Série TV – Amicalement Vôtre (The Persuaders!) (1971-72)

Le scénario de la série était d’une grande simplicité : un duo constitué de deux playboys fortunés mais désœuvrés (un millionnaire américain, Danny Wilde, issu des bas quartiers New Yorkais, et un aristocrate britannique, Lord Brett Sinclair, rentier de profession). Ils guérissent de leurs accès de crises d’ennui récurrentes, en prenant en chasse les criminels débusqués par le juge Fulton, un magistrat à la retraite. Ils n’hésitent jamais a s’engager dans une aventure tant qu’il y a du danger et une jolie fille à la clé. Chaque épisode est tourné sur un fond de somptueux paysages européens dans un environnement de luxe, de gens célèbres et fortunés.

Robert S Baker, le producteur du Saint, aimait les films de copains et la screwball comedy (une comédie loufoque, sorte de sous-genre de comédie hollywoodienne. Elle tire son nom de l’argot américain où screwball désigne un individu au comportement étrange voire excentrique). Ce genre de films lui a donné l’idée du feuilleton « Amicalement Vôtre ». Il est allé trouver le producteur TV Lew Grade, qui lui a dit: «Allez au USA et trouvez-moi un acteur. » Rock Hudson n’était pas intéressé, ni Glenn Ford. Puis le nom de Tony Curtis a été évoqué. Mais son agent était sceptique. Grade a pris un vol vers Los Angeles pour une réunion dont Curtis se souvient encore. Curtis a demandé: «Excusez-moi, monsieur, comment dois-je vous appeler? Lew a répondu : « Si vous faites cette série, vous pouvez m’appeler comme vous voulez ». Dès ce jour-là, nous avons eu les meilleures relations possibles, il m’a beaucoup aimé, j’étais un franc-tireur, je n’ai pas fait les choses comme elles étaient prévues.

Embaucher Curtis était le moindre des problèmes de Grade. Décrocher Moore comme acteur était une autre affaire. Il avait juré de laisser tomber la télévision après sept ans de tournage sur le Saint. «J’ai reçu un appel de Lew qui m’invitait à passer à son bureau,» dit Moore. « Quand je suis arrivé, il a dit: « Bien, nous allons faire The Persuaders! » J’ai dit: «Mais Lew, je ne veux plus faire de télévision. » Il a dit: «Écoutez, le pays a besoin d’argent. La reine, pensez à votre reine, elle a besoin d’argent ». Il était très difficile de dire non à Lew parce que si commenciez à discuter, il vous enfonçait un cigare dans la bouche.

Moore a d’abord rencontré Curtis chez lui, à son domicile d’Hollywood. On lui avait dit de ne pas fumer (Curtis était un porte-parole du lobby anti-tabac américain). «Je fumait comme un idiot à l’époque», dit Moore. « Une heure plus tard, je lui ai dit : « Cela vous dérange si je fume?  » Tony a ouvert toutes les fenêtres de la pièce, a allumé un ventilateur et a posé sur mes genoux un gros bouquin sur les horreurs du cancer du poumon. J’ai arrêté de fumer deux jours après.

Ironiquement, quand Curtis est arrivé en Angleterre, il a été pris en possession de marijuana, ce qui a abouti à un sacré tapage médiatique. En retournant chez lui, Bob Hope plaisantait en disant de lui « qu’il faisait encore des boucles autour de l’aéroport de Londres trois mois après qu’il fut censé atterrir. » J’ai gardé les coupures de journaux et les ai mises dans un album, » dit Moore. «Je l’ai donné à Tony et l’ai intitulé « Comment se faufiler dans un pays sans que personne sache que vous êtes là ».

Cette rivalité ludique a continué tout au long de la réalisation de la série et a imprégné les personnages. Beaucoup a été écrit sur la relation de Curtis et Moore dans « Amicalement Vôtre », le consensus étant qu’ils ne pouvaient pas se supporter. Mais Curtis dément. « Ce que vous avez vu à l’écran, c’est ce que nous étions … Le plus formidable quand on travaille avec Roger, c’est qu’il n’y a pas de guerre d’ego. Pour moi, son comportement autant que son attitude étaient excellents. Personne n’est mieux que Roger. »

Les deux stars ne devinrent jamais des amis proches car ils étaient trop différents : Moore accommodant et décontracté, Curtis volatile et capricieux. « Ils n’étaient pas de grands copains, » dit George Baker, qui est apparu comme star invitée dans la série. Tony venait souvent dans mon pub de la rue Lower Belgrave pour passer une heure à discuter, puis il allait faire la fête, mais c’était un homme très gentil et un acteur merveilleux.

Cet aspect de la vie de Curtis a peut-être agacé le côté conservateur de Moore et parfois il a même affecté le travail lui-même, comme le révèle Robert S Baker. « Tony pouvait être épineux, il arrivait le matin d’humeur orageuse, tenant tout le monde à l’écart, puis il descendait de sa loge une demi-heure plus tard après avoir fumé quelques joints et embrassait l’assemblée. Tant que Tony fumait des joints, il était agréable, mais quand il ne fumait pas, il pouvait être très difficile, et il fallait toujours le prendre avec des gants.

Malgré leurs personnalités contrastées, Moore et Curtis étaient irrésistibles en tant que duo à l’écran. Souvent, ils avaient des scènes d’improvisation, augmentant le degré d’humour que Curtis, en particulier, estimait important. « Le spectacle avait besoin d’une touche de comédie, alors j’inventais des plaisanteries. Une fois, Sinclair était vêtu d’une robe de velours et de son épitoge herminée, la tenue pour se rendre à la chambre des Lords, et je devais lui demander : « Où vas-tu? » Je ne l’ai pas fait, j’ai dit à la place: « Veux-tu m’épouser? » C’était le genre de réplique que j’aimais faire, et ça marchait ».

Ces merveilleuses touches d’humour ont créé la légende de la série! Et c’était le but du producteur Baker. Il ne voulait pas d’un thriller pur et dur, dit-il. « Dans le premier épisode, vous avez ces deux gars se querellant sur la quantité d’olives nécessaire dans un verre d’alcool. Vous ne pouvez pas prendre cela au sérieux ».

Une grande partie de l’intérêt d’ « Amicalement Vôtre » vient aussi des hôtels et restaurants de luxe fréquentés. Et, bien sûr, des supercars. «Il y a un gars dans un Aston Martin DBS et l’autre gars dans une Ferrari Dino,» dit Curtis. « C’est mieux que d’être dans un bus Volkswagen! » Puis il y a les larges revers, les chemises à volants et les gros foulards. Moore a même conçu ses costumes lui-même. « Je discutais avec mon tailleur de différentes choses, fondamentalement classique, mais en essayant d’apporter un regard des années soixante-dix. Je pense que cela a fonctionné. J’ai pris des parts dans la série pensant que nous allions éventuellement en développer certains aspects commerciaux, mais je suis si paresseux que je n’ai jamais rien fait. J’aurais pu être Beckham avant Beckham. »

« Amicalement Vôtre » s’efforça d’éloigner tout soupçon d’attraction homosexuelle entre ses deux leaders en faisant intervenir des stars féminines. Celles-ci incluaient Joan Collins et Susan George, qui ont servi un peu plus que de victimes impuissantes attendant d’être secourues. Après tout, avec Curtis et Moore, vous aviez deux des plus grands symboles sexuels de l’époque. «Nous avons partagé toutes les femmes que nous avons rencontrées», ironise Curtis. «Il y avait un compromis à la fin de la semaine. Nous avons passé un bon moment.»

Avec un coût de 2,5 millions de £, « Amicalement Vôtre » fut la série britannique la plus chère de cette époque. «Le budget était très important», confirme Baker. «Principalement parce que nous avions deux stars, vous pourriez faire une série rien qu’avec leur salaire. Chaque épisode a pris environ 12 jours à faire et il y avait toujours une atmosphère amusante dans l’ensemble. «On n’aurait pas pu tourner autrement», dit Curtis. «Mais il y avait de la pression pour les tourner plus vite et faire des économies. «Nous avons réalisé 24 films de 50 minutes en 18 mois, et j’ai aimé Londres, je suis devenu un vrai Anglophile et m’y suis fait des amis fabuleux comme Paul McCartney. Il nous nous a permis d’assister à quelques concerts de rock. J’ai passé d’excellents moments.»

Quand « Amicalement Vôtre » a  débuté en 1971, la série n’a pas marché aux U.S.A. «Cela n’a pas fonctionné», explique Moore. «Mais ça a marché dans le reste du monde, en particulier en Europe. Ils me disaient toujours en Allemagne : « Mon dieu, nous avons rendu cette série si drôle ». Je disais: «Que voulez-vous dire par vous l’avez rendu drôle? C’était marrant. « Oh non, disaient-ils. C’est le doublage qui l’a rendu drôle ».

Malheureusement, aux États-Unis, seuls 20 des 24 épisodes ont été diffusés. Curtis croit que c’était parce qu’il ne sont pas passés en prime time. « Ils l’ont passé à 21h ou 22h, ça les embêtait, ces idiots de chez ABC, ils pensaient qu’ils savaient tout. Ils étaient trop cons. »

Mais il n’était pas question que la série soit mise de côté. Selon Curtis, Grade voulait faire plus d’épisodes mais avec un budget moins élevé, ce qui signifiait la fin des tournages dans des coins glamours. « Roger et moi avons parlé et je pensais que ce n’était pas viable parce que n’allions pas faire une série du même niveau. Nous voulions voyager dans des endroits exotiques comme Hong Kong ou l’Amérique du Sud et prendre dans le tournage de belles filles du coin. Et vous savez que tous les pays ont de belles filles, mais ils ont fait une grosse erreur. On a accepté leur décision sans rechigner. »

Baker se rappelle les choses un peu différemment. « Lew voulait faire plus de Persuaders! », Mais Roger n’a pas accepté. A cette époque, Roger avait eu l’offre de tourner James Bond.  » Grade a joué avec le remplacement de Moore, mais ils ont décidé d’en rester là. « Autrement, nous en aurions fait beaucoup plus », révèle Baker. Ça aurait pu durer des années.

Depuis son arrêt, « The Persuaders! » est devenue l’un des souvenirs les plus apprécié de toutes les séries de télévision, sa popularité n’a pas disparu après plus de trois décennies. Les rumeurs ont persisté à propos des « Persuaders! » Un retour à la télévision, un remake grand écran, peut-être même Jamie Lee Curtis faisant équipe avec la fille de Moore, Deborah. «Ils avaient un certain nombre d’idées», dit Curtis. «Ils voulaient nous séparer Roger et moi, je devais travailler avec un jeune homme et laisser Roger travailler avec un plus jeune Danny Wilde, mais je suis content que la série ait pris fin comme elle l’a fait. Personne n’avait jamais vu ça. Et c’est ce que j’aime. »

Tony Curtis est décédé le 29 septembre 2010 à Henderson, Nevada, États-Unis

Source

Voir sur YouTube : « Amicalement Votre (Générique) – The Persuaders (opening) » par AgoraVoxFrance