Disque – Bernard Lavilliers – Nuit d’Amour (1981)

Bernard Lavilliers est né le 7 octobre 1946 à Saint-Etienne. Son père, un ancien résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, est ouvrier dans une manufacture d’armes locale. Sa mère est institutrice. En ces temps d’après-guerre, les temps sont difficiles et Bernard, qui a 7 ans, connaît des problèmes de santé. N’ayant pas les moyens d’envoyer l’enfant en sanatorium, ses parents déménagent et vont habiter à la campagne. C’est plus tard, à l’âge de 12 ans que Bernard Lavilliers va connaître la vie dans les cités HLM de Saint-Etienne où il vivra jusqu’à ses dix-neuf ans. Pratiquant la boxe depuis l’âge de 13 ans, il hésite alors entre un avenir de boxeur professionnel ou de comédien, métiers qui lui permettent dans les deux cas, d’exprimer sa révolte envers la société. Pourtant, en 1962, sur les conseils de son père il apprend le métier de tourneur sur métaux. Il gagne ainsi sa vie jusqu’en 1965 comme ouvrier. Durant cette période, il écrit ses premières chansons et organise de petits concerts à Saint-Etienne et dans la région, avec peu de moyens.

Pour fuir cet avenir gris, à 19 ans, il part pour le Brésil. Débarquant à Rio, il essaie sans succès de devenir docker. Puis il met le cap vers Salvador de Bahia et Belem, où il est engagé comme chauffeur de camion. C’est l’aventure de l’Amazonie. De retour en France, il refuse de faire le service national et devient insoumis. Lorsqu’il est libéré, fin 1967, il vient à Paris et commence à chanter dans des cabarets. Il y croise Jean-Pierre Hébrard, directeur artistique de la firme Decca, qui lui fait faire deux 45 tours et un album, très influencé par l’écriture de Léo Ferré. Le succès vient en 1976 avec l’album « Les Barbares ». Il décrit cet album comme le tournant musical de sa carrière. On y découvre en effet un mélange musical allant du rock au funk en passant par les rythmes tropicaux. Il passe pour la première fois à l’Olympia en octobre 1977. C’est à cette période qu’il rencontre Léo Ferré, un modèle pour lui.

Sans renier son passé ni accepter de compromission, Lavilliers est un des chanteurs français qui a prouvé qu’on pouvait vendre des disques sur l’hexagone en chantant autre chose que de la guimauve sur des textes mielleux.

L’album « Nuit d’amour » :

En janvier 1981, le grand voyageur qu’est Bernard Lavilliers reprend la route pour le Salvador en Amérique centrale, via Los Angeles. Il sort l’album « Nuit d’amour » qui raconte notamment sa nouvelle vie à L.A. et sa rencontre avec Lisa Lyon qui deviendra sa femme. Cet album montre un certain renouveau et explore de nouvelles pistes musicales plus électroniques, notamment avec le titre « Night Bird », mais certains titres comme « Pigalle la Blanche » semblent plus dans la continuité de son album précédent (« O Gringo », album exotique aux rythmes reggae, salsa et traditionnels brésiliens.)

Voici la présentation de l’album faite par Lavilliers lui-même :

« Les oiseau de nuit sont des animaux solitaires. Ils se cachent quelquefois dans « l’imaginaire » des Poètes ou dans les circuits intégrés des synthétiseurs, quelque part à l’Ouest de la Californie. Pour faire sortir de l’œuf « Bel oiseau nocturne et magnétique » nous nous sommes attablés, François BREANT et moi, dans un garage en tôle de Santa Monica et nous avons observé les « couchers de soleil » qui brûlent sur Hollywood, travaillé plusieurs nuits pour voir se lever les Aurores spatiales de Los Angeles. Cet oiseau de nuit a été couvé à deux, à l’aide de ce monstre appelé « FAIRLIGHT COMPUTER MUSICAL INTRUMENT » avec la complicité des techniciens du Village Recorder et sous la présidence de Richard MARSAN. J’ai choisi de travailler cet album avec les membres de mon groupe, nomades du Rock mutant entre Los Angeles et Paris. »

Discographie :

1968 : Chanson pour ma mie
1972 : Les Poètes
1975 : Le Stéphanois
1976 : Les Barbares
1977 : 15e Round
1979 : Pouvoirs
1980 : O gringo
1981 : Nuit d’amour
1981 : Premiers pas… (titres de 1967-68)
1983 : État d’urgence
1984 : Tout est permis, rien n’est possible
1986 : Voleur de feu
1988 : If…
1991 : Solo
1994 : Champs du possible
1997 : Clair-obscur
2001 : Arrêt sur image
2004 : Carnets de bord
2008 : Samedi soir à Beyrouth
2010 : Causes perdues et musiques tropicales
2013 : Baron Samedi
2014 : Acoustique

Voir sur Dailymotion : « Lavilliers Night bird clip with Lisa Lyon » par Frédéric CORVEST ; YouTube : « Bernard Lavilliers – Noir Et Blanc » et « Bernard Lavilliers – Stand The Ghetto » par BernardLavillierVEVO

 

Youngtimer – Porsche 944 (1981-91)

La Porsche 944 fut présentée au salon de Paris de 1981. Elle avait été créée en vue du marché américain, où la 924 avait du mal à s’imposer. Sa carrosserie à voie élargie était inspirée de celle de la 924 Carrera GT de compétition, sauf qu’elle était entièrement construite en acier galvanisé.

Une moitié de 928 :

Le moteur de la 944 avait été inauguré sur la 924 STP du Mans. Il pouvait passer pour une moitié  de V8 de la 928 (d’autant plus que les cylindres étaient inclinés à 45°), mais avec un alésage de 100 mm (au lieu de 97 mm) qui en faisait le plus gros quatre cylindre de tourisme de la production mondiale. Il devait sa douceur inusité de fonctionnement à deux arbres d’équilibrage tournant en sesn inverse du vilebrequin. La puissance était comparable à celle d’une 924 Turbo, mais avec un meilleur couple à bas régime qui pouvait rendre sa conduite plus facile et plus agréable sur les autoroutes américaines où la vitesse est limité à 90 km/h.

Une silhouette musclée :

Avec sa silhouette musclée, la 944 répondait mieux que la 924 à l’idée que l’on se fait d’une Porsche. Les clients optaient massivement en sa faveur, non seulement aux Etats-Unis, mais aussi en Europe, au point que la 944 supplanta complètement son aînée.

Les Modèles successifs :

1981-1984 – 944 phase 1 2 479 cm³ – 163 ch

1985-1988 – 944 phase 2 2 479 cm³ – 163 ch

1988-1989 – 944 2,7 L 2 681 cm³ – 165 ch

1986-1988 – 944 turbo 2202 479 cm³ – 220 ch

1989-1991 – 944 turbo 2502 479 cm³ – 250 ch

1989-1991 – 944 S2 2 990 cm³ – 211 ch

Caractéristiques :

Moteur: 4 cylindres; 1 arbre à came en tête; cylindrée et puissance, voir ci-dessus. Transmission: roues arrière  motrices; boîte de vitesse à 5 rapports. Dimensions: empattement: 2,40 m; voies avant et arrières, 1,48 m ; poids, 1300 kg. Performances : 220 km/h.

Prix en 1981 et prix actualisé en 2016 : en tenant compte d’une inflation cumulée de 174.3% : 129.900 Francs soit 54.311 € actuel

Côte constatée en 2016 : Entre 6000 et 8500 € pour une Phase 2 en bon état.

Oldtimer – Dino 246 GT (1969-74)

Alors que Ferrari s’oriente déjà vers une généralisation du V12 sur toutes ses productions, Dino Ferrari, le fils du Commendatore, conçoit un V6 peu avant sa mort prématurée en 1956. Ce moteur connaît rapidement un énorme succès en compétition sur des Formules 2, et des Formules 1 auxquelles il permet  d’enlever le championnat du monde en 1961.

Un moteur central :

Parallèlement, Pininfarina cherche depuis des années à dessiner une voiture à moteur arrière ou central : cela permettrait de gagner sur la hauteur, affinant d’autant la silhouette, sans parler des meilleures qualités dynamiques qu’apporte cette Formule aujourd’hui généralisée. Enzo Ferrari est très hostile à cette disposition arrière du moteur. Il finit pourtant par céder et autorise Pininfarina  à fabriquer un prototype… qui ne sera pas une vraie Ferrari. La splendide berlinette à moteur central présentée au Salon de Paris de 1965, s’appelle en effet Dino GT et elle reçoit de droit une version assagie du fameux V6. Le nom de Ferrari n’apparaît pas et, lorsqu’elle sera commercialisée à partir de 1968, la Dino 206 GT devra certains de ses éléments intérieurs aux usine Fiat. Le moteur Dino sera aussi utilisé dans d’autres modèles du groupe Fiat comme la Fiat Dino en 2 et 2,4 L, « dégonflé » à 180 ch (en fait la puissance et les réglages sont les mêmes, mais les catalogues Fiat ne pouvaient pas indiquer la même puissance pour une question de marketing) mais aussi la Lancia Stratos.

Caractéristiques :

Moteur: 6 cylindres en V en position centrale arrière ; cylindrée : 2419 cm3 ; 4 arbres à cames en tête ; puissance réelle, 190 ch à 7600 tr/mn ; 3 carburateurs Weber double corps. Transmission : directe aux roues arrières ; boîte de vitesse, à 5 rapports. Dimensions : longueur, 4,23 m; largeur, 1,70 m ; poids à vide : 1080 kg. Performances : vitesse maximale : 240 km/h ; 1000 m départ arrêté en 27,3 secondes. Production : 3761 exemplaires.

Prix en 1970 et prix actualisé en 2016 en tenant compte de l’inflation : En 1970, une Ferrari Dino 246 GT 2.4 neuve coûtait 73.500 Francs équivalent à 82.801 € en 2016.

Cote constatée en 2016 : Les prix pratiqués sur ce modèle sont devenus indécents. Comptez un minimum de 200.000 € environ. Le prix fluctue à la hausse en fonction du nombre de milliardaires de toutes nationalités qui investissent dans les voitures de collection les plus prisées pour diversifier leurs placements ; à ce prix là, même Dany Wilde aurait laissé tomber.

Voir sur YouTube : Dino 246 GT on the road par Kult Werkstatt

Objets Publicitaires de Collection

Histoires des objets de pub :

Au début de la deuxième moitié du siècle dernier, l’objet publicitaire était souvent l’unique contact avec le consommateur, le seul lien entre le produit et sa clientèle potentielle. Il fallait donc attirer l’attention pour informer, toucher un public et le fidéliser. Les grandes surfaces existaient depuis qu’Édouard Leclerc, en 1949 à Landerneau (France), avait amené le discompte en achetant en masse. Mais l’ouverture du premier hypermarché le 15 juin 1963 portant l’enseigne Carrefour à Sainte-Geneviève-des-Bois n’avait pas encore détruit d’emplois dans la petite distribution et chez les petits commençants. Le déclin des spécialistes (fromager, droguiste, bazardier…) et des épiceries indépendants et le rôle accru des centrales d’achat n’apparaitra que bien plus tard, à partir de 1980, engendrant la disparition progressive des objets publicitaires dans les vitrines de boutiques. Dans les années 70, on pouvait encore y trouver des cadres décoratifs, des horloges, calendriers, enseignes lumineuses, personnages en plâtre. Ces objets étaient faits pour surprendre, attirer et fidéliser le client.

Les objets de pub n’étaient pas que décoratifs, ils pouvaient aussi être utilitaires, tel un couteau, un cendrier, bouchon verseur, décapsuleur, thermomètres fixés sur plaque émaillée. Petits et relativement discrets par leurs formes, ils deviennent le complément indispensable et très efficace des médias plus visibles que sont l’affiche, la plaque émaillée et la peinture murale. Plus encombrants, les présentoirs; d’abord conçus pour présenter les produits de façon aussi visible que possible, ils devinrent par leur créativité, leur couleurs et leurs formes de véritables objets de Publicité.

Quelques objets publicitaires devenus légendaires :

Le bibendum Michelin : Ce fut une idée d’Edouard Michelin, sur le stand de la foire de Lyon, en 1898, , qui, en comparant les piles de pneus emballés de papier blanc à un gigantesque bonhomme, venait de créer sans le savoir son fameux Bibendom. Marius Rossignol qui signe ses affiches « O’Galop » créera ce personnage en pneus. C’est le coureur automobile Théry qui donnera par jeu le nom de Bibendum au personnage. Il faut noter que le Bibendom Michelin était livré avec un système d’accrochage qui permettait de le fixer sur l’aile avant gauche des dépanneuses de garage.

La coquille Shell : Le mot « Shell » apparaît pour la première fois en 1891, comme marque du pétrole lampant que la Marcus Samuel and Company exporte en Extrême-Orient. A l’origine, la petite boutique londonienne vend des antiquités et des coquillages orientaux. En 1897, Samuel fonde la Shell Transport and Trading Company. Le premier logo de l’entreprise, en 1901, est une coquille de moule. En 1904, une coquille Saint-Jacques, ou pétoncle, devient l’élément visuel de la marque et de l’entreprise. Le nom de l’entreprise était « Shell » (coquille) et chacun des navires de Samuel qui transporte du pétrole lampant jusqu’en Extrême-Orient porte le nom d’un coquillage. Le pétoncle proviendrait des armes de la famille de M. Graham, un associé de Samuel qui devint membre du conseil d’administration de la Shell Transport and Trading Company. La famille Graham aurait adopté la coquille Saint-Jacques comme emblème à la suite d’un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne. Au fil des ans, la forme du logo de Shell évolue et suit les tendances du graphisme. L’emblème actuel est créé et lancé par le designer Raymond Loewy en 1971.

La plaque émaillée de Pin-up : Littéralement, le terme Pin-Up désigne une fille que l’on aime épingler (to pin en anglais) sur un mur. Cette drôle d’expression a pour origine les GI’s Américain qui accrochaient à l’aide d’une punaise, les photos des femmes les plus séduisantes à leur gout sur les murs de leurs casernes. La première Pin-Up à voir le jour fut la Gibson Girl en 1897. Elle fut imaginée par Charles Dana Gibson pour le magazine « Life ». A cette époque, la Pin-Up représentait la femme Américaine par excellence : une femme moderne, active, libérée et sophistiquée. Mais l’un de ses plus fameux dessinateurs est Alberto Vargas dont les modèles, souvent parus dans le magazine américain « Esquire » durant la seconde guerre mondiale, lui donneront ses lettres de noblesse. Les Pin-up de Vargas seront reprises sur les bombardiers, sur les blousons de soldats, sur les Jeep qui libèrent l’Europe et apportent au vieux continent une image totalement nouvelle de la femme. Dans les années 70, de nombreuses entreprises utiliseront cette image pour représenter leur marque (Fram, Blaupunkt, Dinlop, Continantal, Esso, Berger, Veedol…). Pour Garonor, gare routière parisienne, le célèbre dessinateur Aslan a laissé courir son imagination.

Le dandy Johnnie Walker : C’est le « Striding Man » – cet homme aux grandes enjambées rebaptisé « Dandy » en version française. Ce personnage est aussi intimement lié à la marque que Bibendum l’est à Michelin. Il a vu le jour en 1908, et il renvoie au fondateur de la maison, John Walker. Son portrait a en effet servi à créer un emblème capable de traverser le siècle. « Une compétition avait été organisée pour trouver une bonne publicité. Mais aucune création n’émergeait vraiment. Sir Alexender Walker invita alors le dessinateur Tom Browne à déjeuner et lui demanda de s’inspirer de la silhouette de son grand-père, John Walker. Celui-ci réalisa au dos du menu un croquis du personnage qui tout de suite plut », raconte Peter Warren, l’une des mémoires de la marque. Le produit lui-même trouve ses racines bien plus tôt, dans la première moitié du XIXe siècle, lorsque John Walker, alors à la tête d’une épicerie, développe la vente de whisky en gros. Mais c’est son petit-fils George qui, après avoir repris les rênes de la société familiale, met en place il y a cent ans la stratégie marketing. Le Dandy va faire ses premiers pas dans une petite série de vignettes montrant Johnnie à la pêche, patinant sur un lac gelé, jouant au golf. Puis, l’icône se montre suffisamment forte pour que seuls son chapeau ou sa canne apparaissent sur les annonces de 1928. Mais la fameuse silhoette de la marque, n’intègrera les étiquettes des bouteilles qu’à partir de 1960.

Le cendrier de comptoir : En porcelaine, faïence ou céramique, parfois en verre, en opaline, en bakélite ou en matière plastique, il en existe des milliers de modèles, créés pour le besoin de la « réclame », à partir des années 30 jusqu’aux années 70. Suivant qu’ils sont destinés à décorer l’intérieur d’un particulier ou à être utilisé dans un établissement public (café, Hôtel, restaurant, club privé), le cendrier publicitaire devait être plutôt discret, élégant et original ou bien agressif, jouer des couleurs et des formes afin d’être vu et lu. Surtout pour les marques d’apéritifs et autres liqueurs, dont le cendrier posé sur une table constitue un rappel utile sur le lieu de vente, ce qui est la vocation première d’un tel objet. Ils ont souvent la forme de personnages types (le buveur de Dubonnet, la Gitane de Dransy, l’hidalgo capé de de Sandeman , le Bibendum Michelin ou la pin-up de Perrier). Les formes sont souvent amusantes (La grenouille de l’Héritier Guyot, le geai de Lejay Lagoute, le pneu de Goodrich, la moitié d’orange de Picon, le bicorne de Napoléon chez Courvoisier, le paquebot France avec sa « cheminée qui fume », les voitures – Renault Dauphine, 4 CV, Simca Aronde, 5, 1000, 1100, Citroën 2 CV, DS, HY, Mercedes 220D, 300SL, Ferrari Dino, la Formule 1 de L’écurie Rothman, etc…)

Oldtimer – Alfa Romeo Montréal (1970-76)

Fabriquée à 3925 exemplaires seulement, l’Alfa Montréal est considérée par certains amateurs comme la plus belle Alfa Romeo de la deuxième moitié du XXe siècle. En tous cas, elle est toujours activement recherchée et très convoitée.

Une origine canadienne :

L’Alfa Romeo Montréal fut présentée à l’état de prototype à Montréal – d’où son nom – lors de l’exposition internationale de 1967, organisée pour fêter le centenaire de la confédération canadienne. Dès son apparition, l’enthousiasme fut tel qu’Alfa Romeo décida de la commercialiser. C’est Bertone qui avait signé la carrosserie de ce coupé, dérivé de la 1750 et équipé d’un moteur venu de la 33 sport, une voiture de course, mais dans une version fortement dégonflée.

Des phares discrets :

Deux éléments de la Montréal méritent d’être plus particulièrement soulignés. Premièrement, les doubles phares cachés par des grilles étaient pratiquement invisible durant la journée. Deuxièmement, les panneaux arrières de chaque côté, étaient munis de six ouvertures d’aération horizontales. Enfin, il faut souligner que Bertone ne fit aucune concession question ligne et habitabilité: la Montréal était une stricte biplace.

Caractéristiques :

Moteur: nombre de cylindres, 8 en V; 2 arbres à came en tête; 2 soupapes en tête par cylindre; cylindrée, 2593 cm3; puissance, 200 ch à 6500 tr/mn. Transmission: roues arrières motrices; boîte de vitesse à 5 rapports synchronisés; différentiel autobloquant. Dimensions: voie avant, 1,37 m; voie arrière, 1,31 m; empattement, 2,35m; longueur hors tout, 4,22 m. Performance: plus de 220 km/h.

Prix en 1970 et prix actualisé en 2016 en tenant compte de l’inflation de 639% : 60.000 Francs soit un prix actualisé de 67.593 €.

Cote constatée en 2016 : 35.000 € et jusqu’à 50.000 € pour un modèle fiabilisé et en très bon état.

Voir Sur YouTube : « 1973 Alfa Romeo Montreal full HD action video with fantastic engine sounds! » par ClassicarGarage