Les Jukebox

Un jukebox est une machine à pièces qui joue de la musique à partir d’un disque vinyle ou d’un disque compact une fois qu’une sélection est faite. Initialement appelé “nickelodeons”, le terme jukebox n’est apparu qu’à la fin des années 1930 et ses origines sont litigieuses. Certains croient qu’il est dérivé du mot africain “jook” qui signifie danser. D’autres le relient aux juke-joints-bars (situés au sud des USA et fréquentés par les Afro-Américains) qui étaient populaires à cette époque.

Au plus haut de leur popularité au milieu des années 1950, environ 750.000 juke-box étaient en usage à travers les États-Unis. Ce nombre a diminué au cours des années 1970 et 1980, et avec l’avènement de la technologie CD et du marché croissant des antiquités, le nombre de jukebox actuellement en usage est d’environ 250.000.

L’histoire du Jukebox : 

En 1877, Thomas Edison invente le phonographe, une machine musicale qui jouent de la musique à partir d’un cylindre de cire. Le 23 novembre 1889, Louis Glass installe un phonographe à pièces dans son Palais Royal Saloon situé à San Francisco. Il l’appele “nickel-in-a-slot” parce que c’était le montant d’argent nécessaire pour faire une sélection. Plus tard, le terme est raccourci en nickelodeon. En 1906, John Gabel invente le «Entertainer automatique», une machine musicale qui remplace le cylindre de cire par des disques 78 tours et une offre de plusieurs sélections d’enregistrements qui pouvaient être joués. Gabel’s Automatic Entertainer a dominé le marché jusqu’au milieu des années 1920.

Le jukebox est resté une nouveauté anecdotique jusqu’à l’invention de l’amplificateur électronique. Sans amplification, il était impossible pour un grand groupe d’auditeurs d’apprécier la musique jouée par l’appareil. Quand Automated Musical Instruments Inc. (AMI) a développé un amplificateur en 1927, la popularité du jukebox a explosé. Il était particulièrement populaire dans les diffusions illégales de l’ère de la prohibition parce qu’il fournissait du divertissement à bon marché. AMI vendit 50 000 de ses machines amplifiées en un an, engendrant ainsi l’avènement de l’âge du jukebox.

Pendent la grande dépression, les ventes chutent de 75 millions de dollars en 1929 à 5 millions de dollars en 1933. Mais la popularité croissante du jukebox et les achats par les propriétaires de magasins qui s’en suivent ressuscitent le secteur de la Musique en déclin et en 1938, on enregistre 25 millions de dollars de ventes. En 1940, on comptait 400 000 jukebox en usage aux États-Unis.

Trois noms devinrent célèbres au cours des années 1940 et ils restent encore synonymes de l’industrie jukebox. Wurlitzer, Seeburg et Rock-Ola concentraient la production de presque tous les jukebox fabriqués à cette époque. Au départ, les jukebox ressemblaient à des postes radio, mais dans les années 1940, la conception de jukebox devint originale avec l’aide des quelques grands designers employés par les entreprises. Paul Fuller est sûrement le plus connu d’entre eux ; c’est le concepteur des modèles Wurlitzer qui poussa la firme au sommet de cette industrie vers la fin des années 1940 et 1950. Avec l’utilisation des lumières tournantes, des armoires de style art déco et des tubes à bulles, les modèles Wurlitzer étaient des œuvres d’art. Le design le plus populaire était le Wurlitzer 1015 qui a été introduit en 1946 et est devenu le jukebox le plus vendu dans l’histoire. Il s’en est vendu un total de 56246 exemplaires dans sa version originale. En 1948, Seeburg a offert sa propre innovation à l’industrie du jukebox avec l’introduction de son Select-O-Matic 100, le premier jukebox à inclure 100 sélections de disques. Cette technologie a permis à la musique populaire de s’écouter dans les même lieux que le country régional, le folk, le jazz et le blues, ce qui a complètement changé l’industrie de la musique et son développement. En 1956, des jukebox avec 200 sélections étaient en cours de fabrication.

Le déclin des années 70 :

Mais l’introduction des cassettes enregistrées et la diminution de la production de disques 45 tours affectent la popularité des jukebox. Au milieu des années 1970, le nombre de jukebox tombe à 225 000. L’industrie du jukebox s’affaiblit encore plus au cours des années 1980, jusqu’à ce que le marché en expension des antiquités et la mode du vintage relancent cette industrie. Remis à neuf, les modèles classiques deviennent des objets de collection, et un Wurlitzer 1015 qui fut d’abord vendu pour 750 $ vaut maintenant environ 12 000 $. La technologie CD a insufflé une nouvelle vie au marché primaire, créant de nouveaux modèles qui hébergent 100 CD totalisant 1 000 sélections de morceaux. Un remake du Wurlitzer 1015 est même fabriqué par Wurlitzer en Allemagne. Il en est de même pour des machines Rock-Ola qui sont à nouveau sur le marché. Mais on est loin des succès du début, d’autant que l’informatique et la conversion numérique musicale de disques CD en fichiers numériques compressés mp3 permet de transformer n’importe quel ordinateur en jukebox aux possibilités quasi-illimités.

Histoire de Wurlitzer : 

WurliTzer 1015 1946-47 – 78 Tours

La famille Wurlitzer a commencé à acheter et à vendre des articles musicaux en Saxe dès 1659. Rudolph Wurlitzer a immigré aux États-Unis en 1853 et a lancé une entreprise d’import vendant des instruments au gouvernement des États-Unis pendant la guerre civile. Bientôt, il est devenu le plus grand fournisseur d’instruments en Amérique et à travers une chaîne de magasins de détail à Chicago, il a commencé à commercialiser une ligne de pianos qu’il fabriquait. Il ne fallut pas longtemps avant que Rudolph y associe mécanisme d’actionnement par pièce de monnaie et c’est alors qu’a commencé le boom des appareils musicaux actionné par pièces de la fin des années 1800.
Peu de temps après le tournant du XXe siècle, Wurlitzer est devenu célèbre pour ses orgues de théâtre ou orgue de cinéma – des instruments de musique de la famille des orgues à tuyaux, largement développé à partir de la fin du XIXe siècle que l’on trouvait dans les théâtres et les salles de cinéma pour accompagner les films muets, mais aussi la danse, la chanson, la musique d’ambiance pendant les entractes et autres manifestations sociales ou sportives, les divertissements et les concerts. Ils étaient fabriqués dans une grande installation dans North Tonawanda, N.Y., où l’usine existe encore aujourd’hui. Rudolph Wurlitzer est mort en 1914, laissant l’affaire à ses trois fils. Lorsque  la demande pour les orgues de théâtre et les pianos automatiques s’est affaibli, Wurlitzer a traversé des moments difficiles. La dépression de 1929 a failli mettre la compagnie en faillite. En 1933, le fils cadet de Rodolphe, Farny, conclut un accord avec Homer Capehart. Wurlitzer fabriquerait un phonographe fabriqué par “Erickson” appelé “Debutante”. L’abrogation de la prohibition était imminente et la demande de musique à pièces était sur le point d’exploser. L’accord est concrétisé et, en 1937, Wurlitzer avait déjà vendu plus de 100 000 phonographes.

Wurlitzer domine l’activité de phonographe à pièces jusqu’à l’introduction du disque 45 tours. À ce moment-là, le mécanisme de Wurlitzer pouvait traiter jusqu’à 24 disques, joués d’un seul côté. Seeburg introduisit un nouveau mécanisme gérant 50 disques qui pouvaient être joués des deux côtés, produisant ainsi un vrai jukebox avec 100 morceau musicaux à sélectionner. Wurlitzer tenta de rivaliser avec Seeburg, en créant de nouveaux mécanismes pour ses machines, mais ne rattrapa jamais vraiment la domination de Seeburg sur le marché de jukebox.
Au début des années 50, les opérateurs considéraient les nouveaux mécanismes Wurlitzer trop complexes et peu fiables. Après presque avoir abandonné les jukebox au début des années 60 et au début des années 70, Wurlitzer donna un dernier coup de poing en 1973 et essaya de faire un remake des vieux jukebox avec le «1050». Mais avec seulement 1600 unités produites, l’effort ne suffit pas. Wurlitzer a tenu le coup jusque dans les années 70, mais alors que la demande pour les juke-box disparait, Wurlitzer se retire des affaires.
Une entreprise en Allemagne rachète la marque Wurlitzer et fabrique des juke-box CD à bulles appelés “One More Time”. Récemment, cette société a été reprise par Gibson, une marque de guitare connue.

Histoire de Seeburg : 

Seeburg V200VL200 1955-57 Tours

Né en Suède en 1871, Jutice P. Seeburg est arrivé aux États-Unis à l’âge de 16 ans. Il s’installa à Chicago et travailla dans l’industrie du piano comme mécanicien et superviseur. En 1907, J.P. Seeburg créa son entreprise en utilisant son propre nom. Le J.P. Seeburg Piano Co. devient rapidement le premier fabricant d’Orchestrions aux États-Unis. Ces pianos automatiques regroupaient plusieurs instruments qui pouvaient imiter un groupe complet. Seeburg continua avec cette ligne d’instruments jusqu’en 1927, quand il a cessa de fabriquer des pianos pour faire un nouveau phonographe à pièces.

Seeburg fut l’un des premiers fabricants de jukebox multi-sélection avec l’introduction de l’ “Audiophone” en 1928. Cet imposante machine équipée d’une boîte à huit sélection avait des valves de commande pneumatique qui en faisait un appareil moitié nickelodeon et moitié phonographe. Ce modèle eût un succès raisonnable sans atteindre des ventes phénoménales. Dans les années 1930, d’autres fabricants étaient entrés sur le marché et vendaient déjà plus de jukebox que Seeburg. Le prochain modèle, le Selectophone, fut un désastre d’ingénierie. Les broches déformées rendaient les opérateurs fous et cette erreur mit presque l’entreprise en dépôt de bilan. Lorsque J.P. Seeburg entra dans la soixantaine à la fin des années 1930, il confia l’affaire à son fils Noël. C’était un homme d’affaires très pointu et il réorganisa l’entreprise pour rivaliser plus efficacement avec Wurlitzer et Rock-Ola. De 1940 jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, Seeburg produisit quelques jukebox qui se vendirent bien.
Mais l’année 1949 Seeburg changea le visage de l’histoire de jukebox quand il inventa un mécanisme qui permettait de jouer les deux côtés de 50 disques, un vrai jukebox à 100 sélections. Ce mécanisme était si fiable qu’il mit presque tous les autres fabricants hors circuit. En 1950, Seeburg introduit le M100B, le premier juke-box à 45 tours. Au cours des années 1950, Seeburg jouit d’une place prééminente dans la production de jukebox et, en 1955, il introduit le V-200, le premier jukebox à 200 choix.
Comme la plupart des autres fabricants de jukebox, Seeburg a souffert de la baisse de demande dans les années 1970 et a fini par arrêter son activité aux États-Unis.

Histoire de Rock-Ola : 

Rock-Ola 1434 Super Rocket 1952 – 78(45) Tours

Le nom Rock-Ola est en fait dérivé du nom du fondateur de l’entreprise David C. Rockola qui est né au Canada et, qui, lorsqu’il était jeune, travailla comme mécanicien dans un magasin de réparation de machines à pièces de monnaie. En 1926, il avait sa propre entreprise fabriquant des systèmes à pièces.
Dans les années 1930, Rockola étendit son champ d’activité aux jeux de flipper et aux jeux d’arcades. Comme la demande de phonographes à pièces augmentait la tentation d’entrer dans l’arène des jukebox, Rockola acheta le mécanisme d’un homme nommé Smythe. Rockola réorganisa ce mécanisme de 12 sélections et commença à fabriquer des juke-box (1935 Rock-Ola). Farny Wurlitzer sa concurrente, considéra cela comme une menace pour son entreprise. Wurlitzer tenta de convaincre David Rockola qu’il n’y avait pas place dans l’industrie pour un autre fabricant. Devant son refus, Wurlitzer poursuivit Rockola en réclamant 1 000 000 de dollars pour contrefaçon de brevet sur le mécanisme de Smythe. Rockola finalement gagna le procès, mais cela lui coûta un demi-million de dollars en frais juridiques. Rockola était blessé mais pas à terre. Il a continua ses fabrications et en 1939 et introduisit une série de jukebox très réussis appelés “Luxe Light-Up”.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Rock-Ola inventa un système de transmission de musique par ligne téléphonique. Ce fut très populaire car cela permettait d’écouter de la musique à un moment où la fabrication de jukebox était presque arrêté en raison de l’effort de guerre. Après la Seconde Guerre mondiale, l’industrie du jukebox devint florissante. Les soldats revenaient chez eux et le temps était venu de faire à nouveau la fête. Wurlitzer sortit le modèle 1015, probablement le juke-box le plus populaire de tous les temps, et Rock-Ola présenta la série “Magic Glow” avec les modèles 1422, 1426 et 1428.
Dans les années 50 et 60 Rock-Ola et Wurlitzer étaient les deux leaders dans le domaine des jukebox. La firme présenta de nombreuses idées nouvelles, y compris un jukebox complet qui était si petit qu’il pouvait être accroché au mur! Comme la demande de jukebox baissait sensiblement dans les années 70, Rock-Ola diminua son activité. Au début des années 1990, Rock-Ola vendit l’entreprise à Glenn Streeter, propriétaire de “Antique Apparatus Co.” à Torrance, en Californie. Streeter lui donna une nouvelle vie, ce qui en fait maintenant l’un des meilleurs fabricants de jukebox aux USA encore en activité.

Le jukebox à son musée à Menin

Voir sur YouTube : “Les Jukebox – Ambiance de bars des années 60/70” par TVResidences et “Jukebox, la passion d’une époque” par Jacques Hamon

Billet d’humeur – La revente de pièces en métaux précieux

J’ai écrit cet article en septembre 2012 mais il est toujours d’actualité. 

Entre 2008 et 2012, comme un grand nombre de mes concitoyens, j’ai acheté des euros en métaux précieux dès leur sortie, soit à la Poste directement au guichet, soit à la Monnaie de Paris en payant par internet.

J’en ai pris pour un total de 1105 euros : 255 euros en argent : 2 pièces de 5 euros, 3 de 10, une de 15, 2 de 25, une de 50 et enfin, une de 100 euros. 850 euros en or : une pièce de 250 euros, quatre pièces de 100 euros et une pièce de 200 euros.

Comme j’ai pu le constater à chaque fois, l’opération de vente coordonnée par la poste et MDP a eu beaucoup de succès auprès du public.

Je suis vendeur occasionnel sur ebay et, las de voir que certaines de ces pièces d’euros en argent n’avaient gagné aucune valeur intrinsèque ou numismatique depuis leur date de sortie, j’ai décidé d’en mettre huit à la vente avec un prix de réserve raisonnable (120 euros pour 105 euros de valeur faciale). Je n’étais pas gourmand quant au bénéfice vu leur faible côte, les 15 euros de marge me servant seulement à couvrir les frais de vente facturés par Ebay et Paypal.

A ma grande déception, les enchères n’ont pas dépassé 108 euros pour les huit pièces, soit 12 euros de perte avec les frais. J’ai donc abandonné ce premier projet de vente.

Écartant d’office les petites annonces gratuites sans frais certes, mais sans intermédiaire sécurisant (par les temps qui courent, il vaut mieux être prudent…) j’ai tenté de me servir de mes euros argentées pour payer les commerçants chez qui je me sers habituellement, cinq différents, allant de l’épicier du coin au bureau de tabac en passant par mon boulanger. Bien que je les connaisse tous sans exception, leur refus amusé à été d’abord aimablement incertain puis est devenu sympathiquement définitif.

Au final, seule la poste a accepté mes pièces (j’ai pu leur en refourguer deux de 10 et une de 5 euros contre 3 carnets de timbres majorés de quelques authentiques euros de monnaie, en ferraille certes, mais acceptés par tout le monde). Après 5 minutes de paperasserie et un aller-retour vers une porte au fond de la salle d’accueil, le vendeur polyvalent (car aussi conseiller financier , réceptionniste, magasinier et agent d’entretient de machines distributrices de timbres régulièrement en panne)  m’a lancé :

« C’est dommage, il fallait les garder ; un jour elles auront de la valeur ! »

Ma répartie cinglante l’a quelque peu étonné :

« En ce moment en tout cas, personne sauf vous ne les accepte, et je ne parle pas d’un échange contre des vrais billets, je parle simplement de paiement pour acquérir des biens de consommation courante ».

Allégé de 25 euros en argent, j’ai donc repris la quête laborieuse du graal de l’adepte des euros en métaux précieux qui tente de convertir son pécule en billets et je me suis dirigé vers ma banque pour réciter la litanie du vendeur de rondelles en carafe. La caissière, quelque peu étonnée par cette demande inhabituelle a appelé le directeur.

J’ai essuyé un refus catégorique sur toute la ligne ; pas d’échange, impossible même de mettre cet argent sur mon compte alors que ces pièces ont soit disant cours légal dans notre pays. Pour mon banquier, qu’ils soient en or ou en argent, les euro de la MDP valent peanuts.On ne reprend que les pièces d’or côtées (Napoléon, Souverain, 50 Pesos, 20$…) par l’intermédiaire de CPOR devises. Si elles sont scellées par CPOR, elles sont reprises sans être examinées à la côte CPOR moins 8% de taxe plus 2% de commission pour la banque. L’argent est versé sur votre compte dans un délai d’un mois environ”. Dixit le directeur de l’agence.

Quelque peu désenchanté par toutes ces embûches, j’ai fini par appeler au téléphone deux numismates de ma région qui ont pignon sur rue : et là…devinez…De nouveau un refus ferme. Motif : revente difficile voire impossible.

En désespoir de cause, j’ai appelé la Banque de France de Béziers. Une dame m’a répondu sèchement et son refus a été cinglant.

Question-Réponse :

Moi: “Reprenez-vous les euros en métaux précieux?”

B.F. : « Non Monsieur. »

Moi : « Mais Madame, les pièces d’euros en argent métal ont cours légal en France à leur valeur faciale, c’est officiel. Si la Banque de France ne les reprend pas, qui va le faire ?

B.F. : « Cette monnaie n’a pas été émise par nous Monsieur mais par la Monnaie De Paris, essayez de la revendre chez un numismate. »

Moi : « Les numismates n’en veulent pas. »

B.F. : « Désolé Monsieur, alors je ne peux rien pour vous. »

Moi : « Madame, cet argent à cours en France, vous devez me le reprendre, c’est la loi ! »

B.F. : « Essayez la Monnaie de Paris ».

Moi : « Madame, la Monnaie de Parie vends les monnaies, elle ne les rachète pas! »

(Là, imaginez-moi le visage tout rouge avec des jets de vapeur sortant par mes narines et mes oreilles.)

B.F. : « Monsieur, vous pouvez continuer à parler ainsi pendant des heures, il n’empêche que je ne pourrai toujours rien pour vous ! »

Moi : « Mais c’est de l’escroquerie pure et simple !!! » et je lui raccroche au nez, excédé.

(M.A.J. 2016) Après renseignements, je ne suis pas le premier à avoir essuyé des refus, je pense notamment à ce pauvre retraité de Lézignan Corbières qui a cru faire une affaire en achetant 380 pièces de 10 euros des régions pour 3800 euros, alors que cela lui a fait perdre en réalité 2200 euros si on se réfère au prix spot de l’argent métal…, et certainement beaucoup plus. Source: L’Indépendant.

Coriace, je tente à nouveau ma chance mais cette fois en appelant la Banque de France de Montpellier. Pour éviter d’être refoulé comme à Béziers, je demande le service de la monnaie fiduciaire (il vaut mieux s’adresser au bon dieu qu’au Saint). Et là…Enfin on me répond positivement.

Moi: “Reprenez-vous les euros en métaux précieux?”

B.F. : « Oui, mais d’abord adressez-vous auprès de votre banquier, il est obligé de les accepter. »

Moi : « Mon banquier refuse de les reprendre. »

B.F. : « Insistez, dites que c’est la loi. Ces pièces ont cours légal. »

Moi : « Je le lui ai dit et il s’en moque éperdument. »

Je prends donc rendez-vous avec la banque de France le mercredi matin suivant où j’ai finalement décidé de me débarrasser de tous mes euros en métaux précieux dont la valeur faciale est supérieure à la valeur métallique, soit toutes les pièces en argent que j’ai acquis depuis 2008 et la pièce en or de 200 euros de 2011 dont la valeur intrinsèque ne décolle pas.

Après avoir passé trois points de contrôle, je me retrouve face à un employé de la Banque de France et l’informe des raisons de ma visite. Et là, devinez ce que je m’entends répondre :

« Mais monsieur, on vous a mal informé. Nous ne reprenons pas les euros en métaux précieux. »

Mon sang ne fait qu’un tour. J’informe l’employé que j’ai un rendez-vous avec le guichetier de la monnaie fiduciaire. Au son de ma voix, il devine que je maîtrise encore ma colère mais qu’il ne faut pas aller plus loin. Il appelle donc le guichetier mais il me dit « qu’il y a un problème. » Le guichetier s’installe derrière son comptoir. Je lui réitère ma demande. Il me dit que ce n’est pas à lui de reprendre ces euros mais à ma banque. Je lui explique que mon banquier refuse et je le menace d’alerter la presse. C’est sûrement le sésame magique. Il se décide enfin et me tend le formulaire de reprise. Je récupère mon cash après qu’il ait scrupuleusement vérifié mes pièces.

Juste avant que je ne quitte les lieux il me précise :

« Vous savez, ce travail, c’est celui des banques, ce n’est plus le nôtre. Dans quelques mois, notre guichet va fermer et les banques devront prendre notre relais pour les opérations fiduciaires ».

Mise à jour Décembre 2016 et Conclusion :

Aux dernières nouvelles, la banque de France ne reprend plus les Euros en métaux précieux depuis 2014. Voici un petit aperçu du ratio valeur intrinsèque/valeur faciale de certaines pièces en métaux précieux qui vous aidera à faire le tri entre bonne affaire et attrape gogos. Les prix de référence des métaux précieux sont ceux du jour.

Pour les Euros en Or métal.

Valeur métallique de la pièce 100 euros en or 999 (éditions 2008, 2009, 2010) :

3,1 Grammes x 34,8 euros le gramme d’or = 108 euros. Bonne affaire malgré la chute de l’or. Vente sans problème sur ebay à 150 euros environ.

Valeur métallique de la pièce 250 euros en or 920 (éditions 2009, 2010, 2011) :

8,45 Grammes x 0,920 x 34,8 euros le gramme d’or = 270 euros. Bonne affaire, et vente sans problème sur ebay à 390 euros. Tiens, c’est bizarre… MDP n’en sort plus! En effet, la pièce 250 euros de 2016 ne pèsent plus que 4,5 grammes d’or 999 contre 7,77 grammes en 2009, soit une valeur métallique de 157 euros seulement… C’est devenu une mauvaise affaire. Et oui mon bon Monsieur, on met moins d’or dans nos pièces, c’est l’inflation…

Pour les Euros en argent métal : 

Valeur métallique de la pièce 100 euros en argent 900/1000 :

50 Grammes x 0,900 x 0,5 euros le gramme d’argent = 22,5 euros. Mauvaise affaire. Il faudra que le prix de l’argent quadruple pour que certains commencent à s’y intéresser…

Valeur métallique de la pièce 10 euros en argent de 2016 teneur 333/1000 :

17 Grammes x 0,5 x 0,333 euros le gramme d’argent = 2,83 euros. Mauvaise affaire aussi.

Pour les Francs Or :

Valeur métallique de la pièce Napoléon 20 Fr en 2006:

5,81 Grammes x 15,4 Euros = 89 Euros

Valeur métallique de la pièce Napoléon 20 Fr en 2016:

5,81 Grammes x 34,8 Euros = 202 Euros! Bonne affaire!

Pour les Francs Argent : 

Valeur métallique de la pièce 50 Fr Hercule en 2006:

30 Grammes x 0,3 Euros = 9 Euros

Valeur métallique de la pièce 50 Fr Hercule en 2016:

30 Grammes x 0,5 Euros = 15 Euros! Pas mal, n’est-ce pas!

Le calcul est donc vite fait : Si un jour vous voulez acheter des pièces en métaux précieux, investissez dans des pièces boursables (sous scellé) que ce soit pour l’or ou l’argent (pièces à faible prime: Napoléon 20 Fr, Krugerrand 1 once, 50 Pesos); n’achetez des pièces d’or ou d’argent en Euros que pour étoffer votre collection numismatique, car si vous voulez payer avec ou les faire reprendre par votre banque, elles vous resteront sur les bras comme cela a faillit être le cas pour moi.

François

Objets Publicitaires de Collection

Histoires des objets de pub :

Au début de la deuxième moitié du siècle dernier, l’objet publicitaire était souvent l’unique contact avec le consommateur, le seul lien entre le produit et sa clientèle potentielle. Il fallait donc attirer l’attention pour informer, toucher un public et le fidéliser. Les grandes surfaces existaient depuis qu’Édouard Leclerc, en 1949 à Landerneau (France), avait amené le discompte en achetant en masse. Mais l’ouverture du premier hypermarché le 15 juin 1963 portant l’enseigne Carrefour à Sainte-Geneviève-des-Bois n’avait pas encore détruit d’emplois dans la petite distribution et chez les petits commençants. Le déclin des spécialistes (fromager, droguiste, bazardier…) et des épiceries indépendants et le rôle accru des centrales d’achat n’apparaitra que bien plus tard, à partir de 1980, engendrant la disparition progressive des objets publicitaires dans les vitrines de boutiques. Dans les années 70, on pouvait encore y trouver des cadres décoratifs, des horloges, calendriers, enseignes lumineuses, personnages en plâtre. Ces objets étaient faits pour surprendre, attirer et fidéliser le client.

Les objets de pub n’étaient pas que décoratifs, ils pouvaient aussi être utilitaires, tel un couteau, un cendrier, bouchon verseur, décapsuleur, thermomètres fixés sur plaque émaillée. Petits et relativement discrets par leurs formes, ils deviennent le complément indispensable et très efficace des médias plus visibles que sont l’affiche, la plaque émaillée et la peinture murale. Plus encombrants, les présentoirs; d’abord conçus pour présenter les produits de façon aussi visible que possible, ils devinrent par leur créativité, leur couleurs et leurs formes de véritables objets de Publicité.

Quelques objets publicitaires devenus légendaires :

Le bibendum Michelin :

Plaque émaillée Bibendum

Ce fut une idée d’Edouard Michelin, sur le stand de la foire de Lyon, en 1898, , qui, en comparant les piles de pneus emballés de papier blanc à un gigantesque bonhomme, venait de créer sans le savoir son fameux Bibendom. Marius Rossignol qui signe ses affiches “O’Galop” créera ce personnage en pneus. C’est le coureur automobile Théry qui donnera par jeu le nom de Bibendum au personnage. Il faut noter que le Bibendom Michelin était livré avec un système d’accrochage qui permettait de le fixer sur l’aile avant gauche des dépanneuses de garage.

La coquille Shell :

Pompe à essence Shell – USA

Le mot “Shell” apparaît pour la première fois en 1891, comme marque du pétrole lampant que la Marcus Samuel and Company exporte en Extrême-Orient. A l’origine, la petite boutique londonienne vend des antiquités et des coquillages orientaux. En 1897, Samuel fonde la Shell Transport and Trading Company. Le premier logo de l’entreprise, en 1901, est une coquille de moule. En 1904, une coquille Saint-Jacques, ou pétoncle, devient l’élément visuel de la marque et de l’entreprise. Le nom de l’entreprise était “Shell” (coquille) et chacun des navires de Samuel qui transporte du pétrole lampant jusqu’en Extrême-Orient porte le nom d’un coquillage. Le pétoncle proviendrait des armes de la famille de M. Graham, un associé de Samuel qui devint membre du conseil d’administration de la Shell Transport and Trading Company. La famille Graham aurait adopté la coquille Saint-Jacques comme emblème à la suite d’un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne. Au fil des ans, la forme du logo de Shell évolue et suit les tendances du graphisme. L’emblème actuel est créé et lancé par le designer Raymond Loewy en 1971.

La plaque émaillée de Pin-up :

 

Plaque émaillée Garonor Dessinée par Aslan

Littéralement, le terme Pin-Up désigne une fille que l’on aime épingler (to pin en anglais) sur un mur. Cette drôle d’expression a pour origine les GI’s Américain qui accrochaient à l’aide d’une punaise, les photos des femmes les plus séduisantes à leur gout sur les murs de leurs casernes. La première Pin-Up à voir le jour fut la Gibson Girl en 1897. Elle fut imaginée par Charles Dana Gibson pour le magazine « Life ». A cette époque, la Pin-Up représentait la femme Américaine par excellence : une femme moderne, active, libérée et sophistiquée. Mais l’un de ses plus fameux dessinateurs est Alberto Vargas dont les modèles, souvent parus dans le magazine américain “Esquire” durant la seconde guerre mondiale, lui donneront ses lettres de noblesse. Les Pin-up de Vargas seront reprises sur les bombardiers, sur les blousons de soldats, sur les Jeep qui libèrent l’Europe et apportent au vieux continent une image totalement nouvelle de la femme. Dans les années 70, de nombreuses entreprises utiliseront cette image pour représenter leur marque (Fram, Blaupunkt, Dinlop, Continantal, Esso, Berger, Veedol…). Pour Garonor, gare routière parisienne, le célèbre dessinateur Aslan a laissé courir son imagination.

Le dandy Johnnie Walker : 

C’est le “Striding Man” – cet homme aux grandes enjambées rebaptisé Dandy” en version française. Ce personnage est aussi intimement lié à la marque que Bibendum l’est à Michelin. Il a vu le jour en 1908, et il renvoie au fondateur de la maison, John Walker. Son portrait a en effet servi à créer un emblème capable de traverser le siècle. “Une compétition avait été organisée pour trouver une bonne publicité. Mais aucune création n’émergeait vraiment. Sir Alexender Walker invita alors le dessinateur Tom Browne à déjeuner et lui demanda de s’inspirer de la silhouette de son grand-père, John Walker. Celui-ci réalisa au dos du menu un croquis du personnage qui tout de suite plut”, raconte Peter Warren, l’une des mémoires de la marque. Le produit lui-même trouve ses racines bien plus tôt, dans la première moitié du XIXe siècle, lorsque John Walker, alors à la tête d’une épicerie, développe la vente de whisky en gros. Mais c’est son petit-fils George qui, après avoir repris les rênes de la société familiale, met en place il y a cent ans la stratégie marketing. Le Dandy va faire ses premiers pas dans une petite série de vignettes montrant Johnnie à la pêche, patinant sur un lac gelé, jouant au golf. Puis, l’icône se montre suffisamment forte pour que seuls son chapeau ou sa canne apparaissent sur les annonces de 1928. Mais la fameuse silhoette de la marque, n’intègrera les étiquettes des bouteilles qu’à partir de 1960.

Le cendrier de comptoir : 

Cendrier Publicitaire L’Héritier Guyot (42 cm)

En porcelaine, faïence ou céramique, parfois en verre, en opaline, en bakélite ou en matière plastique, il en existe des milliers de modèles, créés pour le besoin de la “réclame”, à partir des années 30 jusqu’aux années 70. Suivant qu’ils sont destinés à décorer l’intérieur d’un particulier ou à être utilisé dans un établissement public (café, Hôtel, restaurant, club privé), le cendrier publicitaire devait être plutôt discret, élégant et original ou bien agressif, jouer des couleurs et des formes afin d’être vu et lu. Surtout pour les marques d’apéritifs et autres liqueurs, dont le cendrier posé sur une table constitue un rappel utile sur le lieu de vente, ce qui est la vocation première d’un tel objet. Ils ont souvent la forme de personnages types (le buveur de Dubonnet, la Gitane de Dransy, l’hidalgo capé de de Sandeman , le Bibendum Michelin ou la pin-up de Perrier). Les formes sont souvent amusantes (La grenouille de l’Héritier Guyot, le geai de Lejay Lagoute, le pneu de Goodrich, la moitié d’orange de Picon, le bicorne de Napoléon chez Courvoisier, le paquebot France avec sa “cheminée qui fume”, les voitures – Renault Dauphine, 4 CV, Simca Aronde, 5, 1000, 1100, Citroën 2 CV, DS, HY, Mercedes 220D, 300SL, Ferrari Dino, la Formule 1 de L’écurie Rothman, etc…)