L’âge d’or du camping

Implicitement, le camping évoque pour nous plusieurs modes d’hébergement nomades, à savoir, la tente (transportée dans un sac à dos ou dans le coffre de l’auto selon sa dimension et son poids), la caravane (tractée par une voiture) ou le camping-car (autonome mais aussi plus cher), le lieu de destination étant la plupart du temps un terrain de camping (hormis pour le camping-car qui est autosuffisant comme l’évoque si bien l’image d’illustration ci-dessus). Il en existe bien évidemment un quatrième qui est le mobil-home, très en vogue depuis le début des années 90, mais je n’en parlerai pas ici, puisque contrairement à ce qu’implique son nom, il est rarement déplacé par son propriétaire (étant donné sa quasi interdiction sur un terrain autre qu’un camping) et jamais par son locataire.

Dans cet article sur le camping, après un peu d’historique sur ce thème qui fleure bon les vacances, je vais évoquer à travers plusieurs publicités et catalogues d’époque, quelques produits de fabricants de tentes (Jamet), de caravanes (Hobby, Star) et de camping-car (VW Camper, Hymer), tous très réputés entre 1960 et 1985. On notera qu’à part Star, toutes ces marques existent encore.

Les terrains de camping, un peu d’histoire  :

Depuis son essor au début des trente glorieuses (1946) jusqu’à nos jour, le camping n’a cessé d’évoluer et d’être règlementé, au point qu’il se décline actuellement sous de nombreuses versions allant du camping municipal des plus basique et bon marché, au camping de luxe 5 étoiles hors de prix, en passant par le camping rétro équipé de caravanes des années 70-80 et le “glamping”, remplaçant les tentes par de véritables loges de luxe. Actuellement, le camping se sédentarise de plus en plus et plus de 20% des emplacements de camping sont dédiés à la location à l’année.

L’origine du mot camping est souvent présentée comme venant de l’anglais (les premiers campeurs et voyageurs français se référant au modèle britannique en parlant de « camping site ») mais il vient du latin campus, champ et d’une expression qui apparaît au 19ème siècle, « faire campos », désignant l’arrêt de la scolarité pour que les enfants aillent à la campagne accomplir les travaux agricoles (moissons en été). Le mot camping apparaît pour la première fois en 1903 dans le quotidien sportif “L’Auto” qui mentionne les campements sportifs des Anglais qui se regroupent dans la première association de camping de l’histoire, l’Association of Cycle Campers fondée à Londres en 1875.

Doyen des clubs de camping, le Camping club français (CCF) est fondé le 15 mars 1910. Après la Première Guerre mondiale, le camping se structure à travers deux systèmes :

– Des grandes organisations, comme le Touring Club de France ou le Groupement des Campeurs Universitaires (association laïque créée par des militants de la Mutuelle assurance automobile des instituteurs de France, fonctionnant sur le mode de l’autogestion), publient des livres recensant les lieux de séjour pour les campeurs, puis achètent et réalisent des aires de repos.
– Le scoutisme dont l’esprit paramilitaire s’estompe.

Avec l’apparition des congés d’été (premiers congés payés en 1936 en France), se développe le camping en famille. En 1938, une dizaine d’associations françaises se fédèrent en créant l’Union française des associations de camping. À la suite d’une plainte d’hôteliers du Var (contexte de concurrence entre hôtellerie et campings) contre des campeurs en 1937, un « Code du camping » est écrit en 1939 mais ne sera formalisé que dans les années 1950 (licence de camping, police d’assurance contre incendie, etc.)

Le camping entre dans une «pratique de masse» à partir des Trente Glorieuses : les campeurs désormais motorisés partent en famille et utilisent de plus en plus de grandes tentes souvent difficiles à transporter en se déplaçant en train ou par vélo. La destination est liée soit à un retour en famille, soit plus largement vers les plages françaises. Dans les années 1960, les terrains de camping existants se trouvent impuissants pour absorber cette masse de campeurs. De nombreux arrêtés préfectoraux sont édictés pour des questions de salubrité et de sécurité publique afin de limiter la création de campings privés avec des concessions renouvelables. Le premier décret sur le camping paraît en France le 7 février 1959. Il permet de limiter le camping sauvage, notamment sur les côtes. La plupart des campeurs se rendent alors dans les terrains de camping se multipliant ou achètent une parcelle privée. C’est à ce moment précis que se crée la pratique du camping-caravaning sur parcelles privées. C’est en 1961 que la première édition du Guide Fédéral des Terrains voit le jour : la brochure «Règlementation, aménagement et exploitation des terrains de camping» fait dès lors l’objet d’actualisations régulières, condition indispensable pour les nouveaux gestionnaires.

Les années 1970, 1980 et 1990 voient le développement des terrains de camping dans lesquels le gérant édicte son propre règlement, ce qui permet de faire «tomber» les barrières sociales. Elles voient aussi le déclin de la caravane au profit du camping-car et du mobile home, puis des habitats sédentarisés, chalets et bungalows, à partir des années 2000. Cette progression continue du camping va de pair avec une segmentation de plus en plus fine des terrains de camping selon leur mode de gestion (gestion communale, gérance, gestionnaire-propriétaire), leur «concept» : terrain avec caravanes de collections, yourtes, tipis, roulottes, cabanes perchées, camping écolo-chic ou glamping…

Les étoiles :

L’attribution d’étoiles n’est pas obligatoire et se fait sur demande de contrôle à l’organisme Atout France. Cette attribution reste valable pendant 5 ans avant de nécessiter une réévaluation et se fait en fonction de plusieurs critères : La surface des emplacements (70 m² pour 1 ou 2 étoiles, 80 m² pour les 3, 4, ou 5 étoiles). Les 1 et 2 étoiles doivent obligatoirement posséder un accueil avec une présence de jour et des sanitaires équipés de cabines individuelles. Un 3 étoiles doit comporter une permanence 24/24 assurée dans deux langues dont l’anglais, une aire de jeux pour enfants, un accès internet dans les espaces communs, un service de ventes de boissons, etc). Le 4 étoiles doit proposer en plus un accueil en deux langues étrangères, un site internet et des supports d’information en deux langues étrangères dont l’anglais, la possibilité de ravitaillement sur place ou à proximité. Enfin, au sommet de la pyramide le 5 étoiles se caractérise notamment par trois langues étrangères à l’accueil dont l’anglais, la possibilité de réserver en ligne 24h/24, un espace de baignade obligatoire (plan d’eau ou piscine), des sanitaires chauffés. S’ajoutent à cela des services optionnels comme un espace bien être avec massage, animateur dans la salle de remise en forme, alimentation, restaurant, soirée organisées, etc.

Les tentes : 

Tente La Redoute 1982

De par la mobilité, le faible encombrement et le faible coût de ce logement, les tentes sont depuis le début du 20ème siècle un moyen prisé pour se loger sur son lieu de vacances, en particulier pour les personnes dont le salaire ne permet pas un séjour en hôtel ou qui souhaitent être plus proches de la nature. L’apparition des congés payés en France, couplé à l’essor de l’automobile a permis de démocratiser cet objet. Cette tendance aura pour conséquence l’apparition de lieux aménagés proposés à la location pour s’établir : les terrains de camping. Progressivement, des réglementations et des normes seront progressivement mises en vigueur jusqu’à atteindre leur paroxysme de nos jours.

Jamet : fondée à Grenoble en 1929 par le champion de ski André Jamet et dont la croissance forte coïncide avec les Trente Glorieuses, fabrique des matériels de sports et loisirs qui bénéficie de l’émergence et du développement de nouvelles pratiques sportives, des mutations des usages du territoire et de la création de nouveaux marchés. C’est grâce à la mobilité des loisirs comme norme sociale et par la mise au point de fibres artificielles nouvelles, que l’entreprise s’impose progressivement sur le marché de l’équipement de loisirs (tentes, matériel de camping surtout) avant de devenir leader européen de la caravane pliante.

Les caravanes :

Pub caravane Star années 70

Le mot “caravane” est originaire de la Perse (qayravãn) et désignait une file de chameaux ou de dromadaires circulant dans le désert, guidée par des nomades. Plus récemment, son ancêtre est la roulotte hippomobile, habitat nomade clos sur roues pouvant abriter une famille et un métier, utilisée de la fin du 19ème siècle jusqu’au milieu du siècle dernier par des itinérants tels que les tsiganes, forains, circaciens, cylindreurs, bergers. Il s’agissait traditionnellement d’un outil de voyage autant que de vie. Les roulottes ont cédé la place aux caravanes tractées par des automobiles.

Il existe différents types de caravanes, les plus courantes ont un ou deux essieux. En Europe de nombreux constructeurs proposent des modèles aux plans et à l’ameublement variés. Le pays qui compte le plus de constructeurs est l’Allemagne (notamment Dethleffs, Hobby, Hymer, Bürstner, Fendt, Knaus, Tabbert, etc). Les pays scandinaves (Kabe, Polar ou Solifer) fabriquent plutôt des caravanes possédant deux essieux et surtout bien isolées, ce qui veut dire aussi plus chères. Quant aux caravanes françaises encore commercialisés (Sterckeman, Caravelair ou La Mancelle), ce sont des caravanes légères et bon marché, seule La Mancelle est en haut de gamme et c’est une des seules semi-artisanale dont les modèles peuvent être largement personnalisés (les trois marques appartiennent au groupe Trigano).

Star : La société anonyme Bois et matériaux a compté près de 300 salariés à son apogée, dans les années 1970. Elle fabriquait les caravanes «Star». Près d’une trentaine par jour. « Pourquoi ne se lancerait-on pas dans la construction de caravanes ? » Cette idée, lancée en 1957 par André Biré et partagée par Louis Barboni, son beau-frère, est à l’origine de la création de la société anonyme Bois et matériaux (Sabem). L’activité se développe et atteint son essor dans les années 1970, avec un effectif de près de 300 salariés…Et la sortie d’une trentaine de caravanes par jour. D’extension en extension, la surface totale du site atteindra 8 ha. Entre 1975 et 1980, Louis Barboni et son équipe lancent le procédé de construction de maisons en kit Star Bloc. Puis innovent à nouveau en créant un atelier de fabrication de camping-cars qui sera décentralisé à Quintin. Un plan social est mis en place en 1979. Il sera suivi d’un dépôt de bilan en 1984. Un groupe de cadres et quelques salariés reprennent l’activité camping-cars qu’ils vont développer à Saint-Brandan, sous la marque Autostar.

Hobby : commercialise des caravanes depuis 1967. Harald Strewski son fondateur est un ingénieur naval. En 1982, Hobby est dans le peloton de tête des constructeurs de caravanes . L’activité  camping-car commence en 1984. Depuis 1998, Fendt fait partie de l’entreprise HOBBY.

Les caravanes pliantes :

Jamet modèle Tana

Les Caravane pliantes à toile de tente : Ce sont des caravanes qui se déplient pour former une vaste tente ; tous les éléments amovibles sont assemblés par rapport à la remorque. L’avantage est de disposer d’un espace important sous toile.

Les Caravanes pliantes rigides : Elles ont le même aspect plié que les précédentes. Une fois dépliées, l’assemblage de panneaux rigides les fait plus ressembler à des caravanes traditionnelles. Elles sont plus économiques que les caravanes en ce qui concerne la consommation de carburant et passent en classe 1 sur les autoroutes à péages françaises. Les modèles d’un poids total en charge (PTAC) inférieur à 500 kg ne nécessitent pas de carte grise ni d’assurance spécifiques et se tractent avec un simple permis B en portant le numéro d’immatriculation du véhicule tracteur. Elles peuvent être dépliées en quelques minutes par une seule personne et ne nécessitent pas un garage spacieux car elles peuvent être stockées sur le côté grâce à des chariots de remisage. Il est possible d’y ajouter une galerie pour transporter des bagages, bicyclettes, etc.

Les Camping-cars : 

1972 VW Camper

Le terme de «camping-car» désigne un véhicule habitable. En France, l’utilisation du terme « camping-car » est attestée depuis 1974. Dans les pays anglo-saxons on préfère le terme «motorhome». Au Québec, on utilise également le terme «autocaravane». Dès le début du xxe siècle, des constructeurs indépendants fabriquent en exemplaire unique des remorques auto-portées permettant le couchage, la restauration et la toilette. Il s’agit encore d’un objet de luxe : les modèles «Carling-home» de Charles Louvet coûtent quasiment le prix d’une maison de l’époque, et certaines remorques font plus de dix mètres de long. En 1920, les premiers inventeurs ont l’idée de combiner automobile et camping, en faisant subir des modifications à leur voiture pour qu’elle devienne au gré des arrêts une cantine améliorée souvent par des évolutions apportées à la partie «coffre» du véhicule.

Cette première utilisation d’engins faits sur mesure dure relativement longtemps puisqu’il faut attendre les années 1970 et le début du déclin des caravanes pour voir émerger des constructeurs professionnels capables de proposer aux ménages français des gammes élargies, notamment les camping-cars à capucine. À partir des années 1980, le camping-car commence sa démocratisation, notamment grâce à la possibilité offerte à un certain nombre de vacanciers de louer des camping-cars pour des séjours plutôt que de devoir les acheter.

Il existe plusieurs types de camping-cars : les fourgons aménagés (style combis), les capucines, les profilés, les intégraux, les cellules amovibles et les camions aménagés. Si la plupart de ces véhicules se conduisent avec un simple permis de conduire de catégorie B (tourisme), il existe des camping-cars «poids-lourds» de plus de 3,5 tonnes.

VW Camper : est une ancienne famille de modèles de camping-car dérivée du fourgon Volkswagen Combi, développée en Allemagne des années 1950 à 2003 par Volkswagen principalement en partenariat avec Westfalia-Werke. Le constructeur Volkswagen et des équipementiers allemands, tel Westfalia, mais aussi pour des raisons économiques, des Anglo-Saxons, ont dès 1951, apporté une solution innovante, dans l’aménagement des premiers fourgons en camping-car. Volkswagen veut concevoir, dans un volume réduit, un lieu de vie pour deux, voire quatre personnes, ce qui correspond à une famille standard, avec un véhicule d’encombrement minimum, se fondant dans le parc automobile urbain, sans dépasser les cotes limitantes d’accès habituelles.

Différentes versions apparaissent au fil des années, proposées par les allemands Westfalia, Reimo, Carthago et Delher, ou les britanniques Devon et dernièrement Doubleback. Ce sont les Séries : T1 : 1953-1967. Les Séries T2 Westfalia : T2a 1967-1972 et T2b 1967-1979. Les série T3 Delher 1979-1991. Les Delher Camper Van T4 (Maxi van, Profi T4, Optima) : 1991-1998 et les autres séries T4 : 1998-2003. Les Séries T5 : 2003-2015. Les Séries T6 : toujours produite.

Hymer : Conformément au souhait de ses parents, le jeune ingénieur Erwin Hymer commença à travailler en 1956 dans l’atelier de réparation de son père Alfons à Bad Waldsee en Haute-Souabe. Un an plus tard, il construisit la première caravane en collaboration avec Erich Bachem. Ce fut le début d’une nouvelle époque. L’année 1971 fut marquée par un événement décisif : le premier camping-car de la marque HYMER vit le jour. Une étape majeure dans la longue histoire de l’entreprise.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *