Film & Livre – L’homme qui voulut être roi (1975)

John Huston a longtemps attendu pour faire ce film, et son histoire est une sorte de légende hollywoodienne. Il voulait prendre à l’origine Clark Gable et Humphrey Bogart, mais Bogart mourut, et le projet resta à l’écart jusqu’en 1975. D’autres duos furent pressentis, notamment Newman et Redford mais le casting final de Huston qui se fixa sur Michael Caine et Sean Connery était tout simplement parfait. Ils travaillent si bien ensemble, ils interagissent si facilement et avec une telle camaraderie, que les regarder est un plaisir. Mais au-delà de cette simple entente, la transposition à l’écran de cette histoire de Kipling exigeait beaucoup plus que cela : il fallait filmer de manière subtile et intelligente sans tomber dans le cliché du film d’aventure, même si l’énergie pure inhérente au film et le talent des acteurs rendaient l’interprétation plus facile ; c’est le défit majeur qu’Huston réussit à relever.

L’histoire :

Les deux acteurs jouent d’anciens soldats britanniques (Daniel Dravot et Peachy Carnehan) qui s’engagent à explorer le Kaferistan (une province reculée située au nord est de l’Afghanistan) et à devenir roi de cette contrée qui n’est pas encore touché par la civilisation. Avec leurs fusils et leurs entrainements aux techniques de la guerre, ils pensent qu’ils pourront manipuler les grands prêtres locaux et se mettre en avant en tant que dirigeants. Ils racontent leur plan à un journaliste anglais, un certain Kipling (joué très bien par Christopher Plummer) et, avec son aide ils partent à destination de ces montagnes reculées. Après quelques aventures, y compris une avalanche, ils rencontrent par hasard un ancien militaire de la compagnie des indes, un Ghurka qui se fait appeler Billy Fish, seul survivant d’une expédition cartographique disparue des années auparavant. Billy parle l’anglais parfaitement, ainsi que la langue locale, et il devient l’interprète de Carnehan et Dravot, les aidant dans leur ascension vers le trône.

Ils offrent leurs services comme conseillers militaires, aidant un village puis un autre à triompher de leurs ennemis pour s’en faire des alliés. Lorsqu’au cours d’une bataille Dravot reçoit une flèche en pleine poitrine mais continue à se battre, les indigènes le croient immortel. En fait la flèche a été arrêtée par une cartouchière dissimulée sous la tunique rouge de Dravot. Dravot et Carnehan décident de ne pas détromper les indigènes, afin de les impressionner. Plus tard, leurs exploits parviennent aux oreilles du grand-prêtre, qui les convoque…

Rudyard Kipling : Rudyard Kipling est un écrivain britannique, né à Bombay le 30/12/1865 et mort à Londres, le 18/01/1936. C’est un auteur de romans, de poèmes et de nouvelles qui ont essentiellement pour toile de fond l’Inde et la Birmanie sous la domination britannique. Parmi les plus célèbres œuvres de fiction de Kipling, il faut retenir « Multiples Inventions » (1893), mais surtout le « Livre de la jungle » (1894) et le « Second Livre de la jungle » (1895) : ces recueils de contes animaliers et anthropomorphiques, considérés comme ses plus grandes œuvres, mettent en scène le personnage de Mowgli, petit d’homme qui grandit dans la jungle mais choisit finalement de rejoindre le monde des humains.

« L’homme qui voulut être roi » par Rudyard Kipling : extrait de Contes Choisis (Traduction par Louis Fabulet, Robert d’Humières) .

Premier extrait :

« — Le pays ne donne pas la moitié de ce qu’il devrait parce que le gouvernement ne veut pas qu’on y touche. Ils passent tout leur sacré temps à gouverner et on ne peut pas soulever une bêche, faire sauter un éclat de pierre ou forer pour de l’huile sans que le gouvernement crie « À bas les pattes et laissez-nous gouverner. » C’est pourquoi, tel quel, nous allons le laisser en paix et partir pour quelque autre pays où l’on puisse jouer des coudes et faire son chemin. Nous ne sommes pas de petits hommes et nous n’avons peur de rien, que de la boisson, et nous avons signé un contrat sur ce point. Donc, nous nous en allons être rois.

— Rois de plein droit, murmura Dravot.

— Oui, c’est entendu, dis-je. Vous avez traîné vos guêtres au soleil, la nuit est plutôt chaude, et vous feriez peut-être mieux d’aller dormir sur votre idée. Venez demain.

— Ni coup de soleil, ni verre de trop, dit Dravot. Voilà un an que nous dormons sur notre idée ; nous avons besoin de voir des livres et des atlas, et nous avons conclu qu’il n’y a plus qu’un pays au monde où deux hommes à poigne puissent faire leur petit Sarawak. Cela s’appelle le Kafiristan. À mon idée c’est dans le coin de l’Afghanistan, en haut et à droite, à moins de trois cents milles de Peshawer. Ils ont trente-deux idoles, les païens de là-bas, nous ferons trente-trois. C’est un pays montagneux et les femmes, de ces côtés, sont très belles.

— Mais ça, c’est défendu dans le contrat, dit Carnehan. Ni femmes, ni boisson, Daniel.

— C’est tout ce que nous savons, excepté que personne n’y est allé et qu’on s’y bat. Or, partout où l’on se bat, un homme qui sait dresser des hommes peut toujours être roi. Nous irons dans ce pays, et, au premier roi que nous trouverons, nous dirons : « Voulez-vous battre vos ennemis ? » et nous lui montrerons à instruire des recrues, car c’est ce que nous savons faire le mieux. Puis nous renverserons ce roi, nous saisirons le royaume et nous fonderons une dynastie.

— Vous vous ferez tailler en pièces à cinquante milles passé la frontière, dis-je. Il vous faut traverser l’Afghanistan pour arriver dans ce pays- là. Ce n’est qu’un fouillis de montagnes, de pics et de glaciers que jamais Anglais n’a franchis. Les habitants sont de parfaites brutes, et, en admettant que vous arriviez à eux, il n’y aurait rien à faire. »

— J’aime mieux ça, dit Carnehan. Si vous nous trouviez encore plus fous, ça nous ferait encore plus de plaisir. Nous sommes venus à vous pour nous renseigner sur ce pays, pour lire des livres qui en parlent et consulter vos cartes. Nous avons envie de nous faire traiter de fous et de voir vos livres. »

Second extrait :

« Mais savez-vous ce qu’ils firent à Peachey entre deux troncs de pins ? Ils le crucifièrent, Monsieur, comme ça se voit en regardant ses mains. Ils lui enfoncèrent des chevilles de bois dans les mains et dans les pieds, et il n’est pas mort. Il resta accroché là, et il hurlait. On le descendit le jour suivant, et tout le monde dit que c’était un miracle qu’il ne fût pas mort. Ils le descendirent — pauvre vieux Peachey qui ne leur avait rien fait — qui ne leur avait…

Il se mit à se balancer en pleurant amèrement et s’essuyant les yeux du revers de ses mains scarifiées. Il gémit comme un enfant pendant quelque dix minutes.

— Ils furent assez cruels pour lui donner à manger dans le temple, parce qu’ils disaient qu’il était plus Dieu que son vieux Daniel qui était homme. Puis ils le jetèrent dehors sur la neige, et lui dirent de retourner dans son pays et Peachey retourna — il mit à peu près une année — en mendiant le long des routes. Il n’avait pas peur parce que Daniel Dravot marchait devant et disait : « Viens, Peachey, c’est de grandes choses que nous faisons. » Les montagnes dansaient la nuit, et elles tâchaient de tomber sur la tête de Peachey ; mais Dan levait la main et Peachey suivait tout le long et courbé en deux. Il ne lâchait jamais la main de Dan et il ne lâcha jamais la tête de Dan. Ils la lui donnèrent dans le temple, pour qu’il se rappelle de ne plus revenir, et quoique la couronne soit en or pur et que Peachey eût faim, jamais Peachey n’aurait voulu la vendre. Vous avez connu Dravot, Monsieur ? Vous avez connu le très vénérable F⸫ Dravot ! Regardez-le maintenant !

Il fouilla dans l’épaisseur des loques qui entouraient sa taille tordue, retira un sac de crin noir brodé de fil d’argent, et en secoua sur la table la tête desséchée et flétrie de Daniel Dravot ! Le soleil matinal, car depuis longtemps les lampes avaient pâli, frappa la barbe rouge, les yeux aveugles dans les orbites creuses, de même que le lourd cercle d’or incrusté de turquoises brutes que Carnehan plaça tendrement sur les tempes blêmies.

— Vous contemplez maintenant l’empereur en son appareil ordinaire, comme il vivait — le roi du Kafiristan avec la couronne en tête. Pauvre vieux Daniel qui fut monarque une fois !

Je frémis, car défigurée par vingt blessures, je reconnaissais malgré tout la tête de l’homme que j’avais vu à la gare de Marwar. Carnehan se leva pour partir. J’essayai de le retenir. Il n’était pas en état d’affronter la température extérieure. »

Voir sur YouTube : « Rudyard Kipling’s The Man Who Would Be King (1975)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *