Youngtimer – BMW Série 5 E12 (1972-81)

Après les brillants succès commerciaux des séries 1800, 2000 et 2000 ti, BMW, dont la réputation de qualité et de fiabilité était désormais bien assise, entreprit d’améliorer la sécurité et le confort de ses modèles chez lesquels, jusque-là, avait prédominé un caractère sportif. Cette nouvelle politique fut concrétisée par la série 5 présentée en 1972 avec le modèle 520.

Bien sûr le nombre 520 est un symbole (5 désignant le type de carrosserie et 20 donnant la capacité du moteur, soit 2 litres de cylindrée). La plate-forme des séries précédentes fut rallongée au bénéfice de l’habitacle tandis que les voies étaient étaient très élargies, ce qui améliora la stabilité et la tenue de route en courbe. Des roues indépendantes mieux guidées, un châssis globalement plus silencieux et des performances routières encore améliorées compensèrent largement la perte d’une certaine sportivité. La 520 à quatre cylindres vécut près de 10 ans, acceptant des motorisations de plus en plus puissantes. En 1977, un nouveau 6 cylindres de deux litres, souple et brillant, relança la 520 pour en faire la meilleure deux litres de son époque.

Les modèles de la série 5 phase 1 :

BMW 520 et 520 i (1972) : Pour la présentation de sa BMW Série 5 E12, le constructeur tira parti des Jeux Olympiques de 1972 qui se déroulaient à Munich, la capitale du Land de Bavière où le siège de BMW est implanté. Seules deux versions furent dévoilées : la 520 à deux carburateurs de 115 chevaux (surnommée «520/4») et la 520i à injection de 130 chevaux. La 520i étant considérée comme «sportive», la transmission automatique à 3 vitesses n’était disponible en option que pour la 520/4 dont les carburateurs Stromberg bénéficiaient d’un starter automatique.

BMW 525 (1973) : présentée au Frankfurt Auto Show. Équipée d’un réservoir de carburant plus volumineux (70 litres au lieu de 56 litres pour les modèles à quatre cylindres), la 525 proposait un moteur à deux carburateurs Zenith de 145 chevaux ainsi qu’un équipement revu à la hausse : le siège du conducteur était réglable en hauteur, la banquette arrière bénéficiait d’un accoudoir et le freinage était assuré par quatre disques. La transmission automatique à 3 vitesses était disponible en option, comme la direction assistée.

BMW 518 (1974) : en réponse au choc pétrolier consécutif à la guerre du Kippour. Les prix des carburants ayant significativement augmenté, le constructeur proposait à sa clientèle une alternative économique en équipant la BMW E12 du moteur 1,8 litres à quatre cylindres M10 de la Neue Klasse 1800 et de la Série 02, développant 90 chevaux. Le carburateur Solex 38 PDSI de la 518 fut remplacé un an après le lancement du modèle par le Solex 32/32 DIDTA qui disposait d’un starter automatique et permettait de rouler à l’essence ordinaire.

BMW 528 (1975) : Elle fut présentée au Geneva Motor Show et venait coiffer la gamme avec des performances de grande routière. Elle proposait un moteur à deux carburateurs Zenith de 165 chevaux, abattait le 0 à 100 km/h en moins de 10 secondes et sa vitesse maximale approchait les 200 km/h. Équipée de quatre freins à disques comme la 525, la 528 était montée de pneumatiques à profil bas et son équipement de série incluait la direction assistée.

À partir du restylage de septembre 1976, la puissance des moteurs des 525 et 528 fut améliorée par le remplacement des deux carburateurs Zenith par un carburateur à quadruple corps Solex. Le moteur de la 525 développait ainsi 150 chevaux au lieu de 145 et le moteur de la 528 170 chevaux au lieu de 165.

BMW 520/6 (1977) : Elle fut présentée au Frankfurt Auto Show. BMW souhaitant se distinguer de Mercedes-Benz dont les moteurs 2,0 litres étaient encore des quatre cylindres, cette nouvelle 520 de 122 chevaux (surnommée « 520/6 ») remplaçait à la fois les 520/4 et 520i à quatre cylindres. La 528i fut également présentée en remplacement de la 528. L’adoption du système d’injection Bosch L-Jetronic en remplacement du carburateur Solex amenait sa puissance à 177 chevaux et sa vitesse de pointe au-delà de 200 km/h. En revanche, les transmissions disponibles pour ce modèle étaient inchangées : manuelle à 4 vitesses ou automatique à 3 vitesses en option.

À l’automne 1978, deux transmissions manuelles à 5 rapports furent proposées en option pour la 528i : une boîte de vitesses «économique» surmultipliée et une boîte de vitesses « sport », développées par l’équipementier allemand Getrag.

BMW M535i (1979) : Elle fut présentée au Frankfurt Auto Show. Équipée du moteur à six cylindres M30 de 3,5 litres de la BMW Série 6 635csi qui développait 218 chevaux, cette nouvelle version de la BMW E12 marqua les esprits par ses performances et son équipement de série pléthorique, tels que la boîte « sport » optionnelle de la 528i, un pont autobloquant et des sièges Recaro. Produite du mois d’avril 1980 au mois d’avril de l’année suivante, la M535i fut uniquement commercialisée en Europe et diffusée à 1410 exemplaires.

Également à partir de 1979, la boîte de vitesses manuelle à 5 rapports en option fut généralisée dans sa version « économique » au bénéfice des 518, 520/6 et 525.

BMW 530i (1974-78) : fut produite en Allemagne mais aussi exportée vers les États-Unis et, dans une moindre mesure, vers le Japon de 1974 à 1978. Le modèle américain reçut des pare-chocs plus épais et un système de climatisation de série. Le modèle japonais était équipée des pare-chocs du modèle américain et d’une transmission automatique de série. Toutes les 530i utilisait le système d’injection Bosch L-Jetronic pour satisfaire aux normes d’émission américaines. La 528i remplaça la 530i en 1978. À partir de 1980, le modèle japonais fut livré avec les pare-chocs qui équipaient les modèles européens.

Caractéristiques Techniques : Voir Brochure ci-dessous.

Cote du modèle : à partir de 5000 € pour une 520. 7000 € pour une 528.