Album – Steely Dan – Can’t Buy a Thrill (1972)

Le Groupe : 

Steely Dan est un groupe californien formé par Walter Beker et Donald Fagen en 1972. Autour d’eux gravitent des musiciens dont le talent est souvent apprécié par d’autres formations, qui les happent à la première occasion (comme Jeff Baxter qui se retrouvera quelques années plus tard chez les Doobies Brothers). Steely Dan à produit une douzaine d’albums de grande qualité, tant musicale que littéraire.

Les débuts : 

La plupart des groupes de Rock & Roll sont au départ formés autour d’un noyau fortement soudé ; ils développent leur musique pendant des années en jouant dans les bars et les clubs attenant à leur ville natale. Steely Dan n’a jamais souscrit à cette esthétique. En tant que véhicule pour l’écriture de Walter Becker et Donald Fagen, Steely Dan a défié toutes les conventions rock & roll en intégrant tout au long de sa carrière une foultitude de pointures musicales. Becker et Fagen n’ont jamais vraiment apprécié le rock, (avec leur humour ironique et leurs paroles cryptiques, leur travail éclectique montre une certaine dette envers Bob Dylan) préférant le jazz, le pop traditionnel, le blues et le R & B. Steely Dan a créé un son sophistiqué, distinctif avec des accroches mélodiques accessibles greffées sur des harmonies complexes, et une dévotion pour les studios d’enregistrement. Avec le producteur Gary Katz, Becker et Fagen ont fait passer Steely Dan d’un groupe d’artistes débutants à un projet de studio, en recrutant des musiciens professionnels pour enregistrer leurs compositions. Bien que le groupe ne joue plus en live après 1974, la popularité de Steely Dan a continué de croître tout au long de la décennie, en même temps que leurs albums devenaient les favoris de la critiques et leurs singles les préférés des stations de radio pop. Même après la dissolution du groupe au début des années 80, leurs disques ont conservé une forte aura, comme en témoigne le succès massif de leur retour sur scène au début des années 90.

Walter Becker (basse) et Donald Fagen (voix, claviers) ont été les membres fondateurs de Steely Dan à travers sa multitudes d’incarnations. Ils se sont rencontrés à Bard College à New York en 1967 et ont commencé à jouer dans des groupes communs peu de temps après (notamment Bad Rock, qui avait pour batteur l’acteur comique Chevy Chase) qui allaient du jazz au rock progressif. Finalement, Becker et Fagen ont commencé à composer des chansons ensemble, dans l’espoir de devenir des auteurs-compositeurs professionnels. En 1970, le duo a rejoint le groupe Jay & the Americans, en jouant sous pseudonymes; Becker a choisi Gustav Mahler, tandis que Fagen utilisait Tristan Fabriani. Ils sont restés avec Jay & the Americans jusqu’à la moitié de 1971. Becker et Fagen ont ensuite essayé de faire un groupe avec Denny Dias, mais l’entreprise n’a pas réussi. Barbara Streisand a enregistré la composition de Fagen / Becker “I Mean to Shine” sur son album Barbara Joan Streisand, sorti en août 1971, et le duo a rencontré le producteur Gary Katz, qui les a embauchés comme auteurs-compositeurs pour ABC / Dunhill à Los Angeles. Katz suggéra que Becker et Fagen forment un groupe pour enregistrer leurs chansons, et Steely Dan (nom tiré d’un godemiché métallique dans le roman de William Burroughs : Le Festin nu) fut formé peu de temps après.

Les albums : 

Can’t Buy a Thrill (1972) : Les guitaristes nouvellement recrutés Denny Dias et Skunk Baxter, le batteur Jim Hodder et le claviériste David Palmer, Becker ainsi que Fagen ont officiellement formé Steely Dan dès 1972, et ils lancèrent leur premier album, Can’t Buy a Thrill, peu de temps après. Palmer et Fagen se sont partagés les voix principales sur l’album, mais les deux singles du disque – le Top Ten “Do It Again” et “Reeling in the Years” – ont été chantés par Fagen. Can’t Buy a Thrill a été un succès critique et commercial, mais sa tournée de soutient a été un désastre, entravée par un groupe mal entraîné ce qui engendra un public peu satisfait. Palmer quitte le groupe après la tournée.

Countdown to Ecstasy : sorti en 1973, a été un succès critique, mais il n’a pas réussi à générer un hit single, même si le groupe l’a soutenu par une tournée.

Pretzel Logic : Steely Dan a remplacé Hodder par Jeff Porcaro et a ajouté le claviériste / chanteur Michael McDonald avant d’enregistrer leur troisième album, Pretzel Logic. Sorti au printemps 1974, Pretzel Logic permit à Steely Dan de retrouver le Top Ten grâce au single “Rikki Do not Lose That Number”. Quand ils eurent terminé leur tournée de soutien au disque Pretzel Logic, Becker et Fagen décidèrent d’arrêter la scène et de faire de Steely Dan un groupe de studio.

Pour leur prochain album, Katy Lied, 1975, le duo a engagé une variété de musiciens de studio – incluant Dias, Porcaro, le guitariste Elliot Randall, les saxophonistes Phil Woods, le bassiste Wilton Felder, le percussionniste Victor Feldman, le claviériste Michael Omartian et le guitariste Larry Carlton.

Katy Lied fut un autre succès, tout comme en 1976 : The Royal Scam, qui a continué dans la même veine que son prédécesseur.

Sur Aja en 1977, le son de Steely Dan est devenu plus soft et jazzy, ce qui est dû à l’arrivée d’artistes jouant du jazz fusion comme Wayne Shorter, Lee Ritenour. Aja est devenu leur plus grand succès, atteignant le Top Five trois semaine après sa sortie et devenent l’un de leur premiers albums à être certifié platine. Ce disque est très important, car il marque l’aboutissement d’une démarche. Fagen et Becker sont seuls, avec des musiciens de studio. Les chansons ont une intensité dramatique plus évidente que jamais, très branchées sur la réalité du monde, comme Josie, qui explique la violence d’un teenager moyen.

Après la sortie d’Aja, ABC a été racheté par MCA Records, suite à un différend contractuel avec le label qui a retardé jusqu’en 1980 la sortie de leur prochain album. Durant la période intermédiaire, le groupe a eu un succès avec la chanson thème du film FM en 1978. Steely Dan a finalement publié Gaucho, la suite de Aja, à la fin de 1980, qui s’est transformé en hit du Top Ten. Au cours de l’été 1981, Becker et Fagen annoncèrent qu’ils se séparaient. L’année suivante, Fagen sortit son premier album solo, The Nightfly, qui est devenu un succès critique et commercial. (Sûrement un des dix meilleur album de Soft Rock jamais sorti).
Kamakiriad : Fagen n’a pas enregistré de nouvel album jusqu’en 1993, quand il se réunit avec Becker, pour produire Kamakiriad. L’album a été promu par la première tournée de Steely Dan depuis 20 ans, et alors que le disque a échoué dans les ventes, les concerts furent très populaires. En 1994, Becker sortit son premier album solo : Whack, produit par Fagen. L’année suivante, Steely Dan fit une autre tournée, et au début 2000 le duo sortit Two Against Nature, leur premier nouvel album de studio depuis deux décennies. Il a remporté le Grammy Award comme album de l’année. En 2003, Steely Dan sort Everything Must Go. Puis Fagen sort un album solo : Morph the Cat en 2006, et Becker sort Circus Money en 2008 alors que Steely Dan entreprend une nouvelle tournée.

Discographie : 

Can’t Buy a Thrill (1972)
Countdown to Ecstasy (1973)
Pretzel Logic (1974)
Katy Lied (1975)
The Royal Scam (1976)
Aja (1977)
Gaucho (1980)
Two Against Nature (2000)
Everything Must Go (2003)

Voir sur YouTube : “Steely Dan 《Do It Again》 ( original studio sound version)” par changeting ; Steely Dan : I.G.Y

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *