Hifi Vintage – Thorens 126 MkIII (1977-1984) & Thorens Prestige (1984)

Historique de la marque :

En 1883, Hermann Thorens fonde à Sainte-Croix, en Suisse, une entreprise familiale de boîtes à musique et de mouvements d’horlogerie (qu’ils produisaient encore dans les années 1950), d’harmonicas, de briquets, de phonographes et de gramophones. Plus tard, ils produisirent des tourne-disques, des radios, des chaînes haute-fidélité et des enregistreurs.

Thorens commence à construire des phonographes de type Edison en 1903. Dans les années 1920, les fils de Hermann, Frédéric (1883-1976) et Paul (1899-1966), entrèrent dans l’affaire, avant d’en prendre la direction générale. L’entreprise devint société anonyme en 1927 (Hermann Thorens SA).

En 1928, ils produisent leur premier tourne-disque électrique et lancent leur gamme de lecteurs audiophiles. Thorens met à profit son expérience dans l’horlogerie de précision pour concevoir, dès la fin des années 50, des platines vinyle d’exception avec les modèles CD 63, CD 42 et 43 et CB 33. La société devient Thorens SA en 1952. En 1957, le succès de la platine vinyle Thorens TD 124 lui assure une renommée mondiale. Entre 1958 et 1961, ils sortent les modèles TD 134 et TD 184, équipés du bras de lecture BL104, puis la TD 135 équipée du bras de lecture BTD-12S.

Thorens fusionne en 1962 avec Paillard SA. La Thorens TD150 équipée du bras de lecture TP13 sort en 1965. Elle est équipée d’une suspension Thorens à contre platine flottante, une sorte de châssis intérieur suspendu qui accueille le plateau et le bras, le moteur étant fixé sur le châssis principal et l’entraînement se faisant au moyen d’une courroie élastique. Cette invention unique permet de réduire les vibrations induites par le moteur, et équipe encore aujourd’hui toutes les platines vinyle proposées par Thorens.

En 1966, la production de tourne-disques fut délocalisée en Allemagne. En 1965 Thorens sort la TD 150 équipée d’un bras TP 13 ainsi que d’une contre platine flottante et d’un entraînement par courroie. En 1968, Thorens sort la TD 125 équipée du bras TP 25.

En 1976 apparaissent les fameuses TD 126, 145, 160 et 166. La gamme 1979 s’étoffe encore avec l’arrivée des TD 105, 110, 115 puis des TD 147, 316, 524 en 1984, sans oublier le fabuleux modèle Prestige dédié au audiophiles fortunés. Ce dernier est équipée de deux bras de lecture utilisables séparément, afin de pouvoir se servir de deux cellules différentes sur la même platine sans effectuer de manutentions ou de réglages.

La Thorens TD 126 MkIII

Thorens 126 MkIII – Documentation Thorens

C’est sans conteste une des meilleures table de lecture de disques vinyles faite par Thorens. Lorsqu’elle sortit en 1976, elle concrétisait l’aboutissement d’une longue expérience dans la construction d’instruments pour la reproduction du son, conjuguée à l’utilisation de techniques de pointe en mécanique de précision et en électronique, sa robustesse permettant le maintient à long terme des exceptionnelles caractéristiques techniques initiales.

Une contre platine flottante :

Dans sa lutte pour un plus grand silence de marche, Thorens a choisi l’asservissement électronique de l’entraînement par courroie élastique, allié à son système exclusif de suspension à contre platine flottante. Toute table de lecture de disque doit nécessairement faire appel à des éléments de suspension élastiques, afin de protéger la cellule de lecture ultra-sensible, aussi bien des chocs extérieurs, que de l’effet en retour des ondes sonores émises par les haut-parleurs (effet Larsen). L’introduction de ces indispensables éléments amortisseurs entre le moteur et l’ensemble plateau-bras lecteur leur permet d’assumer une fonction supplémentaire, soit un découplage mécanique intégral de l’ensemble lecteur par rapport au dispositif d’entraînement. Le plateau tourne-disque et le bras lecteur sont montés solidairement sur la contre-platine, suspendue de manière souple et amortie au châssis extérieur, lequel supporte également le moteur. Cette technique de construction garantit aux tables de lecture de disque de la marque un rapport signal/bruit qui n’est égalé par aucun autre système d’entrainement.

Le circuit APC (Automatic Pitch Control) : 

Ce circuit qui équipe la TD 126 compense automatiquement les forces de freinage variables et corrige tout déviation de la vitesse de rotation par rapport au réglage initial. Le freinage du système d’entraînement résultant par exemple de l’utilisation d’un balai dépoussiéreur varie en fonction de son éloignement du centre du plateau ;  le circuit APC compense automatiquement de telles variations.

Le Bras de lecture Isotrack TP16 MkIII : 

La qualité d’un bras de lecture n’est pas uniquement fonction de la liberté de de ses articulations, mais aussi de son facteur d’inertie. Cette inertie empêche le bras de suivre parfaitement les inégalités de surface présente sur tous les disques. Pour remédier à cet inconvénient, il est normalement nécessaire d’introduire une force d’appui excessive de la pointe de lecture sur le disque, ce qui provoque une usure inutile sur tous les disques.

Thorens a résolu ce problème de l’inertie des bras de lecture en éliminant toute masse inutile. La tête de lecture n’a pour seule fonction que de protéger la cellule, le lourd raccord étant reporté à proximité des paliers du bras, là où son poids n’influence pratiquement pas le facteur d’inertie du bras de lecture. Les bras de lecture Thorens isotrack sont des bras linéaires et non en forme de S. L’angle de courbure nécessaire entre le bras et la cellule de lecture pour une erreur de lecture minimum, ne dépend nullement de la forme du bras tubulaire. Les bras de lecture conventionnels ont tous une masse effective de l’ordre de 15 à 20 grammes là où elle fait moitié moins sur un bras Thorens. Il devient ainsi possible d’appliquer à chaque cellule de lecture la force d’appui minimale pour laquelle elle a été construite. Un traitement de surface de la section de bras tubulaire (Technique Split Wave), absorbe les vibrations parasites du bras de lecture.

Un arrêt automatique électronique à vélocité sans friction : 

Le sillon terminal des disques comportant un pas plus grand – les sillons sont plus éloignés les uns des autres – le déplacement du bras de lecture subit une accélération vers le centre du disque. Cette augmentation de la vitesse  angulaire est détectée par un circuit électronique qui commande le relèvement du bras et l’arrêt du moteur. Un tel arrêt électronique fonctionne donc sans altérer en quoi que ce soit la qualité de la platine disque. Il permet la lecture des plages situées en fin de face, même sur les disques dont les derniers sillons vont au-delà des normes admises.

Un circuit logique approprié empêche le déclenchement de l’arrêt automatique lors du déplacement rapide, à la main, du bras de lecture au-dessus du disque. Le dispositif de commande du bras de lecture (abaissement et relèvement) est entraîné par un servo-moteur additionnel. (Source : documentation Thorens).

Prix : On les trouve d’occasion, à partir de 600 € en bon état.

Thorens Prestige

Thorens Prestige – Catalogue Thorens 1984

Les platines Thorens sont célèbres dans le monde entier pour leur excellence. Mais la Thorens Prestige est une platine à part, résultat d’un raffinement constant, de solutions éprouvées et d’un engagement permanent de la marque impliquant une philosophie de produits basée sur l’excellence. Dans cette platine, l’accent est mis sur la qualité sonore qui de toute évidence, intègre le célèbre système à châssis flottant Thorens.

Un poids de 55 kg, un plateau de 6,6 kg…

La platine pèse 55 kg, ses dimensions sont impressionnantes (61,5x51x31cm), son socle principal reposant sur quatre pieds amortisseurs réglables en hauteur. Le moteur synchrone biphasé asservi, solidement fixé sur le châssis fixe principal, entraîne le plateau tourne-disque à l’aide d’une longue courroie souple en caoutchouc. Les vibrations potentielles du moteur sont donc isolées du plateau tournant et aussi des deux bras de lecture disposés sur le châssis suspendu. La masse du plateau tourne-disque (qui pèse plus de 8 kg si l’on y intègre le poids conséquent du stabilisateur central) explique l’absence de tout bruit de fond propre à la platine.

Le grand plateau (diamètre 34 cm, hauteur 12 cm) est absolument exempt de résonances et contribue de façon décisive à la stabilité de l’image sonore de la Prestige. La paroi extérieure du plateau comporte 24 cavités remplies de granules de plomb, empêchant ainsi toute résonance parasite. Une solution propre à Thorens.

L’arbre du plateau tourne-disque est un composant usiné avec précision faisant 15 mm de diamètre. Le châssis fixe principal et le châssis flottant sont construits en utilisant la technologie de couche multiple conçue pour éliminer des résonances indésirables. Toutes les commandes sont situées sur le panneau avant fixe, le châssis flottant supportant le plateau et les bras lecteur qui sont découplés au moyen d’une suspension commandée par gravité à quatre points.

Deux plates-formes de montage de bras permettent l’utilisation de n’importe quel bras de lecture long ou court de l’époque (SME 3012 R Gold par exemple). La hauteur de chaque plate-forme de montage peut être ajustée séparément et chaque bras possède son propre dispositif de repérage actionné électriquement depuis le panneau avant.

Les vitesses nominales sont contrôlées par quartz et surveillées en permanence sur la platine elle-même. Le dessous du plateau porte une piste magnétique. Un circuit de commande électronique compare la vitesse de rotation du plateau avec la vitesse nominale. Les moindres déviations sont enregistrées et corrigées.

Une platine rare et chère : 

La prestige ne fait usage que de matériaux nobles, y compris d’un certain nombre de pièces en plaqué or. C’est une réalisation d’exception. Lancée pour le 101e anniversaire de Thorens, au départ seules 101 platines Prestige devaient être commercialisées. Cependant, le modèle resta disponible sur commande au moins jusqu’en 1993 – à 15 000 $ tout de même – et donc, le nombre d’exemplaires commercialisés fut plus important que prévu. Malgré son prix, la Prestige s’est vendu très bien… surtout au Japon, pays des audiophiles fortunés! Elle est rarissime en occasion, et lorsqu’on la trouve, il faut compter un minimum de 8000 $ avec un seul bras de lecture et sans cellule. Comptez donc au minimum 15.000 $ pour en débusquer une en parfait état et toute équipée…

Ci dessous, quelques Pubs Thorens sur la TD 126 MkIII et la Prestige ainsi que son banc d’essai parue sur une revue de l’époque.

Youngtimer – Peugeot 504 Coupé & Cabriolet (1969-83)

La Peugeot 504 est née à la fin de 1968 ; une année plus tard , elle avait déjà été produite à 525.201 unités. Ce chiffre suffirait à illustrer le succès que connut ce nouveau modèle de la marque à l’emblème du Lion. Car les chiffres de production continuèrent à grimper, pour atteindre les 2 millions en mars 1978 et presque 4 millions en fin de carrière, dont seulement 31.000 coupés et cabriolets.

Des records de vente : 

Avant la 205, toutes les versions confondues, la Peugeot 504 a donc été le modèle Peugeot le plus vendu en France et dans le monde entier. Elles est apparue immédiatement en version berline, coupé et cabriolet, ces deux dernières dessinées par Pininfarina.

Familiale mais aussi performante dans les rallyes : 

Elle s’est également illustrée en sport automobile, dans le rallye le plus difficile du monde, l’Est African Safari. Les succès qu’elle y remportera furent d’autant plus méritoires que cette voiture très familiale n’était pas une bête de course. La version de base – Modèle GL – à moteur 2 litres ne développait que 93 ch, alors que la TI à injection dépassait à peine les 100 ch. C’est donc la robustesse de la 504 qui fut son atout numéro un, dans le grand public et au cours de sa carrière sportive. A noter qu’en 1973, la gamme 504, sans parler des diesels, fut complétée par un modèle économique.

Les différentes versions du coupé et du cabriolet :

Lors de leur lancement, les 504 Coupé et Cabriolet ne sont disponibles qu’avec une seule motorisation : le Peugeot 1,8 litres avec injection mécanique développant une puissance de 97 ch, la firme ayant décidé de réutiliser le même moteur que celui de la berline. La transmission est assurée par une boîte de vitesse manuelle à 4 rapports avec levier au plancher. En fin d’année 1970, le moteur de 1,8 l est remplacé par un moteur de 2,0 litres toujours à injection mécanique mais développant 104 ch, le même que sur la berline. Une boîte automatique à 3 rapports fait son apparition en option ; mais en 1973, cette option n’est plus disponible que sur la version Coupé.

Un nouveau moteur V6 en 1974 :

En septembre 1974, les 504 Coupé et Cabriolet bénéficient d’une léger changement au niveau des feux avant où les deux feux rectangulaires deviennent solidaires, et arrière également où ils sont regroupés en un seul élément allongé. Cette nouvelle série adopte le moteur V6 PRV de 2.7 litres à carburateurs, développant 136 ch. La motorisation 2 litres disparaît. La boîte de vitesses automatique reste une option réservée pour le seul Coupé. Les coûts d’achat et de fonctionnement élevés du modèle V6 ainsi que son manque de fiabilité font qu’en 1978, le constructeur propose à nouveau le 2 litres à injection de 106 ch. Peugeot en profite pour équiper le V6 d’une injection afin de diminuer la consommation tout en augmentant la puissance à 144 ch avec une boîte mécanique à 5 rapports sauf sur les versions 2 litres. Quelques retouches esthétiques minimes sont faites sur la calandre en 1980 et la boîte 5 vitesses équipe toutes les versions.

Caractéristiques techniques : 

Moteur et transmission : 1.8 104 ch ; 2.0 104 ch ; V6 2.7 144 ch ; Cylindrée : 1796, 1971, 2664 cm3 ; Transmission : Propulsion
Châssis – Carrosserie : Coupé, Cabriolet
Dimensions : Longueur : 4360 mm ; Largeur : 1690 mm ; Hauteur : 1460 mm
Performances : 168 à 185 km/h en fonction du modèle

Prix du modèle neuf : En 1983 les coupé et cabriolet 2 litres valent tous deux 89.900 F. Le coupé V6 vaut 106.000 F soit 34.967 € après une correction de 117% d’inflation  sur la période.

Cote : à partir de 13.000 € pour un cabriolet 2 litre et de 5000 € pour un coupé.

Ci-dessous Photos extraites des Brochures Peugeot 1973 et 1983

 

Rétroactu 1980 – Série TV : Fantômas (1980)

Quelques évènements de l’année 1980 :

4 janvier : Devant le Congrès, le président américain Jimmy Carter condamne l’agression soviétique en Afghanistan et annonce des sanctions : embargo sur les livraisons de céréales à l’URSS, le boycott des Jeux Olympiques de Moscou, le rejet de la ratification des accords SALT.
20 mars : Grande-Bretagne : Le bateau-studio de Radio-Caroline, première radio-pirate (1964), sombre dans la Manche.
24 mars : L’assassinat par l’armée de l’archevêque de San Salvador, Mgr Romero, figure emblématique de l’engagement de l’Église aux côtés des paysans révoltés, ouvre une guerre civile qui provoquera la mort de 70 000 personnes en dix ans.
26 mars : Mort de Roland Barthes (sémiologue et écrivain français).
27 mars : Début de l’Éruption du mont Saint Helens. Afghanistan : Nouvelles manifestations antisoviétiques dans le pays. Norvège : Drame en mer du Nord ; la plate-forme pétrolière Alexander Kielland s’effrondre ; 123 morts. Tchad : Les combats font rage à N’Djamena. Des milliers de réfugiés affluent au Cameroun.
28 mars : Crise économique en Argentine. Faillite de la première banque privée du pays, la Banco de Intercambio Regional.
15 avril : Mort de Jean-Paul Sartre (philosophe et écrivain français)
29 avril : Décès d’Alfred Hitchcock (cinéaste britannique naturalisé américain)
4 mai : Mort de Tito. La République fédérale socialiste de Yougoslavie institue un système de direction collective, au cours duquel l’exécutif est assuré par rotation d’un an par un membre de la présidence collective.
18 mai : Soulèvement de Gwangju en Corée du Sud.
1 juin : Lancement de CNN : Le magnat de l’audiovisuel Ted Turner, lance dans un studio d’Atlanta (Georgie) Cable News Network, la première chaîne télévisée d’information en continu. Le succès est tel que Ted Turner créera CNN International en 1985.
7 juin : Décès d’Henry Miller (romancier américain).
22-23 juin : Sommet du G7 à Venise.
24 juillet : Mort de Peter Sellers (acteur britannique).
20 août : Mort de Joe Dassin (chanteur américano-français).
26 août : Mort de Tex Avery (dessinateur et cinéaste d’animation américain).
31 août : L’accord de Gdańsk autorise l’existence de syndicats libres en Pologne.
8 septembre : Mort de Maurice Genevoix (écrivain français).
17 septembre : Fondation du syndicat « Solidarność », fort de dix millions d’adhérents, avec, à sa tête Lech Wałęsa, reconnu par la Cour Suprême le 10 novembre.
22 septembre : Début de la guerre Iran-Irak.
3 octobre : Attentat de la rue Copernic à Paris.
4 novembre : Élection de Ronald Reagan (Républicain) comme président des États-Unis.
7 novembre : Mort de Steve McQueen (acteur américain).
15-16 novembre : Crise des euromissiles : grande manifestation pacifiste en Allemagne contre la décision de l’OTAN de déployer des missiles nucléaires en Europe. Appel de Krefeld en faveur du désarmement.
2 décembre : Mort de Romain Gary (écrivain français).
8 décembre : Décès de John Lennon (chanteur britannique, ancien membre des Beatles).
18 décembre : Décès d’Alexis Kossyguine (homme politique soviétique).
31 décembre : Décès de Raoul Walsh (cinéaste américain).

Série TV : Fantômas (1980) : 

Fantômas est une mini-série franco-allemande en quatre épisodes de 90 minutes, créée par Bernard Revon d’après l’œuvre éponyme de Marcel Allain et Pierre Souvestre, réalisée en 1979 par Claude Chabrol et Juan Luis Buñuel et diffusée en 1980 sur Antenne 2.

L’Échafaud magique (1980) : Dans ce premier épisode, le commissaire Juve accompagne la marquise de Langrune en train jusqu’à Paris où elle doit se rendre afin de toucher l’argent d’un billet de loterie gagnant. Mais au cours du voyage, elle est étranglée. Le jeune Fandor, bouleversé par la mort de sa tante, décide d’aider le commissaire. Juve enquête parallèlement sur l’assassinat d’un ambassadeur, lord Beltham. Des indices le mettent sur la piste d’un certain Gurn. Or, ce dernier est l’amant de la veuve Beltham.
L’Étreinte du diable (1980) : Fantômas continue de terroriser la France. L’homme aux mille visage prend cette fois l’identité d’un médecin tchèque, le docteur Chalek, et perpétue ses forfaits au gré de son extravagante fantaisie dans les lieux les plus divers : le cabinet d’un médecin, un hôpital, un couvent, un manoir…
Le mort qui tue (1980) : La baronne Mathilde de Vibray est retrouvée morte chez son jeune protégé, le peintre Jacques Dollon, le jour après avoir appris qu’elle était ruinée par son banquier et un mystérieux associé, Nanteuil. Jacques Dollon, soupçonné, arrêté, est retrouvé pendu dans sa cellule mais son corps disparaît.
Le Tramway fantôme (1980) : Fantômas poursuit ses exploits à Vienne en Autriche et au royaume de Transylvanie. Il enlève le roi de Karpatek après avoir étranglé puis défenestré sa jeune maîtresse Romy, récupère en rançon le fameux diamant rouge de la couronne de Transylvanie, s’empare d’une rame de tramway…

Lien

Voir sur YouTube : “L’Echafaud magique – Archive INA” par Ina Talk Shows  ; “20h Antenne 2 du 09 décembre 1980 – Assassinat de John Lennon | Archive INA” par Ina Actu.