Album – Wilson Phillips – Shadows and Light (1992)

Wilson Phillips est un groupe pop rock vocal américain composé de Carnie Wilson, Wendy Wilson, et Chynna Phillips, respectivement les filles de Brian Wilson (Beach Boys) et de Marilyn Rovell (The Honeys), tandis que Phillips est la fille de John et Michelle Phillips (The Mamas & the Papas).

Leur premier album éponyme qui est sorti en 1990, s’est vendu à plus de 10 millions d’exemplaires dans le monde et a placé trois singles à la première place sur le Billboard Hot 100, faisant du trio le groupe féminin le plus vendu de tous les temps, battant ainsi The Supremes. En 1990, le groupe a remporté le Billboard Music Award du Hot 100 Single de l’année pour «Hold On», et a également été nominé pour cinq Grammy Awards et deux American Music Awards.

Le Groupe :

Les soeurs Wilson et Phillips ont grandi ensemble dans le sud de la Californie dans les années 1970 et 1980. Partageant toutes les trois un goût prononcé pour la musique et l’écriture, elles ont développé leur propre style d’harmonies vocales. En 1989, le trio a signé chez SBK Records.

Les Albums : 

Wilson Phillips (1990) : « Hold On », leur premier single, arrive en tête du Billboard Hot 100 au USA le 9 juin 1990, dépassant le titre « Vogue » de Madonna. Le single était aussi numéro 1 sur le Billboard Adult Contemporary aux États-Unis et est devenu un succès mondial, culminant à la deuxième place en Australie, au sixième rang au Royaume-Uni, au septième rang en Irlande, au 10e rang en Suède et au 15e rang aux Pays-Bas et Suisse. Il a également remporté le Billboard Music Award pour le Single le mieux classé de l’année 1990. Les deuxième et quatrième singles de l’album sont également devenus numéro un sur le Billboard Hot 100 : « Release Me » (deux semaines) et « You’re in Love » (une semaine). Les singles « Impulsive » et « The Dream Is Still Alive » ont respectivement atteint le numéro la 4ème et la 12ème place sur le Hot 100.

En 1991, le groupe sort un enregistrement de « Daniel », célébrant les chansons d’Elton John et de Bernie Taupin. Bien qu’il ne soit pas sorti en single, il a atteint la 7ème place au hit parade en raison de sa forte rotation en radio. Ils ont également sorti la chanson « You’re in Love » la même année, qui a  atteint la première place.

Shadows and Light (1992) : Cet album était profondément personnel et adoptait un ton plus sérieux, avec des pistes explorant des problèmes tels que la maltraitance des enfants («Where Are You») et leur éloignement de leurs pères («Flesh and Blood», «All the Way From New York»). Le premier single, « You Won’t See Me Cry » a culminé à la 20ème place aux États-Unis et à la 18ème au Royaume-Uni, et ce fut la première fois que le groupe eût un single classé aussi haut au Royaume-Uni qu’aux États-Unis. L’album a atteint la 4ème place du Billboard 200 et a été certifié platine aux États-Unis et double disque de platine au Canada. Peu de temps après la sortie de Shadows and Light en 1992, Chynna Phillips a annoncé son désir d’entamer une carrière solo. Le groupe a donc décidé de se dissoudre. 

En 1993, Wendy et Carnie Wilson ont sorti un album sur le thème des vacances de Noël, Hey Santa !, une collection de thèmes de vacances classiques avec une chanson originale (la chanson-titre). En 1995, Chynna Phillips a sorti un album solo, Naked and Sacred. La même année, Carnie a organisé sa propre émission télévisée de courte durée intitulée Carnie! En 1997, Carnie et Wendy, avec leur père Brian Wilson, sortent The Wilsons et le single « Monday Without You ». Capitol Records sort la compilation Greatest Hits en 2000, bien que le groupe ne se réunisse pas officiellement pour sa sortie, le 29 mars 2001, ils s’est reconstitué momentanément pour interpréter la chanson des Beach Boys «You’re So Good to Me» lors d’un spectacle hommage à Brian Wilson au Radio City Music Hall de New York. Chynna Phillips a dédié la performance à son propre père John Phillips, décédé quelques jours plus tôt.

California (2004) : Cette année là, le groupe se reforme pour sortir un album de reprises. Un single, « Go Your Own Way », une chanson enregistrée à l’origine par Fleetwood Mac, a culminé à la 13ème place du Billboard Adult Contemporary. L’album a débuté à la 35ème place sur le Billboard 200 avec 31.000 exemplaires vendus dans sa première semaine de sortie. En Nouvelle-Zélande, l’album a été un succès surprise, atteignant le top 10 et devenant disque d’or après que « Go Your Own Way » ait été classé au hit-parade pendant plusieurs semaines.

Christmas in Harmony (2010) : L’album a produit un single, « I Wish It Could Be Christmas Everyday, » une reprise de l’air populaire chanté par le groupe de glam-rock anglais Wizzard qui fut un succès en 1973.

Dedicated (2012) : est un nouvel album studio composé de reprises de chansons des Beach Boys et Mamas and the Papas. Le 3 avril 2012, le groupe a publié le single « Dedicated », qui a culminé à la 29ème place sur le Billboard 200.

Voir sur YouTube : « Wilson Phillips – Give It Up [Official] » par nevergonnaletudown ; « Wilson Phillips – Hold On » par WilsonPhillipsVEVO ; Wilson Phillips « Already Gone » 2004 -Video par zoggyzoggo ; Wilson Phillips « Go Your Own Way » 2004 -Video par zoggyzoggo

Album – Les Infidèles – Héritage (1992)

Le groupe se compose à l’origine du trio francomtois : Jean Rigo, à la guitare et au chant, Olivier Derudet, à la basse, Jo Matiss, à la batterie. En 1984, les Infidèles signent leur premier contrat discographique et publient leur premier 45 tours « Fin d’une histoire » puis « Toutes les nuits, toute ma vie ». Puis, le groupe signe chez Trema et sort son premier album.

Rebelle (1989) : dont est tiré le single « Mon héroïne » connaît un certain succès (leur premier), mais c’est surtout avec le deuxième titre : « Rebelle » à l’instar de l’album, que les Infidèles se voient ouvrir les portes du Top 50 français (classé n°27, en 1990). Le disque est appuyé par une tournée de soutient où il croisera sur scène des artistes comme Roch Voisine, Bob Dylan, Wet Wet Wet ou encore The Silencers. Le groupe se produira en tête d’affiche au Québec pour une série de shows. Le groupe est rejoint par Fabrice Ragris en 1991 qui remplace Annette Bailly après trois années passées aux claviers.

Héritage (1993) : empreint d’un nouveau timbre musical, c’est l’album de la consécration. Produit par l’anglais John Brand, connu pour sa collaboration avec des groupes comme The Cult ou The Ruts, cet album révèle une amplitude instrumentale où la guitare prend des envolées lyriques dans des introductions et des solos particulièrement soignés. Le titre phare, « Les larmes des maux » devient un tube et reste à ce jour leur titre fétiche (23 semaines consécutives de présence dans le Top 50, meilleure place n°9, début 1993). Le groupe participe alors à de nombreuses émissions dont TARATATA (France 2), STAR 90 (TF1 Drucker), NOUBA (M6). Les Infidèles enchaînent les tournées en France et à l’étranger, en tête d’affiche ou en première partie de Page and Plant ou INXS.

Séduit, Mark Opitz, bras droit du groupe australien, produit leur troisième album, H.W.O.L. (Human Way of Life), en 1994. De départs en remplacements – après le départ d’Olivier et Jo, Jean-Cyril Masson rejoint le groupe à la basse -, les Infidèles poursuivront leur chemin jusqu’en 1997 avec la sortie de leur dernier opus Ailleurs produit par Jean Lamoot (Noir Desir, Bashung).

En 2005, après 8 années de silence, Jean, Olivier et Jo se retrouvent sur scène pour un hommage à leur ami Fabrice décédé tragiquement en janvier de la même année. En 2007, le groupe se reforme autour du trio originel et reprend le chemin des studios avec un nouveau maxi 6 titres Cirkus. Courant 2008, un nouveau projet d’album voit le jour. La sortie officielle de Turbulences se fera en juillet 2010.

Source

Discographie :

1985 : Les Infidèles Mini Album 5 titres
1990 : Rebelle
1992 : Héritage
1995 : Human Way Of Life (ou H.W.O.L.)
1997 : Ailleurs
2007 : Cirkus
2010 : Turbulences

Voir sur YouTube : « Les larmes et des maux – Les Infidèles » par Les Infidèles ; « Les Infidèles « En disgrace » 1993″ par giovmi2007 « Les Infidèles Mon héroïne » par Philippe Doring et « Les infidèles-Rebelle (clip) » par Les Infidèles

Youngtimer – BMW 850 (1989-99)

La sensation du Salon de Fancfort 1989 fut sans contestation possible la présentation de la nouvelle BMW 850. Modèle de grand luxe, ce gros coupé dessiné par Klaus Kapitza sous la direction de Claus Luthe entrait par la grande porte dans le club très fermé des voitures de prestige. Il était conçu à partir d’un soubassement de série 5 mais avec un empattement légèrement plus court. Concurrent direct des Mercedes, le coupé BMW 850 i remplit son contrat et dépassa bientôt la vente de 500 SL de la firme de Stuttgart.

D’abord un V12 puis un V8 à partir de 1992 : 

Avec son gros moteur à 12 cylindres en V entièrement en Aluminium, BMW tenait un atout majeur contre les V8 Mercedes. Nouveau et puissant, il était également équipé d’un contrôle automatique de stabilité et de traction qui en faisait une des véhicules les plus sûr du moment. À l’automne 1992, la 840 Ci à moteur V8, moins onéreuse, vient étoffer la gamme pour rendre la Série 8 plus accessible. Enfin, une version plus sportive préparée par Motorsport, la 850 CSi, complétera l’offre à partir de 1992.

Coupe sobre, silence et confort :

Le gros coupé BMW 850 avec sa carrosserie trapue restait sobre dans ses lignes, on a recherché ici la distinction plutôt que le clinquant. Ses formes évoquent une filiation sportive sous-jacente : la forme en coin, la calandre rappellent la célèbre M1, tandis que les ailes discrètement carrés font penser aux GT des années 70. Le CX de 0,29 représentait à l’époque la meilleure valeur de la marque BMW tous modèles confondus. On a recherché ici la distinction plutôt que le clinquant. L’intérieur est confortable et la voiture peut transporter 4 adultes dans un silence presque parfait. Agréable à conduire, elle conserve sa tendance sportive avec un moteur coupleux quelque-soit la vitesse. Selon la tendance de l’époque sur les coupés de luxe, le constructeur avait évincé les montants latéraux, une solution esthétique mais coûteuse qui implique un guidage parfait des glaces et une rigidification du plancher.

Une technologie de pointe et un équipement pléthorique : 

L’élaboration de la 850 rassemblait les techniques les plus à la pointe dans le domaine de l’automobile : EDC (système électronique d’amortissement variable), ABS, ASC (anti-patinage), 6 vitesses, … L’équipement quant à lui était luxueux : phares escamotables avec lave-phare haute pression, jantes alu, rétroviseurs rabattables électriques et dégivrants, système audio CD, régulateur de vitesse, sièges en cuir électriques, 4 vitres électriques, rétroviseur intérieur jour/nuit automatique…

Les différents modèles de la série 8 : 

1989-94 : 850 i/Ci 5,0 l V12 (300 ch)
1992-96 : 850 CSi 5,6 l V12 (380 ch)
1992-96 : 840 Ci 4,0 l V8 (286 ch)
1994-99 : 850 Ci 5,4 l V12 (326 ch)
1996-99 : 840 Ci 4,4 l V8 (286 ch)

Caractéristiques Techniques : Voir brochure ci-dessous

Prix du modèle neuf : 605.000 F en 1991 soit 137.717 € avec 49% d’inflation.

Cote actuelle : À partir de 7000 €.

Album – Les Innocents – Fous à Lier (1992)

« Les Innocents » est un groupe de pop rock français, fondé en 1982 à Paris par le chanteur et guitariste J. P. Nataf, avec Bertrand Sansonetti à la guitare, Rico à la basse et Pierre Morin à la batterie. Ils se produisent dans les salles de concert parisiennes comme Le Gibus et en 1985 réalisent « Pamela », un 45 tours autoproduit. Le groupe rencontre l’auteur-compositeur Jay Alanski, avec lequel ils réalisent une démo, qui sera présentée aux maisons de disques. En 1986, ils sont signés par Virgin, qui édite l’année suivante leur premier succès, le single « Jodie ». Vendu à 150.000 exemplaires, il se classe 34e du Top 50. Il est suivi par « Et le temps n’attend pas » en 1988. Jean-Christophe Urbain rejoint Les Innocents en tant que claviériste à l’occasion de leur passage au Palace, puis remplace Bertrand Sansonetti lorsque le guitariste quitte le groupe. En décembre 1988, après le départ du batteur Pierre Morin, ils rentrent en studio à Bruxelles avec le producteur britannique Paul Hardiman afin d’enregistrer leur premier album.

Cent mètres au paradis (1989) : L’album est enregistré entre décembre 1988 et mars 1989 aux studio ICP à Bruxelles. Le groupe donne plus d’une centaine de concerts acoustiques durant l’année, mais le disque se vend seulement à 16.000 exemplaires.

Fous à Lier (1992) : L’album est popularisé par les singles à succès « L’Autre Finistère » et « Un homme extraordinaire ». Selon l’édition française du magazine Rolling Stone, cet album est le 74e meilleur album de rock français. Les titres sont produits par Philippe Delettrez et mixés par Dominique Blanc-Francard. La même année, Les Innocents reçoivent le Bus d’Acier. (Le Bus d’Acier, créé et organisé par Sylvie Jouffa, aussi appelé Grand Prix du rock français, est une récompense musicale attribuée de 1981 à 1996, parrainée par la discothèque parisienne le Bus Palladium et sponsorisée par la Sacem. Il était décerné, lors d’un déjeuner en présence d’un huissier de justice, à l’issue du vote d’un jury composé d’une trentaine de journalistes spécialisés et de représentants des médias audiovisuels). 

En 1994, 1996 et 1997, les Innocents décrochent une Victoire de la Musique dans la catégorie « Groupe de l’année ».

Post-partum (1995) : enregistré avec Dominique Blanc-Francard. Rico, le bassiste du groupe, les quitte une fois le disque achevé. Les singles « Un monde parfait », « Colore », puis « Dentelle » en sont extraits et rencontrent le succès.

Les Innocents (1999) : Alors qu’en 1999, les ventes des albums Fous à lier (1992) et Post-partum (1995) atteignent respectivement 500.000 et 200.000 exemplaires, leur quatrième album éponyme est enregistré aux Real World Studios avec le renfort de musiciens les accompagnant en tournée, Christopher Board aux claviers et Bernard Viguié remplaçant Rico à la basse. Comme J. P. Nataf, Jean-Christophe Urbain chante sur toutes ses compositions. Le disque est accueilli favorablement par la critique, mais ses ventes déçoivent, seulement 30.000 exemplaires se sont écoulés après sa sortie. L’année suivante, le départ de Jean-Christophe Urbain entraîne l’annulation de leur tournée et la séparation du groupe. Meilleurs Souvenirs, une compilation de leurs singles, est éditée en 2003.

Mandarine (2016) : Après la séparation des Innocents en 2000, J. P. Nataf réalise deux albums solo, alors que Jean-Christophe Urbain compose et produit un album pour sa compagne Jil Caplan. À partir de 2012, les deux chanteurs et guitaristes se remettent à composer et remontent sur scène en duo. Ils entrent aux studios Ferber et au studio Le Garage, situés dans le 20e arrondissement de Paris, avec Dominique Ledudal et enregistrent un album dont la sortie est plusieurs fois repoussée. L’album Mandarine est édité en juin 2015 par le label Jive Records. Cet album, marquait un retour au folk, avec deux guitares et deux voix mêlées et une production résolument dépouillée. En 2016, le groupe nommé dans la catégorie « Album Rock » aux côtés de Lou Doillon et de Rover a remporté pour la 4ème fois une victoire de la musique.

Lien –  Source

Discographie :

1989 : Cent mètres au paradis
1992 : Fous à lier
1995 : Post-partum
1999 : Les Innocents
2015 : Mandarine

Voir sur YouTube : « Les Innocents – L’autre Finistère (Clip officiel) » ; « Les Innocents – Colore (Clip officiel) » ; « Les Innocents – Jodie (Clip officiel) » ; « Les Innocents – Les jours adverses (Clip officiel) » et « Les Innocents – Un monde parfait (Clip officiel) » par Les Innocents 1987-2000

Youngtimer – Venturi 260 (1989-96)

Venturi Automobiles est une marque automobile française créée en 1984 à Cholet (Maine-et-Loire) par deux ingénieurs, Claude Poiraud et Gérard Godfroy, anciens salariés de la société Heuliez, qui décidèrent de se lancer dans la construction de modèles sportifs. Le premier Coupé présenté en mai 1986 fait 200 ch et utilise le 2,5 litres V6 PRV Turbo. L’architecture reprend le positionnement classique du moteur central arrière.

La 260, un coupé haut de gamme :

Pour le Coupé 260 commercialisé à partir de 1989, la motorisation passe de 200 à 260 chevaux par rapport au coupé initial. Construits à 188 exemplaires, les 260 ont été déclinés en quatre versions. La finition est haut de gamme avec la direction assistée, la climatisation, les sièges en cuir à commande électrique, le tableau de bord en bois, la peinture métallisée et la radio de série.

Les différents modèles : 

Le Coupé MVS 260 SPC : (sans pot catalytique), produite à 60 exemplaires entre 1989 et 1990. Renommée Venturi Coupé 260 SPC en 1989, à la suite du changement du nom de la marque.

Le Coupé 260 APC : Un an plus tard sort la Venturi Coupé 260 APC (avec pot catalytique), produite à 70 exemplaires entre 1990 et 1996, l’installation d’un pot catalytique étant devenue obligatoire pour tous les véhicules de plus de 2 litres de cylindrée. Extérieurement, elle est identique à la 260 SPC.

Le Coupé 260 Atlantique : La Venturi Coupé 260 Atlantique a été construite en 1991 à 25 unités. C’est une version allégée de la Venturi Coupé 260, dans laquelle certains éléments de confort intérieur du modèle d’origine ont été allégés ou remplacés afin d’améliorer la rapport poids/puissance grâce à un gain de 165 kg. Les sièges électriques en cuir d’origine ont fait place à des sièges baquets Recaro recouverts d’un cuir synthétique très léger, le carbone a remplacé le bois sur le tableau de bord, l’isolation sonore a été réduite au strict minimum, la roue de secours a été enlevée et la climatisation a été supprimée mais elle reste cependant en option. La tôle du châssis est plus fine et a été perforée par endroits.

Le Coupé 260 LM : La Venturi Coupé 260 LM a été produite à 33 exemplaires entre 1994 et 1996. Elle est lancée à la suite des bons résultats de la Venturi 500 LM. Le véhicule se distingue par le remplacement des jantes classiques par des jantes OZ Racing de 17 pouces blanche, des sièges baquets Recaro, la possibilité de bénéficier d’un tableau de bord en carbone et un monogramme 260 LM apposé sur les côtés et l’arrière de la voiture.

La Venturi Transcup 260 : est réclamée par la clientèle suite au succès de la Transcup 200. Elle fait son apparition en 1990. Elle a été produite à 17 exemplaires jusqu’en 1995. Avec ses 260 ch, c’est le cabriolet le plus puissant de la gamme. Durant son existence, la Transcup 260 était la voiture française la plus chère du marché.

En proie à des difficultés financières, la marque sera vendue en 2000 à des investisseurs monégasques. Gildo Pallanca Pastor, le président, a choisi, dès l’acquisition de Venturi, d’opérer un véritable virage stratégique pour relancer l’entreprise : développer des véhicules de sport électriques. En 2016, la Venturi VBB-3 est devenue la voiture électrique la plus rapide du monde en atteignant une vitesse de pointe de 576 km/h. Le record a été établi aux Etats-Unis dans l’Utah, sur le lac salé de Bonneville.

Caractéristiques Techniques : Voir brochure ci-dessous.

Prix du modèle neuf en 1991 : 488.000 F soit 111.084 € avec 49,3% d’inflation.

Cote actuelle : à partir de 50.000 €.

Photo haut de page : Coupé 260 Atlantique