Youngtimer – Audi V8 (1989-94)

Bien qu’elle soit équipée de la transmission intégrale, l’Audi V8 ne s’appela pas Quattro, même si cela figurait en grosse lettres au bas de la lunette arrière. Non, avec cette berline de luxe, Audi avait préféré mettre l’accent sur la nouveauté : le moteur, mais c’était la première fois qu’une voiture de haut standing proposait une transmission intégrale. En raison de la structure même de l’automobile, le moteur se trouvait nécessairement en porte-à-faux, nécessitant donc un bloc moteur relativement court. Ce dernier, en raison de sa position, devait être le plus léger possible – d’où l’utilisation d’aluminium. En simplifiant, on peut dire que ce V8 est né de l’accouplement de deux 4 cylindres de Golf 16 S (1781 x 2 = 3562 cm3). Les 32 soupapes sont commandées par 4 arbres à cames en tête, le tout étant, bien entendu intégralement géré par un Motronic Bosh. Deux ans après sa sortie, le moteur augmentera de cylindrée pour passer à 4,2 litres.

Une tenue de route exceptionnelle : 

Le comportement routier de l’Audi V8 était extraordinaire. Dans les pires conditions, elle était encore à l’aise, là où ses concurrentes commençaient à demander grâce. Sur route mouillée, elle donnait l’impression de rouler sur du sec. L’insonorisation est telle que le moteur, la transmission et les bruits de roulement sont inaudibles. Les suspensions sont très souples et pourtant, aucune bosse ne les met en butée. Ce n’était pas une sportive, mais pour se déplacer vite, par tous les temps, en silence, dans un confort parfait et en toute sécurité, difficile de trouver mieux à l’époque.

Un équipement pléthorique : 

Côté équipement, tout était compris. Peinture métallisée, vitres athermiques, climatisation automatique, sièges en cuir (chauffants et à réglages mémorisés à l’avant), radio-cassette stéréo à 6 HP, ordinateur de bord, verrouillage centralisé avec chauffage des serrures des portes, lève-vitre et rétroviseurs électriques, lave-phares, boîte automatique ZF (quatre rapports et trois programmes : Economique, Sport, Manuel), direction assistée et ABS, tout cela pour 80.000 F de moins qu’une BMW 750i, ou 140.000 F de moins qu’une Mercedes 560 SE.

Caractéristiques Techniques : 

Moteur : V8, 32s ; Cylindrée : 3562 puis 4170 cm3 ; Puissance maximale : 250 puis 280 ch ; Couple maximal : 340 puis 400 Nm.
Transmission : Quattro.
Poids et performances : Poids à vide : 1710 kg ; Vitesse maximale : 235 puis 250 km/h ; Accélération : 0 à 100 km/h en 9,2 puis 7 s.
Consommation mixte : 17,5 L/100 km.
Carrosserie : Berline tricorps.
Dimensions : 4874 x 1814 x 1420 mm.
Prix du modèle neuf en 1989 : 420.000 F soit 102.487 € avec 60% d’inflation.
Côte actuelle : à partir de 2500 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *