Livres SF – Raphaël Lafferty – Deux romans des années 80

Raphaël Aloysius Lafferty est né le 7 novembre 1914 à Neola en Iowa et mort le 18 mars 2002 (à 87 ans) à Broken Arrow en Oklahoma. A l’Université de Tulsa, il étudie les mathématiques et l’allemand. Sa première expérience professionnelle fut celle d’électricien pour la compagnie Clark Electric. Il poursuivit des études de journalisme de 1939 à 1942 à l’International Correspondance School .
Lafferty s’engage en 1942 dans l’US Army pendant la Seconde guerre mondiale.  Ce n’est qu’aux environs de 35 ans, qu’il prend la plume pour se consacrer à l’écriture de fiction. Sa première publication remonte à 1959 avec la nouvelle “The Wagons” dans le “New Mexico Quaterly Review”. Et son premier texte de science-fiction publié paraît en 1960 sous le titre “Day of the Glacier” dans “The original science-fiction stories”. Il faut attendre huit ans pour que soit édité son premier roman “Le maître du passé”. Roger Zelazny, Samuel R. Delany et Harlan Ellison saluent son talent. Théodore Sturgeon dit de lui: « Lafferty est le plus fou, le plus pittoresque, le plus imprévisile des écrivains ». Les publications de nouvelles et de romans s’enchaînent d’autant plus qu’il arrête son métier d’électricien en 1971 pour exercer sa passion. “Eurema’s dam” (La Mère d’Eurema) lui vaut le prix Hugo de la nouvelle en 1972.

Lafferty est un écrivain atypique dont l’œuvre est “inclassable”; il a bousculé les frontières de la science-fiction, osant le non-sens absolu, et le délire le plus gratuit. Son univers est déjanté ce qui fait de lui une voix à part dans le genre, qui ne peut laisser personne indifférent : certains l’adorent, beaucoup le détestent. En 1960, à l’âge de 45 ans, et alors qu’il a derrière lui une carrière bien remplie d’ingénieur, Raphaël Aloysius Lafferty prend deux décisions : ne plus s’arrêter de boire et ne plus s’arrêter d’écrire. Il a tenu parole. Ce qui le conduit vingt ans plus tard à 32 romans, 240 nouvelles et une série d’accidents cardiaques.

Voici la présentation de l’Anthologie sur Lafferty par Patrice Duvic :

“Est-ce qu’il se fout du monde? Bien sûr! Mais son humour secret nous prend au dépourvu. […] Il a attendu longtemps avant de publier; il s’est décidé en 1960, et du coup il s’est retrouvé doyen de la nouvelle vague; en même temps, il est pratiquement devenu le rigolo. Mais on ne s’en aperçoit pas toujours, parce qu’il adore mystifier son monde. D’un côté, il pousse l’art de la conversation de bistro à des hauteurs inégalées; d’autre part, il fait la nique à Borges, à Boris Vian, à Bechett. Il a publié des grands romans comme “Tous à Estrevin” (où une machine raconte ses mémoires) ou “le maître du passé”, mais c’est dans l’art de la nouvelle qu’il est inégalé – ce qui est logique pour un humoriste. Quand on a lu trop de S.F., il garde toute sa saveur. C’est le nectar des toxicomanes”.

Autobiographie d’une machine ktistèque (1971) réédité sous le titre : Tous à Estrevin (1981) :

Mille milliards de shizopodes ! Ceci est la première autobiographie écrite par une machine. Il fallait faire vite : je peux très bien tomber en morceaux d’ici deux cents ans.
C’est à cause de l’Institut des Sciences Impures. Je suis leur dernière trouvaille depuis la création de l’eau fluide, qui manqua les faire lyncher. Très vite, j’ai dû prendre en main mon propre assemblage. Je me demande à quoi j’aurais ressemblé si je n’étais arrivé à temps.
Une machine ? Si on veut. Mon cellogel contient le précis d’Aloysius Shiplap, l’inventeur du cellogel. Et le précis de Glasser, l’inventeur du précis. Et tous les autres. Lewis Carroll, Jorge Luis Borges, Groucho Marx, et j’en passe. Des gens qui savent que ce monde est aussi vrai qu’une coupure de trois dollars. Mais ils m’ont demandé qui serait le meilleur chef possible. Quelle question ! Moi, évidemment. Ils n’ont pas eu l’air contents. Ces gens-là ignorent que le passé ne peut pas exister. Mes banques mémorielles n’en parlent pas. Où en étais-je ? Ah oui……

Annales de Klepsis (1985) :

Voici le récit des aventures de Long John Tyrone, historien affligé d’une jambe de bois, sur la planète Klepsis dont les habitants, hommes et bêtes, vivent en permanence sous l’effet hallucinogène de leur nourriture. Résultat : la réalité n’est pas ce qu’on croit, les illusions non plus d’ailleurs. Comment dans ces conditions calculer le jour de l’Apocalypse ?

     Des princesses, des fantômes, des pirates, des ivrognes et des oiseaux philosophes, des trésors cachés, des chansons à boire et des formules magiques, une réflexion sur le sens de la vie, la relativité des choses, l’amour et la mort et le poids des fantômes.
Un trip inferno-paradisiaque.

Film – Métal Hurlant (1981)

La revue :

A l’origine, Métal Hurlant était un magazine de bande dessinée créé dans les années 70 par Dionnet, Moebius et Druillet et édité par Les Humanoïdes Associés de janvier 1975 à juillet 1987, puis de juillet 2002 à octobre 2004, avec un ultime numéro en 2006. Créé sous l’impulsion de Jean-Pierre Dionnet, son rédacteur en chef de 1975 à 1985, Métal Hurlant apparaît comme une des revues majeures de la presse adulte, « un véritable laboratoire d’où sont sortis quelques chefs-d’œuvre et un bon nombre de grands noms de la bande dessinée contemporaine». La revue de bande dessinée américaine Heavy Metal, dont le premier numéro est paru en avril 1977, est à l’origine une version américaine de Métal Hurlant, bien que l’équipe rédactionnelle française n’y ait jamais été directement impliquée. Heavy Metal a directement inspiré deux films : Métal Hurlant (Heavy Metal, 1981) et Heavy Metal 2000 (1999) ainsi qu’une série télévisée : Metal Hurlant Chronicles (2012). Métal hurlant, quant à lui, a inspiré directement ou indirectement l’esthétique de nombreuses œuvres graphiques, littéraires ou cinématographiques (Mad Max, Alien, Blade Runner, le Cinquième Élément, etc.).

Le film :

Le film a été fait dans l’urgence, la création des différentes histoires réparties entre plusieurs studios d’animation, ce qui explique leur inégalité quant aux qualités graphiques. Ce qui rend ce long-métrage datant de 1981 fascinant, c’est l’utilisation ingénieuse de multiples techniques précédant l’essor extraordinaire des possibilités de l’informatique. Des objets grandeur nature, comme une Corvette, des modèles réduits, comme un avion B-17, ou des paysages désertiques ont été filmés et intégrés aux dessins. Une caméra multiplane de cinq mètres a été utilisée pour donner de la profondeur de champ à des scènes aériennes qui conservent, malgré leur caractère un peu daté et maladroit, un charme poétique certain. La musique apporte beaucoup au film, que ce soit le thème lyrique et envoûtant d’Elmer Bernstein, ou les morceaux de rock de groupes réputés de l’époque tels les Black Sabbath, Blue Oyster Cult, Cheap Trick, Donald Fagen, Sammy Hagar, Journey, Nazareth, Stevie Nicks, Riggs et même Trust. C’est d’ailleurs la bande originale qui a retardé pendant des années la commercialisation du film en vidéo, pour une question de droits d’auteurs.

La “Machine” à rêver :

Métal hurlant (Heavy Metal) est un film d’animation canadien de Gerald Potterton, produit par Ivan Reitman et Leonard Potterton, sorti en 1981. Il se compose d’une suite d’histoires reliées par un thème : toutes mettent en scène le pouvoir maléfique et les méfaits d’une immonde sphère lumineuse verte, le Loc-Nar. Sur ce fil conducteur se greffent l’humour et la dérision des auteurs du Métal hurlant des années 1980. La jaquette de la cassette vidéo de l’époque le présente ainsi: “Dans le passé, le futur, sur la terre et dans l’au delà, il est le seul à connaître son véritable ennemi. Il est le seul à pouvoir le trouver. C’est l’histoire de Métal Hurlant”.

Voir sur YouTube : “Heavy Metal – Original 1981 Trailer “

 

Disque – Bernard Lavilliers – Nuit d’Amour (1981)

Bernard Lavilliers est né le 7 octobre 1946 à Saint-Etienne. Son père, un ancien résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, est ouvrier dans une manufacture d’armes locale. Sa mère est institutrice. En ces temps d’après-guerre, les temps sont difficiles et Bernard, qui a 7 ans, connaît des problèmes de santé. N’ayant pas les moyens d’envoyer l’enfant en sanatorium, ses parents déménagent et vont habiter à la campagne. C’est plus tard, à l’âge de 12 ans que Bernard Lavilliers va connaître la vie dans les cités HLM de Saint-Etienne où il vivra jusqu’à ses dix-neuf ans. Pratiquant la boxe depuis l’âge de 13 ans, il hésite alors entre un avenir de boxeur professionnel ou de comédien, métiers qui lui permettent dans les deux cas, d’exprimer sa révolte envers la société. Pourtant, en 1962, sur les conseils de son père il apprend le métier de tourneur sur métaux. Il gagne ainsi sa vie jusqu’en 1965 comme ouvrier. Durant cette période, il écrit ses premières chansons et organise de petits concerts à Saint-Etienne et dans la région, avec peu de moyens.

Pour fuir cet avenir gris, à 19 ans, il part pour le Brésil. Débarquant à Rio, il essaie sans succès de devenir docker. Puis il met le cap vers Salvador de Bahia et Belem, où il est engagé comme chauffeur de camion. C’est l’aventure de l’Amazonie. De retour en France, il refuse de faire le service national et devient insoumis. Lorsqu’il est libéré, fin 1967, il vient à Paris et commence à chanter dans des cabarets. Il y croise Jean-Pierre Hébrard, directeur artistique de la firme Decca, qui lui fait faire deux 45 tours et un album, très influencé par l’écriture de Léo Ferré. Le succès vient en 1976 avec l’album “Les Barbares”. Il décrit cet album comme le tournant musical de sa carrière. On y découvre en effet un mélange musical allant du rock au funk en passant par les rythmes tropicaux. Il passe pour la première fois à l’Olympia en octobre 1977. C’est à cette période qu’il rencontre Léo Ferré, un modèle pour lui.

Sans renier son passé ni accepter de compromission, Lavilliers est un des chanteurs français qui a prouvé qu’on pouvait vendre des disques sur l’hexagone en chantant autre chose que de la guimauve sur des textes mielleux.

L’album “Nuit d’amour” :

En janvier 1981, le grand voyageur qu’est Bernard Lavilliers reprend la route pour le Salvador en Amérique centrale, via Los Angeles. Il sort l’album “Nuit d’amour” qui raconte notamment sa nouvelle vie à L.A. et sa rencontre avec Lisa Lyon qui deviendra sa femme. Cet album montre un certain renouveau et explore de nouvelles pistes musicales plus électroniques, notamment avec le titre “Night Bird”, mais certains titres comme “Pigalle la Blanche” semblent plus dans la continuité de son album précédent (“O Gringo”, album exotique aux rythmes reggae, salsa et traditionnels brésiliens.)

Voici la présentation de l’album faite par Lavilliers lui-même :

“Les oiseau de nuit sont des animaux solitaires. Ils se cachent quelquefois dans “l’imaginaire” des Poètes ou dans les circuits intégrés des synthétiseurs, quelque part à l’Ouest de la Californie. Pour faire sortir de l’œuf “Bel oiseau nocturne et magnétique” nous nous sommes attablés, François BREANT et moi, dans un garage en tôle de Santa Monica et nous avons observé les “couchers de soleil” qui brûlent sur Hollywood, travaillé plusieurs nuits pour voir se lever les Aurores spatiales de Los Angeles. Cet oiseau de nuit a été couvé à deux, à l’aide de ce monstre appelé “FAIRLIGHT COMPUTER MUSICAL INTRUMENT” avec la complicité des techniciens du Village Recorder et sous la présidence de Richard MARSAN. J’ai choisi de travailler cet album avec les membres de mon groupe, nomades du Rock mutant entre Los Angeles et Paris.”

Discographie :

1968 : Chanson pour ma mie
1972 : Les Poètes
1975 : Le Stéphanois
1976 : Les Barbares
1977 : 15e Round
1979 : Pouvoirs
1980 : O gringo
1981 : Nuit d’amour
1981 : Premiers pas… (titres de 1967-68)
1983 : État d’urgence
1984 : Tout est permis, rien n’est possible
1986 : Voleur de feu
1988 : If…
1991 : Solo
1994 : Champs du possible
1997 : Clair-obscur
2001 : Arrêt sur image
2004 : Carnets de bord
2008 : Samedi soir à Beyrouth
2010 : Causes perdues et musiques tropicales
2013 : Baron Samedi
2014 : Acoustique

Voir sur Dailymotion : “Lavilliers Night bird clip with Lisa Lyon” par Frédéric CORVEST ; YouTube : “Bernard Lavilliers – Noir Et Blanc” et “Bernard Lavilliers – Stand The Ghetto” par BernardLavillierVEVO

 

Youngtimer – Porsche 944 (1981-91)

La Porsche 944 fut présentée au salon de Paris de 1981. Elle avait été créée en vue du marché américain, où la 924 avait du mal à s’imposer. Sa carrosserie à voie élargie était inspirée de celle de la 924 Carrera GT de compétition, sauf qu’elle était entièrement construite en acier galvanisé.

Une moitié de 928 :

Le moteur de la 944 avait été inauguré sur la 924 STP du Mans. Il pouvait passer pour une moitié  de V8 de la 928 (d’autant plus que les cylindres étaient inclinés à 45°), mais avec un alésage de 100 mm (au lieu de 97 mm) qui en faisait le plus gros quatre cylindre de tourisme de la production mondiale. Il devait sa douceur inusité de fonctionnement à deux arbres d’équilibrage tournant en sesn inverse du vilebrequin. La puissance était comparable à celle d’une 924 Turbo, mais avec un meilleur couple à bas régime qui pouvait rendre sa conduite plus facile et plus agréable sur les autoroutes américaines où la vitesse est limité à 90 km/h.

Une silhouette musclée :

Avec sa silhouette musclée, la 944 répondait mieux que la 924 à l’idée que l’on se fait d’une Porsche. Les clients optaient massivement en sa faveur, non seulement aux Etats-Unis, mais aussi en Europe, au point que la 944 supplanta complètement son aînée.

Les Modèles successifs :

1981-1984 – 944 phase 1 2 479 cm³ – 163 ch

1985-1988 – 944 phase 2 2 479 cm³ – 163 ch

1988-1989 – 944 2,7 L 2 681 cm³ – 165 ch

1986-1988 – 944 turbo 2202 479 cm³ – 220 ch

1989-1991 – 944 turbo 2502 479 cm³ – 250 ch

1989-1991 – 944 S2 2 990 cm³ – 211 ch

Caractéristiques :

Moteur: 4 cylindres; 1 arbre à came en tête; cylindrée et puissance, voir ci-dessus. Transmission: roues arrière  motrices; boîte de vitesse à 5 rapports. Dimensions: empattement: 2,40 m; voies avant et arrières, 1,48 m ; poids, 1300 kg. Performances : 220 km/h.

Prix en 1981 et prix actualisé en 2016 : en tenant compte d’une inflation cumulée de 174.3% : 129.900 Francs soit 54.311 € actuel

Côte constatée en 2016 : Entre 6000 et 8500 € pour une Phase 2 en bon état.

Oldtimer – Dino 246 GT (1969-74)

Alors que Ferrari s’oriente déjà vers une généralisation du V12 sur toutes ses productions, Dino Ferrari, le fils du Commendatore, conçoit un V6 peu avant sa mort prématurée en 1956. Ce moteur connaît rapidement un énorme succès en compétition sur des Formules 2, et des Formules 1 auxquelles il permet  d’enlever le championnat du monde en 1961.

Un moteur central :

Parallèlement, Pininfarina cherche depuis des années à dessiner une voiture à moteur arrière ou central : cela permettrait de gagner sur la hauteur, affinant d’autant la silhouette, sans parler des meilleures qualités dynamiques qu’apporte cette Formule aujourd’hui généralisée. Enzo Ferrari est très hostile à cette disposition arrière du moteur. Il finit pourtant par céder et autorise Pininfarina  à fabriquer un prototype… qui ne sera pas une vraie Ferrari. La splendide berlinette à moteur central présentée au Salon de Paris de 1965, s’appelle en effet Dino GT et elle reçoit de droit une version assagie du fameux V6. Le nom de Ferrari n’apparaît pas et, lorsqu’elle sera commercialisée à partir de 1968, la Dino 206 GT devra certains de ses éléments intérieurs aux usine Fiat. Le moteur Dino sera aussi utilisé dans d’autres modèles du groupe Fiat comme la Fiat Dino en 2 et 2,4 L, “dégonflé” à 180 ch (en fait la puissance et les réglages sont les mêmes, mais les catalogues Fiat ne pouvaient pas indiquer la même puissance pour une question de marketing) mais aussi la Lancia Stratos.

Caractéristiques :

Moteur: 6 cylindres en V en position centrale arrière ; cylindrée : 2419 cm3 ; 4 arbres à cames en tête ; puissance réelle, 190 ch à 7600 tr/mn ; 3 carburateurs Weber double corps. Transmission : directe aux roues arrières ; boîte de vitesse, à 5 rapports. Dimensions : longueur, 4,23 m; largeur, 1,70 m ; poids à vide : 1080 kg. Performances : vitesse maximale : 240 km/h ; 1000 m départ arrêté en 27,3 secondes. Production : 3761 exemplaires.

Prix en 1970 et prix actualisé en 2016 en tenant compte de l’inflation : En 1970, une Ferrari Dino 246 GT 2.4 neuve coûtait 73.500 Francs équivalent à 82.801 € en 2016.

Cote constatée en 2016 : Les prix pratiqués sur ce modèle sont devenus indécents. Comptez un minimum de 200.000 € environ. Le prix fluctue à la hausse en fonction du nombre de milliardaires de toutes nationalités qui investissent dans les voitures de collection les plus prisées pour diversifier leurs placements ; à ce prix là, même Dany Wilde aurait laissé tomber.

Voir sur YouTube : Dino 246 GT on the road par Kult Werkstatt