Série TV : La Cloche Tibétaine (1974)

Cette série TV retrace l’épopée de la « Croisière Jaune » organisée par André Citroën en 1932 et 1933, et dans laquelle son collaborateur et ami Georges Marie Haardt, a réussi dans des conditions techniques sans égales, à réaliser pratiquement l’impossible : relier Beyrouth à Pékin (11.000 kms) en automobile, en passant par la Syrie, la Perse, l’Afghanistan, l’Inde, le Sin-Kiang, la Mongolie Extérieure et le nord de la Chine, avec la traversée de vastes déserts et le franchissement de la chaîne de l’Himalaya. L’expédition, composée du groupe Pamir, parti de Beyrouth, et du groupe Chine, parti de Tien-Tsin, fait sa jonction à mi-chemin, après de multiples péripéties. Cette série franco-allemande en 7 épisodes de 55 minutes a été diffusée à partir du 17 décembre 1974 sur la 1re chaîne de l’ORTF.

La Cloche Tibétaine est une adaptation romancée avec une assez bonne base historique, et une reconstitution de qualité. Comme il est précisé dans le générique, les péripéties de l’histoire sont (pour beaucoup), imaginaires. Wolfgang Preiss rend bien la prestance et l’élégance naturelle de Georges-Marie Haardt, alors que Gilles Béhat est un Victor Point aussi séduisant que le vrai (qui ne portait ni barbe ni moustache lors de la mission!) Coluche, dans le rôle d’un Cécillon gouailleur, tient un rôle dont sans doute peu de gens se souviennent. À l’époque, Coluche fut recommandé en 1974 par Jean-Claude Brialy, ami de longue date de Michel Wyn, à la suite du sketch télévisé de Coluche « l’histoire d’un mec » lors de son passage à une émission de Guy Lux, lors des présidentielles de 1974. Très emballé par le personnage de Coluche, Brialy avait demandé à ce dernier s’il avait beaucoup travaillé au cinéma et à la télévision, et voyant la situation plus ou moins précaire du comédien, il avait décidé de l’aider, et ainsi , de le parrainer.

Premier épisode : Les Nomades :

Un conseil d’administration : celui qui préside, André Citroën, brosse un brillant tableau des objectifs, du prestige et des périls de la première croisière automobile mondiale à travers l’Asie. À Beyrouth, le groupe Haardt se met en route et s’enfonce à l’intérieur du pays avec pour fétiche une cloche tibétaine, emblème des caravanes qui traversent les steppes d’Asie, trouvée par hasard dans un marché local.

Voir sur YouTube : « La Cloche Tibétaine Episode 01 (La Croisière Jaune) » par aventure vous avez dit aventure

Jouets de notre enfance : Jouef, Heller, Solido (1974)

Récemment, en triant le contenu de vieux cartons dans ma cave, je suis tombé sur une pile d’anciens catalogues publicitaires de jouets récupérés dans les magasins spécialisés que je fréquentais à l’époque (j’avais alors une dizaine d’années). J’ai laissé courir mon regard avec nostalgie sur les trains électriques Jouef, les maquettes à monter Heller et les modèles réduits de voitures Solido. Cela m’a donné l’idée d’évoquer ces trois marques dans le dossier du mois et d’illustrer l’article de quelques extraits de leurs brochures qui nous ont tant fait rêver en période de Noël.

Photo de présentation : Catalogue Heller 1974, illustré du vaisseau « Le Soleil Royal »

Les trains électriques Jouef et les circuits auto JouefMatic : 

Catalogue Jouef 1974

C’était un des cadeaux les plus prisés de ces années là, du moins pour les garçons. Encore en maternelle, le père Noël nous livrait un Chou-Chou Baby (le train du premier âge) au pied du sapin. Quelques année plus tard, le vieil homme, ses rennes et son traineau s’égaraient dans les limbes de notre petite enfance et, promotion scolaire oblige, on avait droit au train mécanique ; enfin, vers 10 ans, le budget cadeau flambait et on passait au train électrique, sans se douter que parfois la passion allait l’emporter et durer jusqu’à l’âge adulte. C’était vraiment chouette ces modèles réduits de la SNCF au format HO. (L’échelle HO est l’échelle la plus utilisée en modélisme ferroviaire soit [1:87]. La reproduction de la voie est ici normalisée à un écartement réduit à 16,5 mm au lieu de 1435 mm).

On commençait par se faire offrir un assortiment comprenant la locomotive, trois wagons, un circuit assez sommaire rond ou ovale, et un transformateur pour alimenter le tout ; et puis, au fil des cadeaux divers et des flux en argent de poche, le réseau s’agrandissait avec des locomotives, des rails, des aiguillages et des transfos supplémentaires. On finissait par fixer le tout sur une planche en bois, on électrifiait les aiguillages et enfin, on réalisait un extérieur décoratif avec des maquettes à monter. Mais pour changer du train train habituel (si j’ose dire), on variait parfois les plaisirs en montant un circuit routier au 1/40ème. Là, on se moquait un peu du décors, c’était plutôt un jeux avec les copains le jeudi après-midi (devenu le mercredi après-midi à partir de 1972) et la victoire revenait à celui qui arrivait à finir la course le premier sans que son bolide fétiche n’ait quitté le rail de guidage du circuit.

La marque Jouef : 

Jouef fut créée en 1944 par Georges Huard. Le nom Jouef est une contraction de la marque « Le Jouet Français ». Jouef construit d’abord toute sorte de jouets soit en tôle emboutie, soit en plastique moulé pour ne conserver finalement que ce dernier. Simultanément, sur le créneau des trains miniatures de moyenne gamme économique, le constructeur Lima se montre plus agressif dans les années 1970 avec des réalisations en HO, N et même fugitivement en O. Jouef fait une tentative en HOe2 (HO voie étroite) en 1967, en rachetant la firme allemande Egger-Bahn, spécialisée en HOe. Pendant plus de 40 ans, Jouef défend le principe d’un modélisme ferroviaire bon marché et ne cherchant pas un niveau de détail trop poussé, mais apprécié par les enfants car simple d’utilisation et peu fragile.

La Sofinex regroupe en 1974 les sociétés Jouef, Heller et Solido sous le nom « Le Jouet Français ». Le HOe est abandonné au profit de la seule échelle HO. La société n’a pas pu être redressée et c’est finalement le groupe CEJI, propriétaire de Joustra, qui rachète la marque en 1981 : la direction, déjà présente sur le marché du jeu et du jouet, semble relancer l’activité et annonce même une gamme à l’échelle N, mais CEJI dépose son bilan en 1985. Avec le rachat par Fobbi, une nouvelle relance est engagée.

Dans les années 1990, le marché français du modélisme ferroviaire grand public se rétrécit et Jouef, en difficulté, est racheté en 1996 par le groupe italien Lima qui est à l’époque distribué en France par MKD. Le 1er juin 2001, Lima annonce la fermeture de l’usine Jouef de Champagnole (Jura français) pour la délocaliser en Italie.

Lima est à son tour racheté par le groupe britannique Hornby en octobre 2004. À la suite de cette reprise, c’est MKD qui continue de diffuser en France les marques de trains miniatures du groupe Hornby (Electrotren, Jouef, Lima, Rivarossi, Arnold, etc.) et les circuits Scalextric sous le nom de Hornby France. La production de Jouef est délocalisée en Chine en 2006.

Les maquettes Heller : 

Maquette Heller – Le Soleil Royal

La collection Cadet, composée de modèles de volume réduit faciles à monter, s’adressait aux plus jeunes ou aux personnes qui désiraient apprendre le maquettisme. Il s’agissait de modèles dont le faible nombre de pièces facilitait l’assemblage sans toutefois sacrifier les détails. La boite incluait également la colle, un pinceau et de la peinture.

Les plus consciencieux peignaient chaque pièce avant le montage, d’autres, se contentaient de l’aspect brut de la matière plastique grise d’origine. Le reste de la collection Heller regroupait des modèles nécessitant un peu plus de maîtrise dans la technique du montage, notamment les galions, le clou de la collection étant constitué par le « Soleil Royal », pièce maîtresse de la marque à l’échelle 1/100ème composée de 2300 pièces. La maquette montée faisait 77 cm de long et 74 cm de hauteur… Le modèle qui fut lancé en 1974 est toujours commercialisé par la marque en 2017, ce qui est un bel exemple de longévité.

La marque Heller : 

L’entreprise Heller Joustra SA est issue de la réunion de deux marques historiques : Les maquettes en plastique Heller et les loisirs créatifs Joustra. Plus de 50 ans après sa fondation en 1957 et le lancement de son premier modèle (la Caravelle au 1/100e), la société s’inscrit encore, avec plus de 300 références, dans la tradition des maquettes fabriquées en France. Depuis sa création, Heller a produit plus de 1500 moules qui donnent les composants nécessaires à la réalisation des nombreux sujets de sa collection : des voiliers, des navires militaires, des voitures de tourisme et de course, des avions, des motos et des véhicules militaires.

Au début des années 70, la marque est au faîte de son succès. D’un point de vue économique 1974 voit la création du groupe «Le Jouet Français» par Sofinex (filiale du Crédit lyonnais) regroupant les marques Jouef, Solido et Heller. En 1977, soit trois ans après le lancement du Soleil Royal, Heller renoue avec le succès en proposant la légendaire Citroën Traction 15/6 à l’échelle du 1/8e. Certes le montage n’est pas à la portée d’un débutant car l’énorme boîte regorge de plus de 1000 pièces, mais aussi avec ses soixante centimètres de long et tous ses détails finement reproduits, elle reste à ce jour une pièce exceptionnelle. Pour son élaboration Heller n’avait pas fait les choses à moitié, 6000 heures de travail en bureau d’étude pour les plans, 40 personnes affectées à la fabrication des moules pendant plus de 18 mois et acheté deux voitures grandeur nature.

En 1980 «Le Jouet Français» est mis en liquidation et ses différentes composantes rachetées par des groupes divers, Borden dans le cas d’Heller. En 1999, Heller rachète l’entreprise alsacienne Joustra (contraction de Jouets de Strasbourg), fabriquant de jouets plastique et créatifs comme le Télécran. En 2006, l’entreprise est mise en règlement judiciaire. Dans cette situation, la société MANOP (Manufacture d’objet précieux) rachète Heller le 15 janvier 2007. Cette reprise se solde par le licenciement de 33 des 71 salariés, soit plus de 45 % des effectifs. Le 21 mars 2016 Heller-Joustra, de nouveau en difficulté après une embellie au début des années 2010, est repris par Maped, groupe français initialement spécialisé dans les fournitures scolaires mais en cours de diversification depuis 2014.  Heller continue de fabriquer ses maquettes en plastique sur le site de production, créé en 1963, à Trun près d’Argentan en Basse-Normandie dans le département de l’Orne (61).

Les voitures miniatures Solido : 

Citroën SM Solido

Parmi les cadeaux favoris, les miniatures d’automobiles au 1/43ème figuraient aussi dans le palmarès de nos jouets préférés. J’en ai gardé quelques-unes qui me rappellent ces tendres années, alors que la vie était plus simple qu’aujourd’hui, notamment une Citroën SM rouge qui me fit rêver à l’occasion des fêtes de fin d’année de 1973. Détail amusant, j’ai dans mes relations plusieurs possesseurs de bolides italiens rouges. Ils partagent tous un point commun : ils possèdent le modèle d’usine à l’échelle 1 dans le garage et son équivalent miniature à l’échelle 1/43ème est posé sur leur bureau…

La marque Solido : 

En 1919, Ferdinand de Vazeilles crée la Fonderie de précision de Nanterre qui devient une des plus renommées d’Europe pour le moulage sous pression de matériaux spéciaux appliqué à l’automobile et à l’aviation (culasse, carburateur, etc.). Il a l’idée en 1930 d’utiliser le métal injecté pour réaliser des jouets techniques qui jusque là étaient surtout en tôle. Il pense que c’est un gage de robustesse et donne le nom de Solido aux premiers véhicules qui sont fabriqués en zamac et sortent en 1933. Il s’agit de jouets transformables et non de reproduction miniature de véhicules réels. L’entité Solido est créée en 1937 et est consacrée uniquement aux jouets en zamac.

C’est en 1957 que Solido commence la fabrication de modèles de véhicules sportifs réels à l’échelle classique du 1/43e : le premier modèle est la Jaguar « Le Mans » avec des essieux montés sur une lame de ressort donnant l’impression d’une suspension réelle. En 1960, Solido lance une « série militaire » qui connaîtra par la suite un grand succès. Une des particularités de certains véhicules est que les chenilles articulées sont elles aussi réalisées en fines pièces de zamac.

À partir des années 1960, les modèles sportifs de Solido abandonnent progressivement le côté jouet où la qualité de reproduction comptait moins que l’aspect ludique, pour une production très réaliste des prototypes de type 24 heures du Mans, respectant bien les formes et les proportions des voitures, grâce à l’utilisation fréquente des copies des plans d’usine fournies par les constructeurs.

La société est rachetée par Majorette en 1980. En 1993, le groupe Majorette Solido est racheté par Ideal loisir et en 1998 par le groupe Triumph Adler. En 2003, elle entrera dans le groupe Smoby. En 2006, l’usine d’Oulins (Eure-et-Loir) de 89 salariés ferme ses portes et la production est délocalisée en Asie. En 2008, Majorette Solido est repris par le fond MI 29 puis en 2010 par le groupe allemand Simba Dickie (société mère de Smoby).

En 2015 à la suite du Salon du Jouet de Nuremberg, Simba Dickie confie la marque Solido à la société Bretonne Z Models Distribution qui jusque là produisait ses propres modèles 1/18ème en résine sous les marques OttOmobile et GT Spirit. La production est désormais faite au Bangladesh et la collection se recentre sur l’échelle 1/18.

Oldtimer – Lancia Stratos (1974-75)

Le modèle Stratos a toute une histoire. Cette voiture est née d’une idée du carrossier Bertone qui, au Salon 1970, avait présenté une étude de voiture aérodynamique de compétition à partir d’un groupe moteur de Fulvia HF monté en position centrale, et précisément baptisé Stratos. Lancia est intéressé par le projet et à la fin du printemps 1972, un prototype voit le jour, cependant il est équipé d’un moteur V6 2,5 litres Ferrari.

Un modèle sportif d’avant-garde :

Commercialisée pour le public à partir du millésime 1974, la Stratos mettra la firme italienne Lancia à l’avant-garde du sport automobile. Cette nouvelle voiture de sport a pour principales caractéristiques son châssis plate-forme d’empattement très court (2,16 m), une caisse en profilé d’acier, une carrosserie en coin, un pare-brise de section cylindrique fortement incliné, et le fameux moteur 6 cylindres emprunté à la Ferrari Dino. De plus, en utilisant les alliages légers et la fibre de verre, la Stratos offre un rapport poids-puissance des plus intéressant.

Beaucoup de victoires : 

À partir du printemps 1972, la Stratos participe à tous les rallyes pour lesquels elle remporte un nombre impressionnant de victoires dont quatre fois le Monte-Carlo avec Sandro Murani de 1975 à 1977, et en 1979 avec Bernard Darniche aux commandes ;  avec ses 245 ch, 300, puis 360 ch et sa coupe caractéristique, elle s’impose dans toutes les épreuves et dans la presse spécialisée on ne parle plus que de cette bête de course.

Une version route plus civilisée : 

Mais pour l’homologation en groupe 4, Lancia doit produire 500 exemplaires, version route et dont à la mécanique plus sage puisqu’elle ne développe « que » 190 ch, autorisant tout de même 230 km/h en vitesse de pointe.

Caractéristiques Techniques :

Moteur : V6 de 2 418 cm3 double arbre à cames en tête, 2 ou 4 soupapes, trois carburateurs inversés double corps Weber. Puissance maximale : 190 à 335 ch (version turbocompressée).
Transmission : Propulsion, 5 rapports.
Poids et performances : Poids à vide : 980 kg ; Vitesse maximale : 230 km/h.
Carrosserie : Coupé 3 portes.
Suspensions : Indépendantes, à quadrilatères déformables, ressorts hélicoïdaux, amortisseurs télescopiques et barres anti-roulis.
Dimensions : Longueur : 3710 mm ; Largeur : 1710 mm ; Hauteur : 1110 mm.

Côte actuelle : à partir de 350.000 €.

Album – Status Quo – Quo (1974)

Status Quo est un groupe de rock anglais qui s’est formé en 1967 et qui 50 après, porte encore la bonne parole du boogie aux quatre coins de son pays et du monde.

Au départ, en 1962,  Frances Rossi et Alan Lancaster forment un groupe nommé « The Scorpions », qui s’est ensuite appelé « Spectres » avec l’arrivée du batteur John Coughlan. Puis ils ont rencontré Rick Parfitt, qui était dans un groupe de cabaret appelé The Highlights. Les Spectres signent un contrat avec Piccadilly Records, mais aucun de leurs singles n’a de succès. Ils devienne les « Traffic », puis Traffic Jam, afin d’éviter toute confusion avec le groupe de Steve Winwood.

En 1967, le groupe change encore son nom et devient Status Quo. En janvier 1968, ils sortent « Pictures of Matchstick Men ». Ils invitent Parfitt à rejoindre le groupe juste quand la chanson atteint la 7ème place des Hits au Royaume-Uni.

Ils embauchent Bob Young comme roadie et directeur de tournée et Young devient rapidement un important partenaire pour l’écriture de leurs chansons. Leur deuxième album, Spare Parts, ne réussit pas à rentrer dans les charts. La percée de Status Quo commence quand ils signent avec Vertigo. Leur premier album sur leur nouveau label s’appelle Piledriver : il sort en 1972, et déploie un son plus lourd et un style boogie. C’est à cette époque que Status Quo devient l’un des plus grands groupes de rock au Royaume-Uni et gagne des fans qui les suivront sans relâche dans leurs tournées.

Quelques-unes de leurs chansons les plus populaires sortent pendant ces années là : « Rockin All Over the World » (écrit par John Fogerty de Creedence Clearwater Revival), «Whatever You Want» et «Down Down». Cette dernière chanson reste leur seul numéro un britannique.

L’album Quo en 1974 : 

Quo est le septième album de Status Quo. Il fut enregistré  à Londres aux Studios IBC. La plupart des compositions sont signées par Rick Parfitt et Alan Lancaster. La pochette est une véritable œuvre d’art et le contenu est excellent avec des titres puissants comme « Drifting Away » , « Do not Think It Matters « , « Backwater » et le single tiré de cet album « Break The Rules » (7e dans les charts anglais). Quo atteindra la 2e place dans le top album anglais et sera disque d’or au Royaume-Uni et en France.

En 1976, Status Quo signe un accord de parrainage avec Levis ce qui l’associe longtemps à la mode Denim.

En 1981, John Coghlan quitte le groupe et est remplacé par Pete Kircher. Leur apparition finale avec Kircher fut l’ouverture du Live Aid à Wembley en 1985. On retrouve également à l’affiche du show des groupes comme The Style Council, The Boomtown Rats, Elvis Costello, David Bowie, Elton John et Queen.

En juillet 1986, Status Quo joue au Queen live de Wembley, pour la promotion de sortie de son fameux « In The Army Now », une reprise des frères Bolland qui est plébiscitée dans la plupart des pays européens.

L’album suivant, « Is not Complaining » marche moins bien que son prédécesseur. Dans les années qui suivent, leur renommé perdure, notamment grâce à leurs tournées mémorables et leurs fabuleux concerts où ils vous balancent en pleine figure des tonnes de bon vieux rock. Status Quo ne fait pas dans la finesse, certes, mais avec leurs riffs épais, martelés, répétés à l’infini, leur efficacité est redoutable. Les morceaux se ressemblent parfois, car ils ont toujours ce même balancement qui les propulse, ces mêmes furieux échanges de parties de guitare entre Rossi et Parfitt.

En France, ils passent par Paris en 2006, 2007 et 2008. En octobre 2011, ils se produisaient sur la scène de l’Olympia, et en 2012, au Casino de Paris le 20 novembre, précédé d’un autre à Strasbourg, la veille. L’occasion pour les Anglais de défendre l’album Quid Pro Quo, sorti en 2011.
Le 17 juin 2013, Status Quo sort Bula Quo un double CD contenant les 9 nouveaux titres de la B.O. du film éponyme et, d’autre part, les plus grands tubes du groupe dans de nouvelles versions jamais éditées. Après une prestation au festival Hellfest 2014, Status Quo repart en tournée en 2016 et en 2017!

Discographie : 

Picturesque Matchstickable Messages from the Status Quo (Album – 1968)
Spare Parts (Album – 1969)
Ma Kelly’s Greasy Spoon (Album – 1970)
Dog of Two Head (Album – 1971)
Piledriver (Album – 1972)
Golden Hour of Status Quo (Album – 1973)
Hello (Album – 1973)
Quo (Album – 1974)
On the Level (Album – 1975)
Blue for You (Album – 1976)
Live (Live – 1977)
Rockin All Over the World (Album – 1977)
If You Can’t Stand the Heat (Album – 1978)
Whatever You Want (Album – 1979)
Just Supposin’ (Album – 1980)
Never Too Late (Album – 1981)
1982 (Album – 1982)
Live at the N.E.C. (Live – 1982)
Back to Back (Album – 1983)
In the Army Now (Album – 1986)
Ain’t Complaining (Album – 1988)
Perfect Remedy (Album – 1989)
Rock ‘Till You Drop (Album – 1991)
Live Alive Quo (Live – 1993)
Thirsty Work (Album – 1994)
Don’t Stop (Album – 1996)
Under the Influence (Album – 1999)
Famous in the Last Century (Album – 2000)
Heavy Traffic (Album – 2002)
Riffs (Album – 2003)
The Party Ain’t Over Yet (Album – 2005)
In Search of the Fourth Chord (Album – 2007)
Quid Pro Quo (Album – 2011)
Bula Quo (Album – 2013)
Aquostic: Stripped Bare (Album – 2014)

Voir sur YouTube : « Backwater/Just Take Me from the End of the road » par statusquocom ; « Status Quo – Whatever you want (HD 16:9) » par TheWhiteCat65  ;  « Status Quo – Caroline 1973 » par fritz51303

Album – Eagles – On The Border (1974)

Ce groupe californien archétypal des années 70 s’est formé avec des musiciens qui ont vécu les meilleurs moments de la West Coast, avec Poco (Randy Meisner) ou les Flying Burrito Bros (Bernie Leadon). Ils doivent leur réputation au soin extrême qu’ils apportent à toutes leurs productions ainsi qu’à la sophistication de leur musique.

La formation du groupe :

En 1971, le guitariste/chanteur Glenn Frey, le batteur/chanteur Don Henley, le guitariste/chanteur Bernie Leadon et le bassiste/chanteur Randy Meisner forment les Eagles. L’idée initiale vient de Frey à qui David Geffen avait conseillé de former un groupe qui jouerait pour Linda Ronstadt pendant sa tournée. L’œil tourné vers son futur groupe, il s’approche de Henley qui devient le batteur. Avec l’aide de John Boylan (le producteur de Ronstadt), Frey attire Leadon et Meisner, deux autres membres du groupe de la tournée. En 1971, ils jouent ensemble pour la première fois à Disneyland, soutenant Ronstadt. Ils jouent si bien que rapidement, ils se retrouvent dans les bureaux de Geffen pour signer un contrat et faire leur propre disque.

Geffen les rattache au célèbre producteur Glyn Johns pour enregistrer leur premier album Eagles (1972), qui est réalisé à Londres en moins de trois semaines. Johns les guide vers le son country-rock qui les rendit célèbre avec les tubes « Take It Easy », « Peaceful Easy Feeling » et « Witchy Woman ».

« On the Border » ou Le passage de la Country Rock au Pop Rock :

Leur premier disque a d’ailleurs aidé à lancer le boom du country-rock des années 70, mais c’est à partir de leur troisième album que les Eagles mettent l’accent sur la partie « rock » de leur son.

Dans un interview de l’époque, le batteur des Eagles, Don Henley soulignait d’ailleurs: « Faire notre premier album avec Glyn Johns a été un coup de génie du groupe au complet. Surtout de sa part d’ailleurs. Parce qu’il était un producteur solide face à aux difficultés posées par le réalisation d’un premier album. Il a réussi à dire: «Hé, Henley, allez-y, Frey, faites ceci, et même si vous ne savez pas où cela mène, croyez-moi, essayez, c’est pour le mieux.» Il nous a vraiment aidés à faire ces deux albums. »

Les cessions d’enregistrement du troisième disque en mars 1974, se sont avérées plus problématiques. Après avoir enregistré une paire de chansons avec Johns (dont « Best of My Love » qui allait  devenir un énorme tube), le groupe l’a viré et a engagé Bill Szymczyk parce que, comme Henley l’a dit plus tard au magasine rock Crawdaddy, Glyn pensait que nous étions un groupe country rock et semi-acoustique, et chaque fois que nous voulions faire du rock’n’roll, « il aurait pu citer mille groupes britanniques qui pouvaient le faire mieux ».

« Je déteste quand les gens nous qualifient de groupe country-rock parce qu’ils adorent cette musique », se plaint d’ailleurs le guitariste Glenn Frey dans une interview pour Phonograph Record. « Nous pouvons faire n’importe quoi! Nous pouvons faire du rock and roll, nous pouvons faire de la musique country,  n’importe quoi d’autre. »

L’arrivée de Don Felder : 

Quelles que soient les véritables raisons de la scission, les choses se sont calmées une fois que le groupe a rejoint Szymczyk, et le niveau du groupe s’est encore amélioré après l’arrivée d’un nouveau guitariste, Don Felder, qui est resté dans le groupe après avoir joué sur un solo de slide guitare sur « Good Day in Hell ». (Note explicative: La Slide guitare est une méthode particulière pour jouer de la guitare. Au lieu d’appuyer la corde sur les frètes, un objet appelé «slide» est placé dessus pour faire varier sa longueur donc sa vibration. Ce slide être déplacée le long de la corde sans la soulever (d’où le nom), créant ainsi des transitions lissées et permettant un vibrato large et expressif.)

« J’ai été un fan de Don Felder pendant environ un an et demi !» dit Frey enthousiaste pendant l’entretient avec Crawdaddy » Depuis que je l’ai entendu jouer à Boston une nuit. Je l’ai vu à un concert sur L.A. et je lui a demandé s’il était d’accord pour jouer un solo de slide guitare sur «Good Day in Hell», et à chaque prise, il nous a tous soufflé. S’il n’est pas Duane Allman réincarné, je ne sais pas qui il est. Je me sens mieux que jamais depuis qu’il nous a rejoint. On est meilleurs sur scène maintenant. »

« La chose importante à retenir avec ce groupe est que le tout est plus grand que la somme de ses parties », déclarait un jour Don Henley au Hit Parader. «Le groupe Eagles et ce que nous avons créé est plus grand que nous cinq ensemble. C’est dur quand cinq gars veulent tout faire. Vous voyez, il n’y a pas de leader dans les Eagles, parce que tout le monde est égocentrique. X peut être leader pour une journée avant que quelqu’un se lève et dise «F..k-you.» C’est parfois dur, mais c’est ce qui nous permet de rester bon. »

L’album : 

« On The Border »: Les paroles ont été écrites au plus fort du scandale du Watergate et de la mise en accusation du président Richard Nixon. Elle évoquait l’inquiétude des gens sur le gouvernement américain qui dépassait les bornes en ce qui concerne les questions de vie privée.

«Good Day in Hell» fut le petit hommage de Glenn à Danny Whitten et Gram Parsons. C’est aussi notre opinion sur les dangers de l’industrie de la musique et le mode de vie qui va souvent de pair avec elle.

Sur des chansons comme « Already Gone », « James Dean » et « Good Day in Hell », les Eagles ont un son plus rock & roll. Bien que Glenn Frey ait été fasciné par le nouveau mouvement «country rock», et bien qu’il n’oublie jamais ses racines Motown, son premier amour a été le rock & roll. Peut-être grâce à l’influence de son ami et mentor, Bob Seger.

Glenn Frey est mort le 19 janvier 2016 à l’âge de 67 ans.

Discographie après On The Border :

One Of These Nights (1975) : Le deuxième meilleur album du groupe. Dernier album avec Bernie Leadon.

Hotel California (1976) : Leur grand tube, évidemment. Et aussi la présence de Joe Walsh, venu d’un groupe du Midwest, le James Gang. Une musique taillée pour le plaisir, reflet de l’hédonisme californien. Un des 10 meilleurs disques de Soft Rock. Le titre éponyme est superbe mais je préfère « New Kids in Town ».

The Long Run (1979) : Le groupe s’est séparé de Randy Meisner et l’a remplacé par Timothy B. Schmit. Un autre album monumental avec « I can’t tell you why » et le splendide « King of Hollywood ».

Eagles Live (1980) : Double album contenant les meilleurs tubes. Tout est bon sauf peut-être le son de l’enregistrement qui ne restera pas dans les annales des audiophiles…Le groupe se sépare en juillet 1980.

Hell Freezes Over (1994) : Le groupe se reforme 14 ans plus tard. C’est un album live contenant quelques nouveaux titres enregistrés en studio (Get Over It, Love Will Keep Us Alive).

Long Road Out Of Eden (2007) : Un double album correct mais sans plus.

Voir sur YouTube : « THE EAGLES (LIVE 1977) « Best Of My Love » – RUSS TERRY CHANNEL » par Russ Terry ; « Eagles – I can’t tell you why (original video) » par Reposter (Dailymotion) ; « hotel california video oficial » par domenico catauro