Billet d’humeur – 1990, Le début de la fin ?

Il est des institutions qui permettent à un pays de fonctionner correctement et dont la modification ou la disparition apporte plus d’emmerdements que d’avantages à la population. J’aimerais ici parler de changements fondamentaux qui se déroulèrent au début des années 90 et qui se traduisirent souvent cruellement dans notre vie de tous les jours, à tel point qu’ils influencent toujours défavorablement nos existences 30 ans plus tard, ceci allant de mal en pis. Avec ces réformes “faites pour notre bien” nos politiciens firent parfois la une des des JT du début des années 90. Mais de temps en temps, les lois qu’ils votèrent en catimini ne furent évoqués qu’en dernière pages de revues spécialisées alors qu’elles allaient cependant bouleverser nos vies. Ces changements se produisirent avec l’avènement de la prise de contrôle de l’Europe sur les états nations dans le domaine de la politique mais aussi de l’économie. C’est ainsi que la France entama peu à peu la lente perte de ses pouvoirs régaliens au profit de l’Europe, pour se retrouver dans la situation où nous sommes actuellement, c’est a dire gouvernés par des politiciens sans aucun pouvoir d’initiative et aucune volonté d’écoute, qui prennent leurs instructions à Bruxelles ou sur les marchés internationaux (souvent contre nos intérêts d’ailleurs), mais jamais auprès de ceux qui ont voté pour eux et qu’ils sont supposés défendre. La crise des gilets jaunes n’est donc pas un hasard, mais une conséquence des 40 ans de mépris de la classe dirigeante envers un peuple qu’il considère immature voire dangereux.

Politiquement : Cela commence le 7 février 1992 avec la signature du traité de Maastricht qui crée l’Union européenne. Dans ce traité, une citoyenneté européenne est instituée, les pouvoirs du Parlement européen sont renforcés, et l’Union économique et monétaire (UEM) est lancée. Le traité de Maastricht entre en vigueur le 1er novembre 1993. De même le 19 juin 1990, la Belgique, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas et la RFA ratifient les accords de Schengen initialement signés en 1985, prévoyant la suppression progressive des frontières entre ces États et la libre circulation des personnes. Ces derniers n’entrent finalement pas en vigueur avant le 26 mars 1995. Débutant sous des auspices prometteurs en terme de prospérité et de démocratie, notamment avec l’arrivée de l’Euro, on connait la suite, avec le traité de Nice prévoyant un élargissement de l’Europe à 25 en 2004 puis à 27 en 2007 (28 en 2013 avec la Croatie), transformant l’Europe en “machin” politiquement impossible à gouverner. Mais le pouvoir n’est pas perdu pour tout le monde puisque depuis Maastricht en 1992, jusqu’à la ratification par notre parlement du traité de Lisbonne en 2007, (le référendum d’avis négatif sur le TCE de 2005 fut jeté aux oubliettes, ce qui sera vécu par plus de la moitié des français comme une véritable trahison de sa classe politique), la bureaucratie Européenne influencée par les lobbies des multinationales du monde entier soumet ses pays membres à une véritable déferlante de lois liberticides et néolibérales à l’encontre des populations sans aucun contre-pouvoir possible. Les peuples ne s’en rendent pas compte, mais leurs institutions ont perdu la possibilité faire des lois profitable à leur pays (battre sa monnaie, emprunter à sa banque centrale, ajuster le taux d’inflation au mieux des ses intérêts, sauvegarder ses fleurons économiques au lieu de les vendre à la découpe à coup de contrats (parfois vérolés), lever des impôts justes et proportionnés en toute transparence, lever une armée quand et où bon lui semble, assurer la douane et la protection des frontières, assurer la sécurité intérieure, etc…).

Économiquement : C’est la même chose au niveau du financement de la dette de la France, puisque notre pays est pieds et poings liés à cause du dictat de la finance mondiale apatride, et nos politiques n’ont aucune marge de manœuvre pour lâcher du lest en cas de montée des tensions sociales (exemple : les revendications des gilet s jaunes). Comme l’explique si bien Jérôme Canard dans un article du 17 Août 2011 : “Avant les années 80, les citoyens comme les entreprises de l’hexagone pouvaient souscrire aux bons du Trésor en se rendant à la perception ou à la poste de leur quartier avec leur petites économies. Pour faire moderne, et au nom de la libéralisation des marchés, Pierre Bérégovoy, alors ministre de l’économie, décida que tout investissement en bons du Trésor devrait passer par une banque ou par un intermédiaire financier. La France, désormais disposera d’une dette cotée sur les marchés internationaux. Paris allait concurrencer la City et découvrir les charmes des ventes à découvert. Exit le petit épargnant et l’entreprise économe! Banques et assurances applaudirent à cette décision qui leur permettait de bénéficier d’une nouvelle clientèle et, au passage, d’encaisser des commissions. Bercy créa un établissement spécifique, France Trésor, pour placer au mieux la dette Française à l’étranger, et les agences de notation commencèrent à la coter. Devenu Ministre de l’économie, Domique Strauss-Kahn accentua ensuite, par diverses mesures techniques, cette internationalisation. La France jouait enfin dans la cour des grands! Trente ans plus tard, alors que la dette publique française a plus que doublé, les résultats sont là. Les taux auxquels la France emprunte dépendent des agences de notation, et il suffit qu’elles envisagent une dégradation de sa note pour que les actions de ses banques plongent. Conclusion tirée par un banquier parisien : “Finalement, il aurait mieux valu que la France continue à emprunter au paysan corrézien ou à la veuve de Carpentras plutôt qu’à un spéculateur de Wall Street ou a un banquier de Hog-Kong”.

Les fameux 3% de déficit public par rapport au PIB du traité de Maastritch, un bricolage 100% français :

Tout a commencé un soir de mai 1981. Fraîchement élu, François Mitterand hérite d’une forte crise économique et exige auprès de la direction du Budget de lui trouver très vite une règle simple, qui lui permettrait de refuser, argument économique et mathématique à l’appui, les demandes d’argent incessantes de ses ministres. Ainsi la commande express du président de la République tombe-t-elle entre les mains d’un certain Guy Abeille, jeune diplômé de l’ENSAE. L’idée du 3% a été trouvée sur un coin de table, en moins d’une heure, sans aucune réflexion théorique», concède-t-il : «On avait besoin de quelque chose de simple», raconte-t-il. Ils choisissent le produit intérieur brut, le PIB, parce qu’en « économie, tout le monde se réfère au PIB». Va donc aussi pour un chiffre de déficit entier, sans virgule? « On allait vers les 100 milliards de francs de déficit, ça représentait plus de 2% de déficit. 1%? On a éliminé ce chiffre, impossible à atteindre. 2% ? Cela nous mettait trop sous pression. 3%? C’est un bon chiffre, un chiffre qui a traversé les époques, cela faisait penser à la Trinité. » Va donc pour 3% de déficit public. «Mitterrand voulait une norme, on la lui a donnée. On ne pensait pas que ça allait déborder au-delà de 1981», raconte-il. Mais ce «3%» a ensuite fait son bout de chemin. Selon lui, c’est Laurent Fabius, alors ministre des Finances, qui le premier parlera du déficit en pourcentage. «100 milliards de francs, c’était énorme, il a préféré parler de 2,6%», avance Guy Abeille. Quant aux 3% ? «C’est Mitterrand qui le reprendra à son compte, lui donnant sa légitimité. Plus tard, cette référence sera théorisée par des économistes et reprise dans le traité de Maastricht, devenant un des critères pour pouvoir intégrer la zone euro.»

Conclusion de nos élites : Ne vous inquiétez pas, tout va bien se passer :

Certes nous sommes totalement impuissants face à ce mur de pouvoir qui nous maintient sous son joug. Alors que faire (Dur, dur de faire quoi que se soit, même quand un pays défend la décision souveraine de son peuple, regardez le Brexit…) ou plutôt, que dire? N’importe quoi sauf paraphraser nos politiciens, nos industriels et nos économistes institutionnels qui utilisent avec conviction la pensée positive chère à la méthode Coué et les mots qui vont avec, ceux supposés rassurer le bon peuple : “Nos démocraties sont des exemples de liberté pour le monde”, “la croissance est solide”, “l’Euro est stable”, “point de salut hors de l’Europe” ; un peu comme le Coyote qui poursuit sans relâche le facétieux Bip Bip en s’équipant de toutes sortes d’artifices foireux. Il est tellement optimiste et sûr de lui qu’il en oublie les lois de la gravité. On connait la fin : La bestiole finit aplatie au fond d’un canyon.