos électriques sont encore commercialisés sous la marque Technics. La réputation de la marque est en partie due à un modèle de tourne-disques sorti en 1978 et à nouveau commercialisée : la SL-1200 MK2, qui équipe de nombreuses discothèques à travers le monde. La production de Technics, arrêtée en 2010, reprend en 2014 pour les enceintes et amplificateurs, et en 2015 pour les platines haut de gamme, où ses concurrents japonais Sony et Pioneer ont prospéré en son absence.

Catalogue Technics 1981 : 

Platines tourne-disque professionnelles utilisées en Radio et en discothèque dans les années 80 : Amix, Technics, Dynacord, Barthe, Celestion, Dual, Lenco, Citronic, BE Broadcast.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *